fbpx

Grâce au pro­gramme Potenti’elles, les femmes exi­lées font du sport avec leurs « sis­ters » parisiennes

« Du poten­tiel dans cha­cune d’elles » : c’est l’ambition de Potenti’elles, un pro­gramme d'inclusion par le sport des femmes exi­lées et de leurs « sis­ters » pari­siennes. Linda est de celles-​ci et Ana de celles-là.

potenti elles session rugby 2
© Romane Bonnemé

Plaine de Vincennes, un same­di plu­vieux d’octobre. Ana et Linda, bas­kets aux pieds et coupe-​vent sur le dos, s’initient, avec d’autres novices, aux tech­niques du rug­by. L’une est péru­vienne, arri­vée en France il y a un an ; l’autre pari­sienne depuis tou­jours. Toutes les deux forment un binôme du pro­gramme Potenti’elles lan­cé en sep­tembre der­nier par l’association Kabubu. Signifiant « l’amitié par le sport » en swa­hi­li, le nom choi­si par cette jeune asso­cia­tion née en 2018, c’est avant tout un état d’esprit, où les ren­contres et l’amitié se nouent bien au-​delà du bal­lon ovale.

La règle du jeu est simple : faire du sport le relai de l’intégration des femmes exi­lées. « La sur­re­pré­sen­ta­tion des hommes dans les acti­vi­tés asso­cia­tives pro­po­sées aux per­sonnes migrantes dis­suade de nom­breuses femmes à s’inscrire. Nous avons fait le pari d’une autre forme de mixi­té, non pas sexuée, mais entre exi­lée et locale », explique Claire Dagois, la coor­di­na­trice du pro­gramme. Issues de tous hori­zons, la quin­zaine de femmes de la « pro­mo­tion Potenti’elles » se voient pro­po­ser sans frais une diver­si­té d’activités spor­tives et artis­tiques : cours de yoga, jour­nées de ran­don­nées, ses­sions de rug­by ou de hip-​hop… l’offre est aus­si ori­gi­nale que sédui­sante. Mais la force du pro­gramme réside sur­tout dans ses fameux « binômes de Sisters ». Chaque duo mixte dis­pose de six mois pour rele­ver un défi[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 09 08 à 10.49.14

La com­tesse de Die, femme trou­ba­dour oubliée

À Die, dans la Drôme, un collectif de femmes se mobilise depuis plus d’un an pour replacer dans l’Histoire des figures féminines régionales. Avec comme point de départ la vie de la comtesse de Die, femme troubadour emblématique de la ville et...