fbpx

Érotisme poli­tique : avec sa "Chanson de Baise", Sebastien Delage célèbre les sexua­li­tés LGBT

Le 4 août 1982, la France abro­geait le « délit d'homosexualité » ins­ti­tué par Vichy. Quarante ans plus tard, sur un air pop-​rock entê­tant, le chan­teur et musi­cien Sébastien Delage ne vous deman­de­ra qu'une chose cet été : faites du sexe, et recommencez.

SEBASTIEN 06
Sébastien Delage © Laurent Humbert

C'est hédo­niste, bien sûr. Mais à l'heure où, en pleine épi­dé­mie de variole du singe, certain·es trouvent de bon ton de stig­ma­ti­ser les gays qui ont une vie sexuelle très active et multi-​partenaires, ça en devient presque poli­tique. Chanson de Baise, c'est ce mor­ceau qui colle aux oreilles et vous donne ins­tan­ta­né­ment l'envie de pro­fi­ter de l'instant au contact tac­tile d'un·e par­te­naire ou d'un·e inconnu·e. « On se perd dans nos regards de baise /​Chauds et per­vers, escar­pés comme des falaises /​Le verre de trop, his­toire d'être à l'aise /​À décou­vert allon­gés comme sur des braises », chante avec gour­man­dise Sébastien Delage. Un mani­feste célé­brant la sexua­li­té queer, qua­rante ans après la dépé­na­li­sa­tion totale de l'homosexualité, via l'abrogation du « délit d'homosexualité » ins­ti­tué par Vichy, qui empê­chait les rela­tions entre hommes si l'un des deux avait moins de 21 ans.

Le titre s'accompagne depuis début juillet d'un clip ultra-​sexy signé Roger de la Société, où le chan­teur et musi­cien, armé de l'élégance d'une bras­sée de fleurs, fait la tour­née des appar­te­ments de ses amant·es pour goû­ter aux plai­sirs de par­ties de jambes en l'air. Nectar issu de six[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
feuilles2 A

Vulvothérapie lit­té­raire

Lire des textes érotiques pour guérir ses douleurs gynécologiques. Des patient·es et des soignant·es témoignent de l’efficacité de la méthode dans les soins du vaginisme et des dyspareunies.