fbpx
Sanaa
La candidate Sanaa Saitouli dans son QG de campagne. Cergy, mai 2022. ©A.T.

Législatives : face au can­di­dat de la Nupes, l’indépendante Sanaa Saitouli main­tient sa can­di­da­ture à Cergy

Série : Les primo-candidat·es en cam­pagne 2/​6

L'activiste locale issue du quar­tier de la Croix-​Petit à Cergy Sanaa Saitouli est can­di­date indé­pen­dante aux légis­la­tives dans la 10e cir­cons­crip­tion du Val d’Oise. Elle vient récem­ment de voir l’investiture de la Nupes lui échap­per au pro­fit du dépu­té sor­tant Aurélien Taché. 

Un long cou­loir dans les arcanes de la cité arti­sa­nale Francis Combe de Cergy. Sur l’une des portes rouges l’affiche « Cergy Demain » nous intime que nous sommes au bon endroit. Derrière la porte se trouve le QG de cam­pagne de Sanaa Saitouli, can­di­date indé­pen­dante aux élec­tions légis­la­tives sur la 10e cir­cons­crip­tion du Val‑d’Oise. Verbe haut, débit rapide et large sou­rire, la Cergyssoise de 40 ans ne s’embarrasse pas des conven­tions et nous pro­pose immé­dia­te­ment de nous tutoyer, « c’est quand même plus sym­pa », pré­cise ‑t-​elle assise der­rière son bureau de bois clair. C’est entre deux séances de trac­tage que la can­di­date et son sup­pléant, Elrazali Boultame, nous ont don­né rendez-​vous, ce mer­cre­di 11 mai en début d’après-midi.

Amère décep­tion

Il faut dire que ces temps-​ci, Sanaa Saitouli n’a pas une minute à elle. Tout juste a‑t-​elle pris le temps de déjeu­ner à midi. « C’est dur mais je ne lâche rien », assure la primo-​candidate à Causette d’une voix infaillible tou­te­fois tein­tée de décep­tion. Car, aux jeux des alliances à gauche, l’ancienne élue muni­ci­pale de Cergy compte par­mi les sacrifié·es à l’issue des négo­cia­tions. Après une semaine de trac­ta­tions avec les cadres de LFI, celle qui a fait cam­pagne pour Jean-​Luc Mélenchon lors des récentes pré­si­den­tielles a per­du début mai l'espoir de se voir inves­tie par la Nouvelle Union popu­laire éco­lo­gique et sociale (Nupes) au pro­fit d'Aurélien Taché (dépu­té sor­tant élu en 2017 sous la ban­nière LREM avant de la quit­ter en 2020 pour co-​présider le par­ti et groupe par­le­men­taire Les Nouveaux Démocrates). « Je ne suis pas contre la Nupes et je suis assez fière qu’il se passe un truc à gauche mais la décep­tion est amère,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
commentaires