Muriel Salmona, psy­chiatre : « Non seule­ment on ne fait rien pour les vic­times de vio­lences sexuelles, mais en plus on les maltraite »

Début mars, une femme vic­time d'un viol en 2016 a obte­nu le droit d'euthanasie par un méde­cin et deux psy­chiatres en Belgique. Une ques­tion qui relance le débat sur la prise en charge médi­cale des vic­times de vio­lences sexuelles. Muriel Salmona, psy­chiatre et pré­si­dente de l'association Mémoire trau­ma­tique et vic­ti­mo­lo­gie, explique à Causette le par­cours psy­cho­trau­ma­tique des victimes. 

MurielSalmona HD photo officielle

« Je ne pou­vais plus être avec ma famille. Je ne sup­por­tais plus que mon mari dorme avec moi, je ne sup­por­tais plus de man­ger à table avec eux. J'ai eu des crises de panique et d'anxiété, j'ai fini par avoir des pen­sées sui­ci­daires et j'ai effec­ti­ve­ment fait une ten­ta­tive de sui­cide » a racon­té Nathalie Huygens dans un entre­tien accor­dé au quo­ti­dien belge néer­lan­do­phone Het Laatste Nieuws, relayé et tra­duit par le site d'informations 7sur7. Cette femme, vio­lée en 2016, a obte­nu début mars le droit à l'euthanasie par un méde­cin et deux psy­chiatres. Muriel Salmona, psy­chiatre et pré­si­dente de l'association Mémoire trau­ma­tique et vic­ti­mo­lo­gie a accep­té d'expliquer à Causette le par­cours psy­cho­trau­ma­tique des vic­times de vio­lences, les dif­fi­cul­tés aux­quelles elles sont confron­tées. Elle aborde éga­le­ment la ques­tion de l'euthanasie pour les victimes. 

Causette : Quels sont les symp­tômes psy­cho­trau­ma­tiques créés par les vio­lences sexuelles chez les vic­times ? 
Muriel Salmona : Que ce soit à court ou à long terme, les vio­lences sexuelles créent un état de stress trau­ma­tique, avec des méca­nismes de sur­vie qui s’installent dans la durée pen­dant 10 ans, 20 ans, 40 ans, sui­vant les cas. Le symp­tôme immé­diat, c’est un état de sidé­ra­tion au moment des vio­lences. Puis les vic­times vont mettre en place des méca­nismes de sau­ve­garde, dans les­quels le cer­veau décon­necte les émo­tions, pour évi­ter un stress intense. Cette décon­nexion, entraîne une dis­so­cia­tion, un état d'anesthésie émo­tion­nelle. C'est-à-dire que les évè­ne­ments n'ont pas d'existence réelle. Lorsque les vic­times sont dans cet état de conscience modi­fiée, elles sont en inca­pa­ci­té de contrer des vio­lences, sachant que, la plu­part du temps, les vio­lences sexuelles sont com­mises par des proches. En même temps que cette dis­so­cia­tion, se met en place une mémoire trau­ma­tique, c'est-à-dire que le cir­cuit de la mémoire se décon­necte lui aus­si. Mais dès qu'un lien peut s'établir avec ces vio­lences, cette mémoire trau­ma­tique res­sur­git, ain­si que les cris, les paroles, la haine, la détresse, la peur, la sen­sa­tion de mou­rir, l'horreur … Non seule­ment vous avez dû sur­vivre à des vio­lences extrêmes, mais en plus, vous devrez sur­vivre aux consé­quences de ces vio­lences, qui font que vous les revi­vez continuellement.

Et quelles sont les consé­quences des symp­tômes psy­cho­trau­ma­tiques sur la vie sociale, pro­fes­sion­nelle, fami­liale, et amou­reuse ?
M. S. : Sur la san­té men­tale et phy­sique, les consé­quences sont très lourdes, avec un risque de sui­cide impor­tant. Les vic­times avancent sur un ter­rain miné et ne voient pas com­ment elles pour­ront en sor­tir, ce qui les plonge dans des dépres­sions graves. L'immense majo­ri­té des vic­times ont des troubles anxieux, des troubles du som­meil, et ali­men­taires, des troubles cog­ni­tifs impor­tants et des troubles de la sexua­li­té. Cela entraîne un stress per­pé­tuel et des mala­dies qui y sont liées, comme des dys­fonc­tion­ne­ments car­dio­vas­cu­laires, immu­ni­taires, endo­cri­niens, diges­tifs. C'est un pro­blème de san­té publique majeur, recon­nu par l'OMS. Et plus géné­ra­le­ment, ce sont toutes les sphères de la vie qui sont tou­chées. Il y a un impact sur la sco­la­ri­té, la pro­fes­sion, avec un risque de pré­ca­ri­té, un risque de chô­mage accen­tué, un risque d'invalidité, de han­di­caps. La vie amou­reuse, affec­tive et sexuelle sont aus­si par­ti­cu­liè­re­ment tou­chées à cause d'un manque de confiance en autrui.

À lire aus­si I Enquête : dans le cadre de vio­lences conju­gales, des femmes inter­nées abu­si­ve­ment par leur conjoint violent

Est-​ce qu’il y a une conduite chro­nique qu’on retrouve chez toutes les vic­times de vio­lences sexuelles ?
M. S. : Le choix des stra­té­gies est dif­fé­rent sui­vant les vic­times. Il y a deux grandes stra­té­gies. Toutes sont en situa­tion plus ou moins d'hyper-vigilance et de contrôle à un moment ou à un autre, mais elles peuvent aus­si pri­vi­lé­gier des conduites qu'on appelle « dis­so­ciantes ». Pour évi­ter les pho­bies, les angoisses, tous ces contrôles per­ma­nents épui­sants, les vic­times peuvent avoir recours à des anes­thé­siants ‑l'alcool, la drogue- ou à des conduites à risque. Par exemple, elles se brûlent, elles se sca­ri­fient, ou ont des rela­tions sexuelles dan­ge­reuses. Certaines vic­times de vio­lences sexuelles, notam­ment dans l'enfance, vont pos­si­ble­ment retour­ner ces vio­lences, soit contre elles-​mêmes, soit contre autrui. Les femmes, en géné­ral, seront plu­tôt vio­lentes envers elles-​mêmes et les hommes auront plu­tôt, en pos­ses­sion domi­nante, des conduites dis­so­ciantes qui s'exerceront contre autrui.

Combien de temps s’écoule entre le moment où les vic­times subissent des vio­lences et le moment où elles viennent consul­ter ? 
M. S. : Il n'y a que 10% des per­sonnes ayant subi un viol qui rece­vront les soins d'urgence néces­saires. Or, le viol est une urgence abso­lue. Les vio­lences créent des atteintes neu­ro­lo­giques et neuro-​endocrinologiques très impor­tantes. Ce sont des bles­sures qui sont d'ailleurs visible sur les IRM. Il faut éga­le­ment prendre en compte le risque de gros­sesse et de mala­dies sexuel­le­ment trans­mis­sibles. Donc 10%, c'est très faible. Pourtant, les vic­times disent que le pre­mier recours, lorsqu’elles ont subi une vio­lence sexuelle, ce sont le méde­cin et le psy­chiatre. On sait qu'en moyenne, les vic­times mettent entre 10 et 13 ans pour accé­der à des soins spé­cia­li­sés, d'après les der­nières enquêtes. Alors qu'il fau­drait que dès les pre­mières vio­lences, on agisse.

Est ce que le tra­vail thé­ra­peu­tique est le même lorsque la vic­time se pré­sente immé­dia­te­ment, ou après plu­sieurs années ? 
M. S. : Ce qu'il faut com­prendre, c'est qu'il y a un conti­nuum de vio­lence, chez les femmes par­ti­cu­liè­re­ment. Une femme qui a subi des vio­lences phy­siques et sexuelles dans l'enfance a un risque mul­ti­plié par 16 de subir des vio­lences conju­gales et des vio­lences sexuelles à l'âge adulte. Donc plus on donne des soins effi­caces tôt, plus on évite la repro­duc­tion de ces violences. 

Qu’est-ce qu’une prise en charge médico-​psychologique de qua­li­té ?
M. S. : Il faut qu'elle soit pré­coce. Pour ça, il faut être très atten­tif à tous les symp­tômes, tous les signes qui peuvent sur­gir de la souf­france. Mais il faut aus­si, même si on a l'impression qu'on ne voit rien, poser des ques­tions. Il faut qu'il y ait ce dépis­tage sys­té­ma­tique et uni­ver­sel, adap­té à toutes les vic­times, à leur âge, à leur han­di­cap, à leur langue. Et après le dépis­tage, les vic­times doivent rece­voir une pro­tec­tion, une psy­choé­du­ca­tion, qui est essen­tielle pour leur expli­quer le prin­cipe de la mémoire trau­ma­tique. Cette pro­tec­tion doit être com­bi­née à un trai­te­ment pour retrou­ver des liens, recher­cher ce qui s'est pas­sé et com­prendre. Il faut aus­si faire dimi­nuer le stress et résoudre les pro­blèmes de san­té. Une bonne prise en charge est donc pluridisciplinaire.

Dans votre article « Les vio­lences sexuelles : un psy­cho­trau­ma­tisme majeur », vous écri­vez que 79% des professionnel·les de san­té ne font pas le lien entre les vio­lences subies dans l’enfance de leurs patient·es et leur état de san­té, com­ment l'expliquez-vous ? 
M. S. : Il y a le manque de for­ma­tion, qui est effa­rant. Les for­ma­tions pour les vio­lences sexuelles n'existent pas du tout dans les facul­tés. Cela vient à la fois du déni au sujet des vio­lences, dont bien enten­du les femmes en sont les prin­ci­pales vic­times, et au-​delà du déni, l'existence d'une culture du viol qui met sys­té­ma­ti­que­ment en cause les vic­times et uti­lise les symp­tômes psy­cho­trau­ma­tiques pour les retour­ner contre elles. Comme dans la majo­ri­té des cas, aucun lien entre le com­por­te­ment de la vic­time et ce qu’elle a subi n'est fait, les pro­fes­sion­nels de san­té mettent sou­vent les vic­times sous des trai­te­ments inap­pro­priés, dis­so­ciants qui aggravent les risques d'être, de nou­veau, vic­time de vio­lences. Non seule­ment on ne fait rien pour les vic­times de vio­lences sexuelles, mais en plus on les mal­traite ! Aujourd'hui, on n'a aucune garan­tie que ces for­ma­tions exis­te­ront un jour. Le milieu médi­cal est hyper machiste et il s'agit d'un des milieux où il y a le plus de vio­lences sexuelles. 

À lire aus­si I Le contrôle coer­ci­tif, cette notion qui pour­rait révo­lu­tion­ner la lutte contre les vio­lences conjugales

Vous écri­vez aus­si que les com­por­te­ments des vic­times sont jugés para­doxaux par les professionnel·les qui les prennent en charge ?
M. S. : On entend des ques­tions inap­pro­priées : « Pourquoi elle est res­tée ? » « Pourquoi elle est reve­nue ? » … En fait, quand la vic­time part, elle est enfin pro­té­gée de l'agresseur, donc elle est moins dis­so­ciée et sa mémoire trau­ma­tique va l’envahir de façon très vio­lente. Si per­sonne n’est là pour lui expli­quer ce qu’il se passe, elle peut avoir le sen­ti­ment que sa situa­tion est pire qu'avant. Elle se per­suade que c'était une erreur de par­tir. Et les pro­fes­sion­nels de san­té uti­lisent ce com­por­te­ment para­doxal pour le retour­ner contre les vic­times. On a inven­té dans le pas­sé des symp­tômes comme les troubles de la per­son­na­li­té liés à leur sexe, la fameuse "hys­té­rie fémi­nine", qui n'était que la mani­fes­ta­tion de troubles psy­cho­trau­ma­tiques. Ces mau­vais diag­nos­tiques n'arrêteront pas tant qu'on n'aura pas décons­truit les inéga­li­tés, les sté­réo­types sexistes, les repré­sen­ta­tions, toute la pro­pa­gande anti-​victimaire de culture du viol. 

Que pensez-​vous du droit d'euthanasie qui a été accor­dé à cette femme vic­time de viol en Belgique ?
M. S. : C'est abso­lu­ment into­lé­rable. Quelle est la garan­tie qu'elle ait eu une prise en charge avec des soins effi­caces ? Aucune. Et tout ça, c'est déci­dé par des méde­cins qui ne sont pas for­més. C'est inhu­main. Derrière toute volon­té de mort, il y a eu une volon­té exté­rieure de des­truc­tion de la per­sonne. Et c'est ça qu'il faut soigner. 

Avez-​vous déjà eu l'occasion de tra­vailler avec des hommes auteurs de vio­lences sexuelles ?
M. S. : Oui, avec de très jeunes ados et les résul­tats ont été très bons. Ils ont eu des prises de conscience de leur addic­tion à la vio­lence, et éga­le­ment de leur capa­ci­té ensuite à ne plus exer­cer cette vio­lence. Je n'exerce pas auprès d'adulte car je ne peux pas me retrou­ver face à de grands cri­mi­nels. C'est un choix per­son­nel pour me pro­té­ger. Quand ils sont jeunes, ils peuvent encore aspi­rer à une autre vie et je pense qu'il est impor­tant d'intervenir à ce moment là. 

À lire aus­si I Selon le minis­tère des Solidarités, le nombre de vic­times de vio­lences sexuelles en Ehpad pour­rait être « monstrueux »

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.