Sandrea, l’influenceuse repen­tie de la fast fashion : « Je ne veux plus par­ti­ci­per à nor­ma­li­ser le chan­ge­ment de garde-​robe tous les lundis »

Si certain·es influenceur·euses ont, dès leurs débuts, fait de la tran­si­tion éco­lo­gique leur leit­mo­tiv, pour la majo­ri­té d’entre eux·elles, le concept était jusque-​là incon­nu. Pour Sandrea, au mil­lion d'abonné·es sur YouTube, le chan­ge­ment s'opère dou­ce­ment. Entre prise de conscience des enjeux cli­ma­tique et consé­quences de son influence. 

Capture d’écran 2022 09 30 à 17.40.38
Sandrea ©DR

À l’heure de l'urgence cli­ma­tique, la majo­ri­té des influenceur·euses conti­nuent de van­ter des trains de vie et des modes de consom­ma­tion débri­dés, à rebours des recom­man­da­tions scien­ti­fiques – et même gou­ver­ne­men­tales – actuelles. Aller-​retours en avion pour des voyages éclairs à l’autre bout du monde, pla­ce­ments de pro­duits inces­sants, mul­ti­pli­ca­tion de conte­nus spon­so­ri­sés pour inci­ter leurs com­mu­nau­tés à consom­mer et hauls1 grouillant de fringues issues de la fast fashion. Les com­por­te­ments anti-​écologiques sont légions dans le monde de l’influence. 

Si dans cette indus­trie flo­ris­sante, qui pèse qua­si­ment 14 mil­liards de dol­lars, la majo­ri­té n’est pas encore prête à prendre le tour­nant de la tran­si­tion éco­lo­gique, pour une poi­gnée d’entre eux·elles, le virage semble amor­cé. C’est le cas de la Française Sandrea, qui tota­lise 1,41 mil­lion d'abonné·es sur YouTube et 1,1 mil­lion sur Instagram. 

Réflexion éco­lo­gique 

Cette ancienne coif­feuse de 32 ans expa­triée à Nashville dans le Tennessee (États-​Unis) depuis plu­sieurs années, s'est faite connaître en 2011 avec une chaîne YouTube axée sur la beau­té et la mode. Du conte­nus life­style désor­mais sup­pri­mé de sa chaîne depuis que Sandrea a fait le choix en août 2021 d’arrêter de consom­mer de la fast fashion et d’en faire la pro­mo­tion. Fini donc les unboxings à répé­ti­tion et les nom­breuses col­la­bo­ra­tions, l’influenceuse affiche désor­mais sa réflexion pro­gres­sive sur les enjeux écologiques. 

Consciente des pro­blé­ma­tiques liées à son métier, elle a même par­ti­ci­pé récem­ment au live Instagram « influence et enjeux cli­ma­tiques » avec Amélie Deloche, cofon­da­trice de Paye ton influence, un col­lec­tif for­mé en décembre 2021 pour dénon­cer les dérives et les com­por­te­ments pro­blé­ma­tiques des influenceur·euses. Mais peut-​on réel­le­ment conci­lier tran­si­tion éco­lo­gique et influence ? De l’autre côté de l’Atlantique, Sandrea apporte à Causette des élé­ments de réponse sur sa propre expérience. 

Le 14 sep­tembre der­nier, vous avez publié sur votre chaîne YouTube une vidéo inti­tu­lée « 1 an sans fast fashion » dans laquelle vous reve­nez sur votre prise de conscience éco­lo­gique. Quand est-​ce que cette der­nière a débu­té et quel en a été le déclic ? 
Sandrea : Il y a trois ans, lorsque j’ai enta­mé ma pro­cé­dure de divorce avec mon mari, j'ai pris conscience de tout ce que j’avais accu­mu­lé chez moi et j’ai éprou­vé un pro­fond malaise. Les com­men­taires de ma com­mu­nau­té m’interpellant de plus en plus sur le sujet m’ont aus­si fait prendre conscience de ma res­pon­sa­bi­li­té. J’ai com­men­cé à faire des recherches, bien sûr j’étais au cou­rant des réper­cus­sions de la fast fashion sur l’environnement mais je ne vou­lais pas m’avouer que ce que je fai­sais avait un impact aus­si fort. Je ne vou­lais pas voir que l’influence que j’avais, le fait que je montre ça en vidéo, par­ti­ci­pait encore plus à cette sur­con­som­ma­tion et à ce car­nage écologique. 

« j'ai l’impression de m’être réveillée après avoir dor­mi pen­dant trente ans »

Ça fait donc plus d'un an que vous ne consom­mez plus de fast fashion ?
Sandrea : Oui, mon der­nier achat, c’était en août 2021, c’était une che­mise rose ache­tée chez Zara que j’ai tou­jours. Désormais, je consomme exclu­si­ve­ment de la seconde main et j’ai reven­du une grosse par­tie de mon dressing. 

Dans cette vidéo, vous par­lez de manière trans­pa­rente de votre col­la­bo­ra­tion avec la marque Molly Bracken. Vous dites avoir gar­dé votre contrat avec elle car elle ne pro­pose que deux col­lec­tions par an et n’est donc pas consi­dé­rée, selon vous, comme de la fast fashion. La majo­ri­té des vête­ments de la marque fran­çaise est pour­tant fabri­qué en Asie où les condi­tions de tra­vail sont par­ti­cu­liè­re­ment éprou­vantes dans l’industrie tex­tile.
Sandrea : Je n’ai pas encore pous­sé mes recherches sur où et com­ment sont fabri­qués les vête­ments que je reçois pour mes col­la­bo­ra­tions et c’est un tort de ma part. Il faut abso­lu­ment que je creuse. 

Lire aus­si I Travaux for­cés : en Chine, des pri­son­niers ouï­ghours fabriquent nos vêtements

Votre prise de conscience envi­ron­ne­men­tale s’est-elle limi­tée à l’arrêt de la fast fashion ? 
Sandrea : Non, j’ai eu un déclic géné­ral sur ma façon de vivre et de pen­ser. En fait, j'ai l’impression de m’être réveillée après avoir dor­mi pen­dant trente ans. Je ne voyage plus autant qu’avant. Mon seul voyage récent était en France pour voir mes proches et c’était réflé­chi, ça fai­sait deux ans que je n’y étais pas allée. J’essaye aus­si de réduire ma consom­ma­tion d’eau et d’électricité. C’est pour ça que j’ai déci­dé de démé­na­ger dans une mai­son plus petite. J’achète aus­si uni­que­ment des pro­duits locaux. Aux États-​Unis, l'écologie n'est pas encore quelque chose d'inné et d'intégré. Par exemple, pour le recy­clage, il faut se déplacer. 

En 2019, la YouTubeuse et influen­ceuse EnjoyPhoenix a deman­dé aux marques de ne plus lui envoyer de pro­duits sans son auto­ri­sa­tion. Comment avez-​vous adap­té votre métier, jus­te­ment basé sur la récep­tion de dizaines de colis par­fois non sol­li­ci­tés ?
Sandrea : Premièrement, j’ai sup­pri­mé toutes les vidéos où je mon­trais les vête­ments que j’achetais ou que je rece­vais. Parce que je consi­dère que l’influence, même si la vidéo a six ans, elle est tou­jours là et elle est poten­tiel­le­ment tou­jours néfaste. Évidemment, ma façon de tra­vailler a aus­si évo­lué en même temps que ma conscience. Mon conte­nu n'est plus du tout le même. Je fais des vidéos axées sur le déve­lop­pe­ment per­son­nel désor­mais.
Les agences aus­si ont évo­luées. Lorsque Marie Lopez [EnjoyPhenix, ndlr] a fait cette demande, toutes les agences de presse fran­çaises, celles avec les­quelles je bos­sais en tout cas, ont rema­nié leurs façons de faire. Elles ont envoyé des mails pour savoir si on vou­lait rece­voir tel colis ou non. Le pro­blème, c’est qu’à cette période, j’étais dans une telle fré­né­sie de consom­ma­tion que j’acceptais tout. Aujourd’hui, je ne reçois plus de vête­ments sauf dans le cadre d’une col­la­bo­ra­tion pen­sée et réflé­chie avec une marque éthique. Je suis pas­sée d’un colis par jour à un par mois, et encore. Je ne reçois plus de maquillage non plus. J’en achète uni­que­ment lorsque j’en ai besoin alors qu’avant, j’en rece­vais dans le cadre de mon tra­vail et j’en ache­tais beau­coup aussi. 

« Je me sou­viens avoir dit à une amie “J’aime bien faire en sorte de ne pas por­ter deux fois le même tee-​shirt dans mes vidéos”. »

Est-​ce que vous avez per­du des contrats avec des marques à la suite de votre prise de conscience ? 
Sandrea : Non, mais j’ai rom­pu moi-​même beau­coup de contrats parce que je ne vou­lais plus faire la pro­mo­tion de telle ou telle marque de fast fashion. J’ai encore actuel­le­ment des contrats de longue durée avec Apple, Maybelline et L’Oréal avec qui je ne fais qu’un seul pla­ce­ment, pour un pro­duit que j’utilise vrai­ment. Ces marques ne sont pas les plus éthiques, j’en suis consciente, et peut-​être que ces col­la­bo­ra­tions évo­lue­ront mais le pro­blème, c’est qu’il faut que je puisse aus­si payer mes fac­tures. C’est en réflexion pour l’avenir. J’aimerais à terme vivre seule­ment de la rému­né­ra­tion de mes vidéos YouTube. 

D'ailleurs, com­ment ont réagi vos abonné·es ?
Sandrea : J'ai reçu beau­coup d'encouragements. J'ai la chance d'avoir une com­mu­nau­té elle-​même consciente de l'importance de ces enjeux. Bien sûr, il y aura tou­jours des per­sonnes qui trou­ve­ront quelque chose à redire mais dans l'ensemble ils ont été contents de ce glow up !

« Je n’ai plus envie de véhi­cu­ler le fait que c'est nor­mal de vou­loir chan­ger de garde-​robe tous les lundis »

Vous avez choi­si de ne plus mettre à dis­po­si­tion les liens des sites des vête­ments que vous por­tez dans vos vidéos ou sur vos pho­tos. Pourquoi ? 
Sandrea : Je me sen­tais mal de mettre les liens car je sais com­ment cela fonc­tionne, s’il n’y a pas le lien à dis­po­si­tion, on ne va pas cli­quer des­sus, sauf si c’est vrai­ment quelque chose que l’on veut ou que l’on a besoin. Donc je suis par­tie du prin­cipe que si les gens vou­laient vrai­ment quelque chose, ils feraient eux-​mêmes les recherches. Je n’avais pas envie de conti­nuer à influen­cer ma com­mu­nau­té à sur­con­som­mer des vête­ments. Je n’ai plus envie de véhi­cu­ler le fait que c'est nor­mal de vou­loir chan­ger de garde-​robe tous les lun­dis.

La fast fashion reste quand même par­fois la seule pos­si­bi­li­té de s’habiller à moindre coût pour cer­taines per­sonnes… 
Sandrea : C’est vrai mais il existe une large offre de vête­ments en seconde main ven­dus au même prix voire moins, avec une meilleure qua­li­té. Il y a tel­le­ment à faire sur ce sujet. Par exemple, j’aimerais créer un site en ligne pour échan­ger nos vête­ments entre par­ti­cu­liers. C’est un sujet qui me tient à cœur et je sens que je gratte à peine ce que je pour­rais faire. 

« Je pen­sais que pour être heu­reuse il fal­lait avoir les moyens de consom­mer et de surconsommer. »

Comment était votre rap­port à la mode avant d’entamer cette prise de conscience éco­lo­gique ? 
Sandrea : J’ai tou­jours aimé la mode mais plus jeune je n’avais pas les moyens d’y accé­der. Je viens d’une famille très modeste, la plu­part de mes vête­ments avaient été ceux de ma grande sœur jusqu’à ce que je la rat­trape en taille et que ma mère soit obli­gée d’en ache­ter en double. On avait très peu de fringues et pour moi, c’était une grande frus­tra­tion de ne pas pou­voir avoir celles que je vou­lais et que je voyais chez les autres. Dès que j’ai gagné ma vie et que j’ai pu avoir accès à la fast fashion, je me suis ruée des­sus. J’en consom­mais vrai­ment beau­coup à un point qu’au tout début de ma chaîne, je me sou­viens avoir dit à une amie : “J’aime bien faire en sorte de ne pas por­ter deux fois le même tee-​shirt dans mes vidéos.” Et à l'époque, je fai­sais un mini­mum de trois vidéos par semaine. 

D'où venait ce besoin de sur­con­som­mer ? 
Sandrea : J’avais besoin de mon­trer que j’étais finan­ciè­re­ment capable de m’acheter autant de choses. Ça me don­nait aus­si l’impression d’avoir de la valeur aux yeux des gens. Les fringues étaient une grosse par­tie de qui j’étais. Je pen­sais que pour être heu­reuse, il fal­lait avoir les moyens de surconsommer. 

Peut-​on par­ler d’un rap­port bou­li­mique à la fast fashion ? 
Sandrea : C’était une addic­tion. J’avais clai­re­ment besoin de me rem­plir de vête­ments. J’ai une per­son­na­li­té addic­tive et ça je ne m’en étais pas ren­du compte avant d’avoir cette prise de conscience sur ma façon de sur­con­som­mer la mode. Ça peut paraître bizarre de com­pa­rer cela à l’alcoolisme ou au taba­gisme, mais c’est le même méca­nisme. De la même manière qu’une addic­tion à la drogue ou à l’alcool, il faut se sevrer pour pou­voir fina­le­ment s’en déta­cher. Et comme pour les autres addic­tions, les ten­ta­tions res­tent là. 

« J’aimerais à terme vivre seule­ment de la rému­né­ra­tion de mes vidéos YouTube. »

Est-​ce qu’il est encore dif­fi­cile de résis­ter à la fast fashion ? 
Sandrea : Il m’a fal­lu quand même deux ans pour arrê­ter com­plè­te­ment. J'ai résis­té le plus long­temps que je pou­vais parce que ça néces­si­tait des sacri­fices que je n’étais pas prête de faire à l’époque. Aujourd’hui, oui, c’est par­fois dif­fi­cile. J’avais un tel rap­port addic­tif aux vête­ments qu’il faut encore que je me fasse vio­lence quand je vois cette jupe qui me plaît. Je me dis que la gra­ti­fi­ca­tion ins­tan­ta­née que je vais res­sen­tir en l’achetant ne vaut pas mon impact néfaste sur la planète. 

Lire aus­si I « Ils ont une res­pon­sa­bi­li­té » : Paye ton influence, le compte qui inter­pelle les influenceur·ses sur les enjeux climatiques

En avril der­nier, les scien­ti­fiques du GIEC met­taient en évi­dence dans leur rap­port, le rôle qui pour­rait être joué par les influenceur·euses dans la tran­si­tion éco­lo­gique. « Les influen­ceurs sociaux et les lea­ders d'opinion peuvent favo­ri­ser l'adoption de tech­no­lo­gies, de com­por­te­ments et de modes de vie à faible émis­sion de car­bone », peut-​on lire à la page 756. Le pensez-​vous éga­le­ment, alors même que le prin­cipe de l’influence est d’inciter à la consom­ma­tion ? 
Sandrea : Je pense que l'influence et l’écologie ne sont pas incom­pa­tibles même si pour ce faire, les influen­ceurs doivent modi­fier leur façon d’influencer leur com­mu­nau­té en inté­grant les enjeux cli­ma­tiques. Modifier son influence reste pos­sible mais il faut tra­vailler encore plus pour diver­si­fier son conte­nu au risque de perdre de l’argent. C'est cer­tain que nous avons notre res­pon­sa­bi­li­té et un rôle à jouer dans tout ça. 

L’argent est le nerf de la guerre dans cette indus­trie qui pèse près de 14 mil­liards de dol­lars… Peut-​il être un frein à la tran­si­tion ? 
Sandrea : L’argent fait tour­ner les têtes et effec­ti­ve­ment dans ce milieu, il y en a beau­coup. Les pla­ce­ments de pro­duits rap­portent beau­coup plus que des conte­nus créés et iI y a beau­coup d’avantages à rece­voir des vête­ments gra­tui­te­ment. Pour cer­tains, la tran­si­tion éco­lo­gique n’est donc pas évi­dente d'un point de vue finan­cier mais j’espère qu’avec ma petite expé­rience je pour­rais influen­cer les autres influen­ceurs à faire de même. 

  1. Vidéos où l’on pré­sente les vête­ments que l’on reçoit ou que l’on achète.[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.