"Deux secondes d'air qui brûle", le pre­mier roman à la langue rare de Diaty Diallo

Une ville de ban­lieue, un quar­tier, un par­king, une friche, une dalle et un immeuble en pyra­mide. Astor, Chérif, Issa, Demba, Nil et les autres. Ils vont « là où ça chill ». Et leurs jour­nées sont émaillées de contrôles poli­ciers. Jusqu’à celui de trop. Un récit au style qui claque, qui doit autant à Faïza Guène qu’à Virginie Despentes. Une langue du bitume bien rare en lit­té­ra­ture. C’est le pre­mier roman de Diaty Diallo.

Diallo Diaty © Bénédicte Roscot 02
Diaty Diallo © Bénédicte Roscot

Causette : Quel est votre par­cours, avant ce roman ?
Diaty Diallo : Je viens du mas­ter de créa­tion lit­té­raire de l’université Paris VIII, que j’ai fini[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.