insultes 1
© Besse

« Les "mal-​pensants" s’accrochent à leurs vieux meubles »

Mais pour­quoi tant de haine ? On a posé la ques­tion à Emmanuelle Laurent, psy­cho­logue cli­ni­cienne et autrice de Comme psy comme ça, aux édi­tions Payot.

Causette : Quelle est cette névrose des anti-​bien-​pensants à s’acharner contre le « camp du bien » ?

Emmanuelle Laurent : J’ai l’impression que, pour la plu­part, être « mal-​pensant » est une forme de pur diver­tis­se­ment, de délec­ta­tion à pro­vo­quer. Quand Finkielkraut éructe « je viole ma femme » devant Caroline De Haas, lors d’une émis­sion télé­vi­sée, il crée le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés