cleo7
De gauche à droite, en partant du haut : Patricia Mazuy, Alice Diop, Blandine Lenoir, Charlotte Le Bon, Rebecca Zlotowski et Alice Winocour. (©Montserrat Boix/Georges Biard/Wikimedia Commons/Youtube Canal+/Boîte noire/Locarno/Konbini)

Causette lance son Prix Cléopâtre, pour récom­pen­ser les meilleures réa­li­sa­trices (sno­bées par les César)

Sur une idée ori­gi­nale de la dépu­tée éco­lo­giste Marie-​Charlotte Garin, nous lan­çons cette année les Cléopâtre, notre prix qui récom­pen­se­ra la meilleure réalisation.

Le 24 février se tien­dra la 48e édi­tion des César. Si la caté­go­rie pour le prix de la meilleure réa­li­sa­tion est en soi mixte, la sélec­tion des réalisateur·trices prend cette année des airs de boys' club. Cédric Klapisch, Louis Garrel, Dominik Moll, Albert Serra et Cédric Jimenez… Que des hommes, mal­gré l'existence de très bons films réa­li­sés par des femmes en 2022. Quatre femmes sont cepen­dant pré­sentes dans la caté­go­rie meilleur pre­mier film, Alice Diop, Charlotte Le Bon et le duo Lise Akoka et Romane Guéret.

À lire aus­si I Oscars et César 2023 : aucune femme nom­mée en tant que meilleure réalisatrice

Alors, Causette a déci­dé d'agir. Sur une idée ori­gi­nale de la dépu­tée éco­lo­giste Marie-​Charlotte Garin, nous lan­çons les Cléopâtre, notre propre prix qui récom­pen­se­ra la meilleure réa­li­sa­tion. Bien sûr, il existe déjà le Prix Alice Guy, qui depuis six ans décerne un prix à la réa­li­sa­trice de l'année, remis par un jury issu du monde du ciné­ma. Mais il n'y a jamais trop de prix récom­pen­sant les femmes pour leur tra­vail ! Le prix Cléopâtre se com­pose de deux récom­penses, l'une décer­née par nos lecteur·trices, l'autre par notre rédaction.

Marie-​Charlotte Garin a eu cette bonne idée, en com­mis­sion, lors d'un échange de mes­sages avec son col­la­bo­ra­teur. « J'ai été hal­lu­ci­née de voir la liste des nom­més pour la meilleure réa­li­sa­tion. Du coup j'ai bla­gué en disant : "On va faire les Cléopâtre au lieu des César." En sachant, évi­dem­ment, que c'est le sculp­teur César qui a don­né son nom au prix, et pas l'impe­ra­tor romain. Mon col­la­bo­ra­teur m'a alors conseillé de pos­ter cette blague sur Twitter. Je ne pen­sais pas qu'elle allait autant prendre ! » L'élue trouve notre ini­tia­tive « très chouette » et accepte « avec grand hon­neur » d'être la pré­si­dente d'honneur de notre jury (pour le reste com­po­sé de la rédaction). 

Pour com­po­ser notre sélec­tion des films en lice, nous avons lon­gue­ment hési­té entre plus d'une quin­zaine de talen­tueuses réa­li­sa­trices, injus­te­ment sno­bées : Alice Diop (Saint-​Omer), Sylvie Verheyde (Stella est amou­reuse), Claire Simon (Vous ne dési­rez que moi), Aurélia Georges (La Place d'une autre), Lola Quivoron (Rodéo), Lise Akoka et Romane Guéret (Les Pires), Valeria Bruni-​Tedeschi (Les Amandiers), Claire Denis (Avec amour et achar­ne­ment), Mia Hansen-​Løve (Un beau matin), Léa Mysius (Les Cinq Diables), Axelle Ropert (Petite Solange), Charlotte Gainsbourg (Jane par Charlotte), Alice Winocour (Revoir Paris), Rebecca Zlotowski (Les Enfants des autres), Béatrice de Staël (Vacances), Patricia Mazuy (Bowling Saturne), Anaïs Volpé (Entre les vagues), Charlotte Le Bon (Falcon Lake) et Carine Tardieu (Les jeunes amants)… Tous ces films, Causette les a défen­dus dans ses pages culture, sous la talen­tueuse plume de notre chro­ni­queuse ciné­ma Ariane Allard. Après d'âpres réflexions, nous avons déci­dé de gar­der seule­ment six noms.

Les six nom­mées pour le Prix Cléopâtre sont (rou­le­ment de tam­bour) : Alice Diop, Rebecca Zlotowski, Alice Winocour, Patricia Mazuy, Blandine Lenoir et Charlotte Le Bon.

Vous pou­vez voter ci-​dessous jusqu'au 10 février pour choi­sir par­mi les six nom­mées. Les deux gagnantes (Prix du jury et Prix du public) seront annon­cées le 24 février, jour de la céré­mo­nie des César.

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
114 jonathan cothen guillaume belveze

Jonathan Cohen nous raconte sa grossesse

En cette rentrée, attendez-vous à voir Jonathan Cohen partout. Et notamment dans un film ovni sur la parentalité : Énorme, de Sophie Letourneur. L’occasion de parler grossesse, accouchement et filiation avec l’acteur devenu, depuis, père d’une...