Zaho de Sagazan Crédit Estelle Avril 9
Zaho de Sagazan © Estelle Avril

On a mor­du au magné­tisme de Zaho de Sagazan

L’année 2022 de la jeune Zaho de Sagazan res­semble à une mise en orbite avant la sor­tie d’un pre­mier album, La Symphonie des éclairs, véri­table fusée dans le ciel de la chan­son française.

Participation au Chantier des Francos, sélec­tion aux Inouïs du Printemps de Bourges, prix Chorus des Hauts-​de-​Seine, coup de cœur de Rock en Seine, avant d’assurer la tou­jours très remar­quée créa­tion des Transmusicales, l’année 2022 de la jeune Zaho de Sagazan, 23 ans, res­semble à une mise en orbite avant la sor­tie d’un pre­mier album, La Symphonie des éclairs, véri­table fusée dans le ciel de la chan­son française. 

La demoi­selle porte une par­ti­cule, mais sa noblesse réside sur­tout dans le panache de sa voix grave à la majes­té inquié­tante. Originaire de Saint-​Nazaire (Loire-​Atlantique) et fille d’une prof de lettres et de l’artiste contem­po­rain Olivier de Sagazan, elle a trou­vé à 13 ans sa voix au pia­no. D’abord dan­seuse, elle a chan­gé de pied en décou­vrant Jacques Brel, puis vécu une épi­pha­nie élec­tro avec le pro­duc­teur Koudlam. Le cla­vier consti­tue la base de ses com­po­si­tions en noir et blanc où se mêlent la clar­té de Barbara et la ten­sion gla­cée de la cold wave. 

La paro­lière aborde le sort de la pla­nète en emprun­tant la poé­sie de Charles Baudelaire (La Fontaine de sang), aus­culte les dou­leurs amou­reuses (Les Dormantes, Les Garçons, Suffisamment), trouve l’inspiration dans une der­nière ciga­rette (Aspiration), revi­site en thé­ra­peute les zones sombres de l’adolescence (Ne te regarde pas, Mon corps), tou­jours avec le ton juste.

La Symphonie des éclairs, de Zaho de Sagazan. Disparate/​Virgin. Le 18 avril au Trianon, à Paris.

Partager
Articles liés
mathidle

Mathilde : la haine en ligne n’aura pas sa voix

Féministe et enga­gée, la chan­teuse qui s’est fait connaître en par­ti­ci­pant à The Voice creuse son sillon artis­tique avec un nou­vel album pré­vu en mars. Et ce, mal­gré le cybe­rhar­cè­le­ment quo­ti­dien qu’elle subit de la part de mil­liers...

france gall en 1966

Musique : rideau sur les lolitas

De France Gall à Alizée, les « fausses ingénues », bien souvent créées de toutes pièces par les maisons de disque, ont longtemps rempli les caisses de l’industrie musicale. Retour sur un genre qui, ces dernières années, grâce au streaming, à #MeToo...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.