Screenshot 2022 08 26 08.44.33
Nadia Daam © capture d'écran Arte

Violences en ligne : peine alour­die en appel pour l'un des cybe­rhar­ce­leurs de Nadia Daam

Mercredi 24 août, C. Vidal, qui avait fait appel de sa condam­na­tion en 2019 pour « menace de crime contre les per­sonnes, maté­ria­li­sée par écrit, image ou autre objet » à l'encontre de la jour­na­liste Nadia Daam a vu sa peine grevée.

Une peine légè­re­ment plus lourde qu'en pre­mière ins­tance pour C. Vidal. L'homme qui avait fait appel de sa condam­na­tion, en 2019, pour « menace de crime contre les per­sonnes, maté­ria­li­sée par écrit, image ou autre objet » à l'encontre de la jour­na­liste Nadia Daam a vu sa peine gre­vée en appel. Ce mer­cre­di 24 août, le cybe­rhar­ce­leur âgé de 31 ans a été condam­né à cinq mois de pri­son avec sur­sis pro­ba­toire de trois ans, en plus d'une obli­ga­tion de soins psy­cho­lo­giques et du ver­se­ment de 4 000 euros de dom­mages et inté­rêts à la plai­gnante pour pré­ju­dice moral.

Les faits pour les­quels C. Vidal était mis en cause remontent à 2017. Dans un long mes­sage de haine pos­té sur le forum Blabla 18/​25 du site Jeuxvideo.com, le pré­ve­nu avait entres autres écrit qu’il « aime­rai[t] bai­ser son cadavre pen­dant que son mec regarde. » Le texte visait aus­si la fille de Nadia Daam, que l'homme mena­çait de vio­ler. Cette bile haine et ordu­rière a été déver­sée après une chro­nique radio de la jour­na­liste, dans laquelle elle qua­li­fiait ce forum très peu modé­ré et sujet à de nom­breuses polé­miques de « pou­belle à déchets non recy­clables d’Internet ». Ce sont alors des dizaines d'internautes qui se regrou­pèrent dans un "topic" créé ad hoc contre la jour­na­liste pour déver­ser leur haine, leurs menaces et orga­ni­ser des raids de cybe­rhar­cè­le­ment sur ses réseaux sociaux. « J’ai reçu des cen­taines de mes­sages, des menaces de mort, des pho­to­mon­tages en train de me faire égor­ger ou vio­ler, avec le nom et l’identité de ma fille », avait-​elle racon­té lors du pro­cès de 2019. 

Un étu­diant en philo

A l'issue de cette pre­mière audience, celui qui était alors étu­diant en phi­lo­so­phie et assis­tant d’éducation, avait été condam­né par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Rennes à cinq mois de pri­son avec sur­sis simple et 2 500 euros pour pré­ju­dice moral. Pour jus­ti­fier son com­por­te­ment, C. Vidal décla­rait alors que cette chro­nique « a déclen­ché une forte émo­tion. Je me suis sen­ti atta­qué et sujet à une haine de classe que j’ai trou­vée inad­mis­sible sur le coup. » Cette fois, la cour d'appel a esti­mé mer­cre­di que C. Vidal, dont la per­son­na­li­té a été jugée « inquié­tante », n’a tou­jours « pas remis en cause son com­por­te­ment », qu’il assi­mile « à un droit de réponse ». Son avo­cat, maître Frédéric Berrien, a affir­mé « ne pas exclure fon­da­men­ta­le­ment un pour­voi en cas­sa­tion ».

Comme qua­si sys­té­ma­ti­que­ment dans ces affaires de cybe­rhar­cè­le­ment, les consé­quences sur la vie de la vic­time sont très impor­tantes. En ce qui concerne Nadia Daam, elle a dû démé­na­ger et chan­ger sa fille de col­lège puisque la meute été par­ve­nue à trou­ver les adresses. Côté pro­fes­sion­nel, celle qui contri­bue aujourd'hui à l'émission 28 minutes d'Arte paie là encore le trau­ma­tisme de cet épi­sode de cybe­rhar­cè­le­ment : « Je ne tra­vaille plus pareil, ça m’a ôté une par­tie de ma liber­té », avait-​elle confié lors du pre­mier procès. 

Lire aus­si l Pourquoi l'affaire de cybe­rhar­cè­le­ment à l'encontre de Léna Mahfouf nous concerne toutes et tous

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.