fbpx
0b276a21 ec58 4c82 b56f 41dc34452ed6
Kevin Vacher le 30 avril lors de la présentation de son « programme pour vivre » © Pierre Gondard

Législatives : à Marseille, le can­di­dat indé­pen­dant Kevin Vacher veut croire à son inté­gra­tion dans la Nupes

Mise à jour 13 mai 2022 /​/​/​La Nupes a indi­qué jeu­di soir avoir inves­ti le dépu­té euro­péen LFI Manuel Bompard dans la cir­cons­crip­tion que bri­guait Kevin Vacher, qui a indi­qué mettre un terme à sa cam­pagne pour ne pas lui faire concurrence.

Série : Les primo-candidat·es en cam­pagne 1/​6

Issu du mili­tan­tisme de l'éducation popu­laire et fer de lance du mou­ve­ment contre le mal-​logement, Kevin Vacher, 31 ans, est can­di­dat indé­pen­dant aux légis­la­tives dans le centre de Marseille. À moins qu'il se résigne à céder sa place à un·e candidat·e choisi·e par la coa­li­tion Nupes.

Ça lui a pris au cœur de l’été, non pas en se rasant mais parce que « des copains et des copines sur le ter­rain » le lui ont sug­gé­ré, dit-​il. Devenir dépu­té pour por­ter un pro­gramme ambi­tieux en matière de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive mais aus­si de lutte contre le mal-​logement, lui qui a été souf­flé par l’effondrement, le 5 novembre 2018, de deux immeubles de la rue d’Aubagne, sa rue, et des huit morts causées. 

Engagé dans le Collectif 5 novembre – qui lutte pour les droits des familles en deuil, les survivant·es mais aus­si pour que cela ne se repro­duise plus –, par ailleurs socio­logue dans une asso­cia­tion d’éducation popu­laire, le jeune homme de 31 ans issu d’un milieu défa­vo­ri­sé hésite. Un sen­ti­ment d’illégitimité l’assaille, tout comme « la fatigue accu­mu­lée ces der­nières années face aux crises, du loge­ment, sani­taire ou éco­lo­gique ». Alors, il passe l’été à son­der ses proches, « en leur posant tou­jours les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés