fbpx

Science : deux petits pois­sons s’aimaient d’amour tendre

Chaque mois, un cher­cheur, une cher­cheuse, nous raconte sa thèse sans jar­gon­ner. Les pois­sons ont un petit cœur qui bat. C’est ce qu’a vou­lu mon­trer Chloé Laubu1, qui a sou­te­nu sa thèse en bio­lo­gie des popu­la­tions et éco­lo­gie, en 2018, en inter­ro­geant la place des émo­tions et de la per­son­na­li­té dans la prise de déci­sion chez les cichli­dés zébrés, une espèce de pois­sons mono­games.

109 Chloe Laubu 1 © Gregoire Gicquel pour Causette
© Grégoire Gicquel pour Causette

Causette : Pourquoi vous êtes-​vous pen­chée sur cette petite espèce à rayures noir et blanc, le cichli­dé zébré ?
Chloé Laubu : J’ai étu­dié les cichli­dés zébrés, car ce sont des pois­sons mono­games, c’est-à-dire qu’ils forment des couples stables pour éle­ver leurs petits ensemble. C’est rare dans le règne ani­mal. J’avais envie de m’intéresser à ce phé­no­mène chez une espèce qui n’a rien à voir avec la nôtre pour don­ner des pistes de com­pré­hen­sion et en savoir plus sur le rôle des émo­tions chez ce pois­son dans leur suc­cès pour se repro­duire et sur­vivre. 

Comment défi­nir l’émotion d’un pois­son et l’étudier ?
C. L. : J’ai vou­lu inter­ro­ger la com­po­sante cog­ni­tive, c’est-à-dire le biais de juge­ment[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 conseils crise climatique erik smits

Survivre entre potes

Dans «La Chute de l’empire humain», sorti le 20 août, dix figures de l’écologie confrontent leurs façons de se préparer aux pires heures de la crise climatique.
Un paquet de conseils utiles qu’on n’a pas l’habitude de lire.