fbpx
Capture d’écran 2022 03 17 à 12.48.27
Marina Ovsyannikova à la sortie du tribunal, le 16 mars. ©Capture d'écran Facebook

La jour­na­liste russe Marina Ovsyannikova assume son geste et veut res­ter en Russie

Elle avait bran­di une pan­carte dénon­çant la guerre en Ukraine et la pro­pa­gande des médias contrô­lés par le Kremlin, en direct lun­di pen­dant le jour­nal télé­vi­sé sur Perviy Kanal.« Je ne reti­re­rai pas un seul mot. Ce sont mes opi­nions », a‑t-​elle décla­ré au Guardian ce 16 mars.

Marina Ovsyannikova « ne veut pas quit­ter » la Russie. La jour­na­liste russe, deve­nue en l’espace de six secondes le sym­bole des opposant·es russes à l’offensive en Ukraine, a refu­sé l’offre d’asile d’Emmanuel Macron. Ce der­nier s’était dit prêt mar­di à lui offrir « une pro­tec­tion consu­laire », soit à l’ambassade, soit en lui accor­dant l’asile. « Je suis patriote, mon fils l’est[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
125 abas women riot wikipedia

La guerre des femmes au Nigeria oubliée de 1929

À la fin de la décen­nie 1920, dans un sys­tème colo­nial leur ayant reti­ré toute place, des mil­liers de femmes du sud-​est du pays se sont réunies pour pro­tes­ter. Un évé­ne­ment long­temps oublié, connu sous le nom de « guerre des...