fbpx

Gypsy Rose Lee : l’incroyable des­tin d’une Rose effeuillée

Rose Louise Hovick fut plus connue sous le nom de Gypsy Rose Lee, son pseu­do sur la scène bur­lesque amé­ri­caine. Si elle doit sa célé­bri­té à son rôle de strip-​teaseuse vedette des années 1940, elle fut aus­si actrice, autrice et dra­ma­turge. 

gypsy rose lee actress 1938
Portrait de Gypsy Rose Lee, en 1938. © AF archive/​Alamy Stock Photo

« Que ton cul nu brille pour tou­jours ! » Tels sont les mots télé­gra­phiés à Gypsy Rose Lee par Eleanor Roosevelt, en 1959. Bien des années avant de rece­voir les hom­mages cha­leu­reux des femmes de pré­sident, celle qui devien­dra « la Vénus de Broadway » s’appelle encore Rose Louise Hovick. C’est une petite fille timide, née en 1914 à Seattle (État de Washington), qui apprend la vie d’artiste aux côtés de sa jeune sœur June sous la férule de leur mère. Celle-​ci, Rose Thompson Hovick, divor­cée, au carac­tère vif, contourne les lois sur le tra­vail des enfants, men­tant, tri­chant et tem­pê­tant. Elle forme ses baby girls dans ­l’intention d’en faire de futures stars. Les petites apprennent donc la danse, le chant, la comé­die, sou­rient sur com­mande et pleurent sous la menace. 

Une effeuilleuse timide

À 5 et 7 ans, elles gagnent des concours, appa­raissent dans des films et sur scène grâce à « Mama Rose », qui leur monte des numé­ros d’enfants pro­diges. Elles font les beaux jours du vau­de­ville, ancêtre très popu­laire de la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés