40993540255 5310e6ace5 b
Tina Turner (©Flickr)

Tina Turner : cinq mor­ceaux cultes pour célé­brer la légende du rock'n'roll et de la soul

La légende du rock'n'roll et de la soul Tina Turner s'est éteinte, mer­cre­di, à 83 ans, dans sa mai­son de Küsnacht en Suisse. (Re)découvrez la car­rière de la show­girl en cinq mor­ceaux cultes.

De Mike Jagger à Diana Ross en pas­sant par Alicia Keys, l'ensemble du monde de la musique est en deuil. La légende du rock'n'roll et de la soul Tina Turner s'est éteinte, mer­cre­di, à 83 ans, dans sa mai­son de Küsnacht en Suisse. Depuis les années 50, la chan­teuse a accu­mu­lé les suc­cès, en s'associant à ses débuts avec Ike Turner, qu'elle épou­se­ra en 1962, avant de le quit­ter quelques années plus tard en rai­son de son com­por­te­ment violent et toxique. (Re)découvrez la car­rière de la show­girl en cinq mor­ceaux cultes.

River Deep, Mountain High (1966)

En 1966, six ans après le suc­cès de leur pre­mier mor­ceau en duo A Fool in Love, Ike et Tina Turner sortent leur tube River Deep, Mountain High, sous l'impulsion du pro­duc­teur Phil Spector, impres­sion­né par la voix de cette der­nière. Le créa­teur du « mur du son » (« wall of sound », en anglais), qui consiste à don­ner la pro­fon­deur sonore d'un orchestre sym­pho­nique à une chan­son pop, sou­haite enre­gis­trer la voix de la chan­teuse sans la pré­sence de son mari, connu pour vou­loir tout contrô­ler. Après avoir pas­sé un contrat avec lui pour qu'il n'intervienne pas dans le pro­ces­sus de créa­tion – mais le cré­di­tant néan­moins sur le titre – Phil Spector embarque Tina Turner dans son stu­dio et lui fait enre­gis­trer encore et encore, jusqu'à avoir la prise par­faite. « J'ai ado­ré cette chan­son, a écrit l'Américaine dans ses mémoires en 1986, rap­porte le New York Times. Pour la pre­mière fois, je ne chan­tais pas juste du R'n'B. Le mor­ceau avait une struc­ture, une mélo­die. J'étais une chan­teuse et je savais que je pou­vais faire autre chose que ce genre musi­cal. Je n'avais juste jamais eu l'opportunité. River Deep a mon­tré aux gens ce que j'avais en moi. » Grand suc­cès en Europe, il se clas­se­ra péni­ble­ment dans le Top 100 aux États-Unis.

Nutbush City Limits (1973)

Toujours en duo avec Ike, Tina Turner com­mence cepen­dant à prendre son indé­pen­dance, à la fois sociale et artis­tique, en 1973 avec le titre Nutbush City Limits, qu'elle écrit seule. Sur un rythme à la fois rock et soul, la chan­teuse s'inspire en par­tie de sa vie pour cette chan­son, qui rend hom­mage à ce vil­lage rural du Tennessee où elle a gran­di et chan­té à la cho­rale de son église. Trois ans après, en 1976, elle quit­te­ra son violent mari, après une ultime dis­pute dans la voi­ture qui les amène dans le centre de Dallas, où le duo devait lan­cer une tour­née. « Je l'ai regar­dé et je me suis dit : "C'est la der­nière fois que tu me vois, abru­ti" », écrit-​elle dans ses mémoires, selon le quo­ti­dien local Dallas Morning News. Elle quitte alors, le visage tumé­fié, l'hôtel où le couple séjourne pour se réfu­gier au Ramada Inn. Cette scène est d'ailleurs inclue dans le film tiré de l'autobiographie de la chan­teuse, incar­née à l'écran par Angela Basset.

What's Love Got to Do With It (1984)

Après son divorce et sa sépa­ra­tion artis­tique, Tina Turner sort coup sur coup son troi­sième et son qua­trième album solo, Rough (1978) et Love Explosion (1979), mais la queen du rock'n'roll ne renoue pas avec le suc­cès. Elle conti­nue de don­ner des concerts aux États-​Unis, mais sur­tout en Europe, où l'enthousiasme est encore intact. Surfant ensuite sur le suc­cès sur­prise de sa reprise de Let's Stay Together d'Al Greene en 1984, elle enre­gistre alors son cin­quième opus Private Dancer, en s'entourant de Roger Davies, mana­geur d'Olivia Newton-​John, et de jeunes auteur·trices. En résulte le tube What's Love Got to Do With It, en 1984, qui la classe pre­mière du top des singles outre-​Atlantique. Elle devien­dra d'ailleurs l'artiste la plus âgée à se pla­cer en haut des charts, à 44 ans. De quoi remettre la chan­teuse en orbite. Un an plus tard, We Don't Need Another Hero (Thunderdome), issue du film Mad Max : Au-​delà du dôme du ton­nerre dans lequel elle joue, confirme ce retour en grâce de Tina Turner.

The Best (1989)

Habituée à dépous­sié­rer des chan­sons et à leur don­ner une seconde vie, Tina Turner reprend The Best, de la chan­teuse gal­loise Bonnie Tyler, sor­ti un an plus tôt, pour son album Foreign Affair en 1989. Elle change la pro­duc­tion, ajoute un solo de saxo­phone et un pont au titre ori­gi­nal, lui don­nant alors une nou­velle saveur épique. Le mor­ceau se clas­se­ra dans le top 5 de nom­breux pays, de la Belgique à l'Italie en pas­sant par le Canada et le Royaume-​Uni. Devenu un hymne de la fin des années 80, The Best sera uti­li­sé dans une publi­ci­té pour Pepsi et lors de la National Rugby League, pres­ti­gieuse com­pé­ti­tion de rug­by australienne.

Golden Eye (1995)

Intronisée au Rock & Roll Hall of Fame en 1991, pour son duo avec Ike Turner (puis en solo en 2021), elle signe en 1995 un nou­veau tube, Golden Eye, écrit et com­po­sé par U2, pour le géné­rique du film James Bond du même nom. À 60 ans, elle annonce mettre fin à sa car­rière, après la sor­tie de son album Twenty Four Seven en 1999, pour lequel elle fera une tour­née d'adieu. Mais en 2008, gal­va­ni­sée par son duo avec Beyoncé aux Grammy Awards, elle fera une der­nière série de concerts pour célé­brer ses 50 ans d'activité dans la musique. Elle s'était depuis reti­rée en Suisse, dans sa mai­son de Küsnacht, avec son second mari, le pro­duc­teur alle­mand Erwin Bach, ren­con­tré en 1986.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.