Pourquoi « Mort aux femmes nues », polar bur­lesque de Gypsy Rose Lee, a méri­té le Prix du Masque étran­ger 2021

Ce best sel­ler publié en 1950 par la star du strip-​tease du Broadway d'après guerre vient d'être réédi­té en France, pour notre plus grand plaisir.

009198706

Gypsy Rose Lee a écrit son pre­mier roman poli­cier sur son lieu de tra­vail : les loges d’un théâtre de bur­lesque, à Brodway. Elle est alors la star du strip-​tease, un art dont elle a elle-​même revu et moder­ni­sé les règles. Brillante, mar­rante et déter­mi­née, Gypsy Rose écrit comme elle mène sa vie : tam­bour bat­tant. Entre deux pots de far blanc et trois cache-​sexe à paillette, elle rédige son polar, « Mort aux femmes nues » , en s’inspirant direc­te­ment de ce qu’elle voit, et c’est du pit­to­resque ! Danseuses nues et délu­rées, chan­teuses à voix et à secret, comiques, filous et gang­sters tiennent les pre­miers rôles. Sans comp­ter tout le petit peuple des caba­rets de l’époque, souf­fleurs, acces­soi­ristes et même un semi-​fantôme qui vit dans les cintres. 

On y découvre les mœurs et le quo­ti­dien de ces artistes qui vivent de leur truc en plumes. Gypsy Rose Lee décrit avec cru­di­té la condi­tion de ces femmes, exploi­tées, mal-​aimées, mépri­sées. Mais la plus part ont un sacré tem­pé­ra­ment (et pas mal de goût pour le whis­ky) qui leur per­met de se tailler une vie pas trop rude. L’intrigue du roman com­mence sur un air de scan­dale, quand la « Princesse Nirvana », dou­teuse aris­to­crate russe mais véri­table effeuilleuse, décide de cor­ser son numé­ro en finis­sant vrai­ment à poil. Sans le tri­angle de tis­su régle­men­taire qui couvre habi­tuel­le­ment et judi­cieu­se­ment l’anatomie de ces dames. Elle fait un triomphe, qui d’un coup d’un seul, relègue les autres dan­seuses au rang de « seconds rôles ». La révolte gronde dans les rangs de la troupe lorsqu’un meurtre san­glant va bru­ta­le­ment rebattre les cartes. Et ça n’est que le premier…

En France, tra­duit par Léo Malet, le livre est publié en 1950 et connaît un beau suc­cès. Le voi­ci qui sort de nou­veau aux édi­tions JC Lattès, et qui rafle illi­co le Prix du Masque Etranger 2021. Avant de vous pré­ci­pi­ter sur ce petit bijou déli­cieu­se­ment tru­cu­lent, jetez donc un œil au por­trait de son autrice, faite du même métal !

Lire aus­si l Gypsy Rose Lee : l’incroyable des­tin d’une Rose effeuillée

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.