fbpx

Ya-​Han Chuang : « L’image de mino­ri­té modèle éloigne les per­sonnes asia­tiques du champ mili­tant »

La socio­logue Ya-​Han Chuang publie ce 15 avril Une mino­ri­té modèle ? Chinois de France et racisme anti-​Asiatiques (éd. La Découverte). Derrière ce titre aca­dé­mique se cache un texte tou­chant, truf­fé de por­traits de per­sonnes d’origine chi­noise en France, dont les his­toires aident à mesu­rer l’ampleur du pro­blème. À l’heure où se redé­fi­nit la lutte anti­ra­ciste des com­mu­nau­tés asia­tiques et où émerge l’asioféminisme, la lec­ture est indis­pen­sable. Interview avec l’autrice. 

Capture d’écran 2021 04 08 à 10.18.15 1
Ya-​Han Chuang. © Mohammed El Hamzaoui

Causette : Le titre de votre ouvrage peut paraître anti­no­mique : vous par­lez du terme « mino­ri­té modèle » pour dénon­cer le racisme anti-​Chinois et plus lar­ge­ment, anti-​Asiatiques. En quoi cette image est-​elle stig­ma­ti­sante ?
Ya-​Han Chuang : Le sté­réo­type de « mino­ri­té modèle » est com­mun pour dési­gner les per­sonnes asia­tiques dans les pays occi­den­taux. En France, Nicolas Sarkozy a ouver­te­ment uti­li­sé cette expres­sion lors du Nouvel An chi­nois en 2010, en avan­çant que la com­mu­nau­té asia­tique incar­nait la « valeur tra­vail », moteur d’une inté­gra­tion réus­sie… À par­tir du moment où on uti­lise les ori­gines eth­niques ou raciales de quelqu’un pour le défi­nir, c’est un acte de racia­li­sa­tion. Comme dire que les per­sonnes asia­tiques seraient for­cé­ment bonnes en maths, douées dans le busi­ness. Cela pose un dan­ger : celui d’essentialiser un groupe. D’autant que ça crée une porte ouverte vers des sté­réo­types bien plus stig­ma­ti­sants : les per­sonnes asia­tiques seraient dociles. On entend par­fois qu’elles ne s’exprimeraient pas et seraient donc sour­noises, pas fiables.

Vous rap­pe­lez que le racisme anti-​Chinois et anti-​Asiatiques s’est révé­lé au grand jour au début de la crise du Covid-​19. Cela a‑t-​il mené à une prise de conscience du phé­no­mène dans la socié­té ?
Y‑H. C. : Oui. Et ce, à la fois chez les per­sonnes asia­tiques et du côté des pou­voirs publics, des médias et des orga­ni­sa­tions anti­ra­cistes. L’image de mino­ri­té modèle avait ten­dance à éloi­gner les per­sonnes concer­nées du champ du mili­tan­tisme. Ça occul­tait la pos­si­bi­li­té d’être vic­time en fai­sant pas­ser les agres­sions pour des[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
topakian causette 86edit

L'homme étoi­lé, au che­vet des vies filantes

Infirmier en soins palliatifs dans un hôpital de Metz, Xavier, alias L’homme étoilé, s’est lancé le défi de raconter son métier en BD sur Instagram, où il est suivi par plus de 100 000 personnes. Il a rassemblé ses histoires dessinées dans un livre...