Capture decran 2024 02 12 a 2.19.05 PM
© Capture écran sebmellia.fr

#MeToo stand-​up : Seb Mellia se défend, Florence Mendez est vic­time de menaces

Visé par des témoi­gnages de vio­lences sexuelles sur les réseaux sociaux depuis un mois, l’humoriste s’est à nou­veau défen­du ce dimanche, dans une suc­ces­sion de sto­ries Instagram. Depuis, Florence Mendez, qui avait lan­cé l’alerte, est ciblée par des “insultes et menaces”.

Accusé depuis début jan­vier de vio­lences sexuelles par une ving­taine de femmes, Seb Mellia s’était défen­du dans un com­mu­ni­qué sur Instagram le 22 jan­vier der­nier. Hier, dimanche 11 février, il en a remis une couche en niant toutes les accu­sa­tions à son encontre via des vidéos éphé­mères pos­tées en sto­ry sur son compte Instagram. Le stand-​upper y confie avoir vécu quelque chose de “trau­ma­ti­sant” et “violent” ces der­nières semaines, jus­ti­fiant ain­si son silence.

L’humoriste Florence Mendez avait relayé sur Instagram, il y a un mois, les témoi­gnages de femmes dénon­çant les gestes de Seb Mellia. À la suite de ces révé­la­tions, elle a affir­mé avoir reçu plus de vingt témoi­gnages, dont plu­sieurs accu­sa­tions de viol. Ces dénon­cia­tions avaient mobi­li­sé des militant·es fémi­nistes à mani­fes­ter devant un théâtre où se pro­dui­sait l’humoriste à Bruxelles, le 13 jan­vier der­nier, ce qui avait mené à l’interruption du spec­tacle.

Face à sa camé­ra, ce dimanche, Seb Mellia lance, à pro­pos des per­sonnes der­rière les témoi­gnages ano­nymes : “C’est comme des ter­ro­ristes : ils arrivent, ils sont sûrs de leur idéo­lo­gie, ils savent ce qu’ils font et ils détruisent tout.

En légende d'une image blanche publiée il y a deux semaines, Seb Mellia se disait être "cho­qué" et "anéan­ti". Il dénon­çait une "chasse à l'homme" qui l'empêcherait de se "défendre équi­ta­ble­ment", repre­nant ain­si le pro­pos d’Emmanuel Macron à[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés