Science : deux petits poissons s’aimaient d’amour tendre

Chaque mois, un chercheur, une chercheuse, nous raconte sa thèse sans jargonner. Les poissons ont un petit cœur qui bat. C’est ce qu’a voulu montrer Chloé Laubu1, qui a soutenu sa thèse en biologie des populations et écologie, en 2018, en interrogeant la place des émotions et de la personnalité dans la prise de décision chez les cichlidés zébrés, une espèce de poissons monogames.

109 Chloe Laubu 1 © Gregoire Gicquel pour Causette
© Grégoire Gicquel pour Causette

Causette : Pourquoi vous êtes-​vous penchée sur cette petite espèce à rayures noir et blanc, le cichlidé zébré ?
Chloé Laubu : J’ai étudié les cichlidés zébrés, car ce sont des poissons monogames, c’est-à-dire qu’ils forment des couples stables pour élever leurs petits ensemble. C’est rare dans le règne animal. J’avais envie de m’intéresser à ce phénomène chez une espèce qui n’a rien à voir avec la nôtre pour donner des pistes de compréhension et en savoir plus sur le rôle des émotions chez ce poisson dans leur succès pour se reproduire et survivre. 

Comment définir l’émotion d’un poisson et l’étudier ?
C. L. : J’ai voulu interroger la composante cognitive, c’est-à-dire le biais de jugement[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés