Capture d’écran 2022 10 27 à 09.37.25
Manifestation de Youth for Climate, le 19 mars 2021 à Paris. ©S.C.

Françoise Vimeux, cli­ma­to­logue : « C’est la pre­mière fois qu’on enre­gistre de telles tem­pé­ra­tures aus­si tar­di­ve­ment dans la saison »

Alors qu’on enre­gistre depuis le début du mois d’octobre des tem­pé­ra­tures très éle­vées dans plu­sieurs régions de France, le dérè­gle­ment cli­ma­tique pour­rait être encore plus cri­tique que prévu.

Fançoise vimeux 1
Françoise Vimeux,
cli­ma­to­logue à l’Institut de recherche
pour le déve­lop­pe­ment (IRD).
©Charlotte Jolly de Rosnay

C’est un été sans fin et il n’y a vrai­ment pas de quoi se réjouir. Selon les spé­cia­listes, octobre 2022 sera le plus chaud jamais enre­gis­tré en France, et de loin. Selon les pré­vi­sions d'une étude scien­ti­fique publiée début octobre, ces plumes de cha­leurs devraient se mul­ti­plier et s’aggraver dans les années à venir. Françoise Vimeux, cli­ma­to­logue à l’Institut de recherche pour le déve­lop­pe­ment (IRD) explique à Causette les rai­sons de ce phé­no­mène et ses conséquences.

Causette : 32,5° en Corse, 29,6° à Toulouse ou encore 25° à Nantes. Un peu par­tout en France, les tem­pé­ra­tures cara­colent dan­ge­reu­se­ment. Est-​ce excep­tion­nel pour un mois d’octobre ?
Françoise Vimeux : Oui, la vague de redoux est excep­tion­nelle pour cette période. Des tem­pé­ra­tures frô­lant les 30°C ont récem­ment été enre­gis­trées dans le Sud-​Ouest de la France. C’est la pre­mière fois qu’on enre­gistre de telles tem­pé­ra­tures aus­si tar­di­ve­ment dans la sai­son. De manière géné­rale, depuis dix jours main­te­nant, la tem­pé­ra­ture jour­na­lière moyenne est envi­ron 5°C au-​dessus des nor­males de sai­sons. Une telle durée de redoux sur tout le ter­ri­toire est très rare à cette période. Enfin, les tem­pé­ra­tures noc­turnes sont elles aus­si particulièrement[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés