JANE PAR CHARLOTTE 1 © Nolita Cinema Deadly Valentine

Charlotte Gainsbourg : « Je vou­lais mon­trer ma mère telle qu’elle est aujourd’hui, parce que je la trouve magnifique »

Le pre­mier film réa­li­sé par Charlotte Gainsbourg, Jane par Charlotte, est sor­ti début 2022 et c'était une belle sur­prise. Ce docu­men­taire sur sa mère, Jane Birkin, res­sem­blait à une décla­ra­tion d’amour. Douce et pro­fonde. On le ver­ra désor­mais avec, en plus, beau­coup de mélan­co­lie. Causette avait ren­con­tré Charlotte Gainsbourg à l'occasion de la sor­tie de ce pre­mier long métrage. 

Causette : Lorsqu’une fille filme sa mère et la ques­tionne, elle prend le risque de dévoi­ler, donc d’exposer, une grande inti­mi­té. Vous êtes-​vous fixé des limites ?
Charlotte Gainsbourg :
Non, pas vrai­ment. Je n’ai pas eu l’impression de révé­ler des secrets de toute façon. Il y a encore des choses que l’on ne par­tage pas, elle et moi. Mais vous savez, je n’ai com­pris mon film qu’au fur et à mesure que je le tour­nais. Tout était très libre.
Au départ, je vou­lais réa­li­ser un por­trait de ma mère, sans trop savoir ce que je cher­chais. J’habitais encore à New York, je savais que la dis­tance entre nous lui avait fait du mal. Comme j’adorais le spec­tacle avec lequel elle tour­nait – Birkin/​Gainsbourg : le sym­pho­nique –, j’ai entre­pris de la fil­mer lors d’un de ses concerts au Japon.
On a un lien avec ce pays, car Kate, ma sœur, entre­te­nait un lien pas­sion­né avec lui. Cela parais­sait donc logique… et puis, grâce ou à cause du Covid, les choses se sont recen­trées et c’est deve­nu un film sur elle et moi.

À vous entendre, le pro­ces­sus semble avoir été facile, d’une grande dou­ceur. C’est en tout cas ce que dégage votre film…
C. G. : Oui, enfin, je dois quand même pré­ci­ser que ça n’a pas du tout été un long fleuve tran­quille ! Il y a eu un arrêt, après cette pre­mière par­tie tour­née au Japon. Quelque chose avait heur­té ma mère pen­dant notre pre­mière inter­view. Je n’ai pas com­pris ce que j’avais fait de mal, mais elle m’a deman­dé d’arrêter. Ce que j’ai fait, un peu vexée.
Finalement, un an et demi après, j’ai regar­dé les images avec elle et elle a vu qu’elles étaient belles, qu’il n’y avait rien d’affreux. J’ai donc pu reprendre l’histoire. Tout cela a pris quatre ans finalement…

De nom­breux thèmes tra­versent votre film, dont celui de la vieillesse, tou­jours déli­cat à manier. Peut-​être davan­tage lorsqu’on est actrice ?
C. G. :
Effectivement, je vou­lais mon­trer ma mère telle qu’elle est aujourd’hui, parce que je la trouve magni­fique. C’est pour ça que je n’ai pas mis d’images d’elle datant des années 1960–1970. Je ne vou­lais pas du choc de la comparai- son. Mais je ne crois pas l’avoir tra­hie en m’approchant d’elle comme je le fais. J’ai tou­jours vou­lu la fil­mer le mieux pos­sible. Il n’était pas ques­tion de la faire souf­frir. C’est la rai­son pour laquelle j’ai arrê­té la camé­ra, à un moment don­né. Nous par­lons alors de ma sœur Kate [décé­dée en 2013, ndlr], avec les petits films de notre enfance pro­je­tés der­rière ma mère. Elle est très émue, ne peut pas les regar­der. J’aurais dû arrê­ter la camé­ra avant. Je me le reproche encore…

À sa manière, votre film est une décla­ra­tion d’amour à votre mère, non ?
C. G. :
Je ne m’en suis ren­du compte qu’après. Vous savez, on n’est pas du tout une famille où l’on se dit « Je t’aime ». C’est com­pli­qué, mal­adroit. Du coup, on se fait des décla- rations par le biais d’une chan­son ou d’un film ! J’ai essayé d’aller contre ça avec ma propre famille et je dois dire qu’Yvan [Attal, son com­pa­gnon et le père de ses enfants], qui vient d’une culture sépha­rade, m’a beau­coup aidée !

Bande annonce

Jane par Charlotte, de Charlotte Gainsbourg. Sortie le 12 jan­vier 2022.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.