Anna Sharyhina et Vira Chernygina, deux ukrai­niennes les­biennes en lutte pour les droits LGBT+ mal­gré les bombes

Causette a ren­con­tré, à Paris, deux acti­vistes ukrai­niennes venues tout droit de Kharkiv témoi­gner de leur com­bat pour la défense des droits LGBT+, à l’invitation d’Amnesty inter­na­tio­nal. Les deux cofon­da­trices les­biennes de l’ONG Sphere ont racon­té leur lutte, com­plexi­fiée par la guerre en Ukraine. 

IMG 1789
Vira Chernygina et Anna Sharyhina © L.H.

Elles entrent la tête haute. Dans la salle mise à dis­po­si­tion par Amnesty International ce jeu­di 23 juin, Anna Sharyhina et Vira Chernygina marchent d’un pas déci­dé, un timide sou­rire aux lèvres, face aux quelques jour­na­listes présent·es pour les accueillir et pour les écou­ter. Des tatouages tout le long des bras et des jambes, les mêmes che­veux courts rasés sur les côtés, Anna et Vira forment un duo saisissant. 

Sébastien Tüller, res­pon­sable de la com­mis­sion LGBTI+ à Amnesty International France, les intro­duit comme des mili­tantes LGBT+ pleines de cou­rage. Anna et Vira ont créé en 2006 l’association Sphere, une ONG ukrai­nienne qui inter­vient pour la défense des droits des femmes et des per­sonnes LGBT+ dans tout le pays. Amnesty suit leur com­bat et leur tra­vail depuis sa créa­tion, il y a seize ans. « On parle trop rare­ment des per­sonnes LGBT+ dans les conflits alors qu’elles sont encore plus vul­né­rables, puisqu’elles subissent l’impact de la guerre, en plus des dis­cri­mi­na­tions déjà exis­tantes », débute Sébastien Tüller avant de leur lais­ser la parole. 

Les intro­duc­tions sont simples. « Je m’appelle Anna, j’ai 45 ans, je viens de Kharkiv, j’ai un enfant, je suis ouver­te­ment les­bienne – c’est impor­tant de le sou­li­gner car ce n’est pas le cas de toutes – et je suis en couple avec une femme. Je suis très heu­reuse d’avoir fon­dé l’association Sphere avec Vira. Même si ma vie est loin d’être plus facile depuis la créa­tion de l’association, je n’ai jamais regret­té ce choix », assure avec fier­té Anna Sharyhina. Vira est encore plus concise. « Je suis Vira, je suis aus­si ori­gi­naire de Kharkiv, je suis les­bienne et j’ai une soeur jumelle éga­le­ment les­bienne. » 

Depuis sa créa­tion, l’ONG Sphere pro­pose des for­ma­tions pour les ins­ti­tu­tions, les admi­nis­tra­tions, la police mais aus­si les écoles sur la ques­tion de l’égalité des genres. Anna et Vira ont éga­le­ment créé un centre LGBT+ pour accueillir entre vingt et cin­quante per­sonnes chaque jour, à Kharkiv. « C’était un lieu très sécu­ri­sé et sûr avant la guerre », soufflent-​elles. Depuis trois ans, Anna et Vira orga­nisent une pride (marche des fier­tés) à Kharkiv, un « évé­ne­ment majeur dans l’est de[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés