fbpx

Sororasie lance "Asidentités", un pro­jet d’exposition sur la repré­sen­ta­tion des femmes et mino­ri­tés de genre asia­tiques

Avec son pro­jet d’exposition, « Asidentités », le col­lec­tif asio-​féministe Sororasie aborde la ques­tion de la repré­sen­ta­tion des femmes et des mino­ri­tés de genre asia­tiques dans l’espace public. Rencontre avec Amanda, la fon­da­trice du col­lec­tif qui anime éga­le­ment le pod­cast Asiattitude.

Pour Amanda, les élec­tions muni­ci­pales auront été le déclic. Le 29 mars 2020, à l’heure où la pan­dé­mie de coro­na­vi­rus déferle sur la France, la jeune femme d’origine sino-​cambodgienne et thaï­lan­daise est de retour de son bureau de vote d’Enghien-les-Bains, petite com­mune du Val d’Oise. Son devoir de citoyenne effec­tué, elle attend son mari, asses­seur pour l’occasion. Une fois réuni, le couple dis­cute et l’époux rap­porte la phrase de l’un de ses col­lègues, attra­pée au vol, lors du pas­sage de sa com­pagne au bureau de vote : « C’est elle qui a conta­mi­né Enghien-​les-​bains ! ».

Ce n’est pas la pre­mière fois que la jeune femme de 30 ans qui tra­vaille dans la com­mu­ni­ca­tion est vic­time du racisme anti-​asiatique. Loin de là. Mais le contexte sani­taire (le virus du Covid-​19 a démar­ré dans la pro­vince chi­noise de Wuhan) a ampli­fié la vio­lence de ces agres­sions quasi-​quotidiennes et l’idée qui germe dans l’esprit d’Amanda se concré­tise. Le 17 avril 2020, Sororasie publie son pre­mier post sur Instagram. Plus qu’un simple réseau social d’asio-descendant·es, Sororasie est l’une des pre­mières pla­te­formes fran­çaises réunis­sant des mil­liers de femmes et de mino­ri­tés de genre asia­tiques. « Quand j’ai tapé sur Google,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés