1200px Logo France Insoumise.svg

Une tri­bune de plus de 1000 militant·es de La France insou­mise et de la Nupes demande l'exclusion d'Adrien Quatennens

Publié dans Le Monde ce 26 décembre, le texte dénonce dans le main­tien d'Adrien Quatennens au sein du groupe poli­tique « une atteinte déci­sive [aux] valeurs fémi­nistes prô­nées au sein [du] pro­gramme L’Avenir en com­mun et à celui de la Nupes » et appelle à « l’insoumission ».

Ils et elles sont adhérent·es du par­ti poli­tique La France insou­mise (LFI) ou sympathisant·es de la Nouvelle union popu­laire, éco­lo­gique et sociale (Nupes) et refusent que le dépu­té Adrien Quatennens demeure membre de ces des struc­tures poli­tiques. Dans une tri­bune publiée lun­di 26 décembre dans Le Monde, plus de 1000 militant·es demandent « l’exclusion du groupe LFI-​Nupes » du dépu­té condam­né à quatre mois de pri­son avec sur­sis pour vio­lences conju­gales, ain­si que « sa démis­sion de l’Assemblée natio­nale ».

Ces signa­taires dénoncent ain­si la déci­sion de LFI « sans trans­pa­rence ni concer­ta­tion démo­cra­tique, qu’Adrien Quatennens pou­vait réin­té­grer le groupe après quatre mois d’exclusion et un stage de sen­si­bi­li­sa­tion sur les vio­lences sexistes et sexuelles ». « Ce n’est pas seule­ment une vague de dégoût que nous avons res­sen­tie après les décla­ra­tions offi­cielles du mou­ve­ment, c’est un véri­table tsu­na­mi », pour­suit le texte qui voit dans cette simple sus­pen­sion du groupe « une atteinte déci­sive [aux] valeurs fémi­nistes prô­nées au sein [du] pro­gramme L’Avenir en com­mun et à celui de la Nupes ». 

Les signa­taires appellent donc à « l’insoumission » dans la ligne des cri­tiques de plu­sieurs député·es Nupes « non seule­ment vis-​à-​vis de la déci­sion prise par la direc­tion de LFI, mais éga­le­ment à la suite des pro­pos tenus par M. Quatennens, lors de ses inter­views sur BFM-​TV et dans La Voix du Nord ».

"Tentatives d'intimidation"

Par ailleurs, la tri­bune exige des « cel­lules sur les vio­lences sexistes et sexuelles à la hau­teur des enga­ge­ments fémi­nistes [por­tés par ces groupes poli­tiques] » et dénonce des « ten­ta­tives d’intimidation, le har­cè­le­ment et l’exclusion des canaux de com­mu­ni­ca­tion de cama­rades par des sala­riés du siège, des membres de la coor­di­na­tion ou des proches des per­sonnes élues » à la suite des cri­tiques for­mu­lées sur la ges­tion de l'affaire Quatennens.

Lire aus­si l « Je ne suis pas un homme violent » : à par­tir de quand un homme est-​il violent, Adrien Quatennens ?

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.