Marie Papillon : « C'est indis­pen­sable de me mar­rer et d'aller tou­jours au bout de mes délires »

Elle régale Instagram de ses vidéos absurdes et hilarantes où sa chienne Bibi tient un rôle de poids. Cette vidéaste et humoriste aux 145 000 abonné·es est également cofondatrice du Réfectoire, un food truck-traiteur, et du Foodmarket, à Paris.

113 woolf marie papillon dr
© D R

Causette : Les livres marquants de la « bibliothèque » de vos parents ?
Marie Papillon : L’encyclopédie Larousse ! Dès que je demandais la signification d’un mot, ma mère allait la chercher pour qu’on regarde la définition ensemble. Il n’y avait pas encore Internet, ça prenait des plombes. À la fin, j’osais plus demander. Avec le recul, je me dis qu’en fin de compte, c’était vachement cool.

Les lieux de votre enfance ?
M. P. : La plage du Havre et son skate­park. Le Vidéo Futur, où j’allais quasi­ment tous les jours. Les Pyrénées catalanes, où j’allais en vacances tous les ans. La salle de télé chez mes parents avec ma PlayStation. J’me rappelle, mon père avait installé une clé qui pouvait allumer et éteindre la télé et quand je jouais trop, il prenait « la clé de la télé »,sauf que j’avais spotté sa cachette, donc son truc servait à rien. Je lui ai avoué que bien plus tard. Ah Ah !

Avec qui aimeriez-vous entretenir une longue correspondance ?
M. P. : Stéphane Bern, je trouve ce mec passionnant, j’adore Secrets d’Histoire.

Que faites-vous dans vos périodes de dépression ?
M. P. : Dépré… quoi ? Connais pas ϑ.

Que faites-vous dans vos périodes d’excitation ?
M. P. : Je suis tous les jours en période d’excitation, donc c’est compliqué à savoir, mais il m’arrive d’avoir des gros pics : je me mets à gigoter dans tous les sens comme une ado sur de la musique des années 1990. Un bon vieux Eiffel 65, ça remet les idées en place.

Votre remède contre la folie ?
M. P. : Aucun j’espère, sinon ma vie n’a plus vraiment de sens.

Vous créez votre maison d’édition. Qui publiez-vous ?
M. P. : Sans hésitation ma meilleure pote, sa vie c’est carrément Un jour, une histoire, et d’ailleurs elle est en train d’écrire un bouquin sur ça !

Vous tenez un salon.
Qui invitez-vous ?

M. P. : Un salon de thé ? de coiffure ? de beauté ? Dans les trois cas, Ellen DeGeneres et Céline Dion. Y a forcément moyen de se marrer. Et si Lady Di était encore là, je l’aurais invitée aussi.

Si vous aviez une seule question à poser à Freud ?
M. P. : Est-ce qu’il s’est déjà rasé la barbe ?

LA chose indispensable
à votre liberté ?

M. P. : Me marrer et toujours aller au bout de mes délires, mais toujours dans le respect de chacun.

Le deuil dont vous ne vous remettrez jamais ?
M. P. : Ma chienne Bibi, j’espère qu’elle va vivre encore mille ans au moins.

À quoi reconnaît-on un ami ?
M. P. : Celui qui met ton nom dans son répertoire en mode « Priorité en cas d’urgence ». Si tu l’appelles, son téléphone sonne même en mode nuit.

Qu’est-ce qui occupe vos pensées « nuit et jour » ?
M. P. : Est-ce que c’est l’heure de l’apéro ?U

Partager
Articles liés
ADELINE TONIUTTI

Adeline Toniutti, sa voix au chapitre

Dans Incandescente pour toujours, publié début avril, Adeline Toniutti raconte son histoire, entre son rêve de devenir chanteuse d’Opéra fauché par une extinction de voix, les violences conjugales et “la douche de lumière” venue avec son rôle de...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.