fbpx

Langage des singes : « Les macaques adaptent leurs voca­li­sa­tions quand ils s'adressent à un supé­rieur hiérarchique »

Sommes-​nous la seule espèce à par­ler ? Pour ten­ter d’en savoir plus sur les ori­gines du lan­gage, l’éthologue Loïc Pougnault est allé inter­ro­ger nos cou­sins les primates. 

Capture d’écran 2021 12 21 à 09.01.36
© Placide Babilon pour Causette

Causette : Le lan­gage est-​il spé­ci­fique à l’espèce humaine ? 
Loïc Pougnault : Une par­tie du monde scien­ti­fique consi­dère que le lan­gage nous est propre, car l’humain serait le seul ani­mal capable d’évoquer des faits pas­sés et futurs, ou de se réfé­rer à des élé­ments abs­traits. À l’inverse de cette vision com­plexe du lan­gage humain, l’autre par­tie pré­fère le décom­po­ser en une somme de pro­prié­tés simples, comme le fait d’agencer des sons pour for­mer des mots et des phrases, d’associer un sens par­ti­cu­lier à un son, ou encore de conver­ser. Partant de cette seconde théo­rie, il est pos­sible de faire des com­pa­rai­sons entre nos sys­tèmes de com­mu­ni­ca­tion et ceux des ani­maux non humains. Au cours de ma thèse1, nous nous sommes inté­res­sés à l’une de ces pro­prié­tés du lan­gage humain : les conver­sa­tions. Nous voulions[…]

  1. « Sur les traces de l’origine de nos conver­sa­tions : étude com­pa­ra­tive des inter­ac­tions vocales chez les grands singes », thèse sou­te­nue le 22 jan­vier 2021 à l’université Rennes‑1.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Passy 01 A

Pollution de l’air : les par­ti­cules fines au tribunal

Fruits des activités humaines, les émissions de gaz et de particules empoisonnent l’atmosphère, causant des dizaines de milliers de morts par an et d’innombrables cas de maladies chroniques. Des victimes commencent à s’organiser. Quinze d’entre...