Course soli­daire : à vos bas­kets, la Sine qua non run revient à Paris !

Vous êtes toutes et tous invité·es à par­ti­ci­per à la Sine qua non run, entre Paris et Saint-​Denis, pour dire non aux vio­lences sexistes et sexuelles le 22 octobre. Les béné­fices de cette 5ème édi­tion de la course seront ver­sés à deux struc­tures œuvrant pour les femmes : la Maison des femmes de Saint-​Denis et ONU femmes.

Unknown 2
Une pré­cé­dente édi­tion de la Sine qua non run à Paris © DR

Le 22 octobre, on enfile son jog­ging, ses bas­kets et on court, à la tom­bée de la nuit, avec les filles de la Sina qua non run ! Rendez-​vous sur la place de la bataille de Stalingrad (Paris XIXème) dès 16h pour accé­der au vil­lage asso­cia­tif et dès 18h pour le top départ des courses, de six ou de dix kilomètres !

Causette est par­te­naire de cette course enga­gée qui, depuis 2017, fait d'une pierre deux coups : d'un côté, on s'approprie l'espace public en fou­lant un par­cours entre Paris et Saint-​Denis, sans pres­sion sur le clas­se­ment mais parce que faire du sport, ça fait du bien. De l'autre, on dit non aux vio­lences sexistes et sexuelles et on finance avec l'achat de notre bras­sard (entre 12 et 22 euros) deux struc­tures cru­ciales pour les droits des femmes. 

Cette année, ce sont la Maison des femmes de Saint-​Denis, qui pro­pose un accom­pa­gne­ment médi­cal mais aus­si judi­ciaire aux femmes vic­times de vio­lences sexistes et sexuelles et ONU femmes, ins­ti­tu­tion qui met en œuvre des pro­grammes visant à défendre les droits fon­da­men­taux des femmes à l'international qui béné­fi­cie­ront de ces dons. Depuis 2017, cette course fémi­niste a per­mis de dis­tri­buer envi­ron 20 000 euros à diverses asso­cia­tions. Entretien avec sa fon­da­trice, Mathilde Castres.

Capture d’écran 2022 09 23 à 18.11.13
Mathilde Castres © DR

Causette : Comment est née la Sine qua non run ?
Mathilde Castres :
Elle vient de mon his­toire per­son­nelle. Quelques années avant #MeToo, j'ai été vic­time d'agression sexuelle dans mon milieu pro­fes­sion­nel, alors que je vivais au Canada. J'ai por­té plainte (la pro­cé­dure est tou­jours en cours) et me suis très vite ren­du compte que, comme sou­vent dans ces his­toires, je n'étais pas la seule vic­time de cet homme.
Je me mise au sport, qui m'a per­mis de faire ma colère. Ça m'a répa­rée, parce que ça m'a per­mis de me réap­pro­prier mon corps. Je me suis tour­née vers la course parce que c'est quelque chose de facile : il suf­fit d'enfiler ses bas­kets et sor­tir dans la rue pour la pra­ti­quer. J'ai com­men­cé à par­ti­ci­per à des courses cari­ta­tives. Et j'ai com­pris qu'énormément de femmes autour de moi avaient, elles aus­si, subi ce genre vio­lences.
Juste avant #MeToo, j'ai donc eu l'idée de contri­buer à faire bou­ger les choses en mobi­li­sant l'ensemble de la socié­té civile à tra­vers une course, orga­ni­sée par une asso­cia­tion créée ad hoc. En par­ti­ci­pant à la Sine qua non run, hommes comme femmes s'engagent à dire non aux vio­lences sexistes et sexuelles.

Et si on est pas très spor­tive ?
M.C. :
C'est une course dont l'objet n'est vrai­ment pas la com­pé­ti­tion, même si nous pro­po­sons une option chro­no­mé­trée pour celles et ceux que cela motive. Ce qui nous inté­resse, c'est au contraire l'émulation créée par le col­lec­tif et la soli­da­ri­té entre les cou­reuses et cou­reurs. Beaucoup de femmes pensent ne pas arri­ver au bout des six ou des dix kilo­mètres et ce qui est beau à voir, c'est qu'elles y par­viennent parce qu'elles sont por­tées par l'élan des autres. La moi­tié des 1800 places est encore dis­po­nible, alors, nous vous espé­rons nom­breuses !
Il y a aus­si la pos­si­bi­li­té de ne venir que pour le vil­lage asso­cia­tif, sur la place de la bataille de Stalingrad, où seront orga­ni­sées dès 16h des tables-​rondes, des ani­ma­tions et des ate­liers d'initiation sportive.

Pourquoi a‑t-​elle lieu en noc­turne ?
M.C.
: C'est un sym­bole impor­tant car la nuit, trop de femmes ne sont pas sereines à l'idée de sor­tir ou de cou­rir seules, et évitent car­ré­ment cer­tains lieux. Elles restreignent leur péri­mètre par peur de mau­vaises ren­contres. Après la pre­mière édi­tion, j'ai reçu beau­coup d'encouragements de par­ti­ci­pantes me disant que cette course col­lec­tive de nuit leur redon­nait confiance, parce qu'elles avaient renon­cé à leur pra­tique les soirs d'hiver. Cet inté­rêt a abou­ti à la créa­tion des Sine qua non squads, des groupes qui s'organisent à Paris (trois ses­sions par semaine), Genève et bien­tôt Marseille pour cou­rir ensemble de nuit dans des endroits mal répu­tés. Au début, les regards sont insis­tants, mais je vois déjà à Paris et alen­tours la dif­fé­rence : quand nous repas­sons dans les mêmes lieux, on est déjà moins dévi­sa­gées. En fait, plus on est nom­breuses, plus c'est facile de s'imposer. Nous espé­rons que d'autres per­sonnes dans d'autres villes vont nous sol­li­ci­ter pour ouvrir leur antenne.

Et il y a aus­si le Sine qua non FC…
M.C. : Le club de foot de l'asso, tou­jours avec cette idée de démo­cra­ti­ser le sport chez les femmes et de se réap­pro­prier l'espace public, pré­emp­té par les hommes notam­ment dans les équi­pe­ments spor­tifs tels que les skate parks ou les city stades. C'est un sujet très pré­gnant : pas plus tard qu'il y a deux semaines, le Sine qua non FC avait réser­vé un city stade pari­sien pour un match et les hommes qui avaient l'habitude d'y jouer étaient décon­te­nan­cés et nous ont deman­dé plu­sieurs fois de par­tir. Il a fal­lu se mon­trer fermes pour qu'ils com­prennent qu'on ne s'en irait pas.

Plusieurs assos comme la vôtre pro­meuvent le sport fémi­nin, en non-​mixité. Ce n'est pas votre cas, pour­quoi ?
M.C. :
Oui, des assos comme Fight for digni­ty font du très bon bou­lot et ces espaces non-​mixtes sont néces­saires. Mais je crois que nous sommes com­plé­men­taires et tout aus­si utiles : la plu­part de nos acti­vi­tés sont ouvertes aux hommes et c'est ce qu'on veut. Je pense qu'il faut qu'ils s'engagent aus­si si on veut chan­ger les choses. La pre­mière édi­tion en 2017 avait réuni 75% de femmes et la deuxième, 66%. On voit donc que nous par­ve­nons petit à petit à enga­ger les hommes sur le sujet. Notre objec­tif est de tendre vers la parité.

Et si l'on veut par­ti­ci­per mais qu'on n'est pas à Paris ?
M.C. :
Nous réité­rons la course digi­tale, qui a rem­pla­cé la course en pré­sen­tiel ces deux der­nières années, en rai­son de la crise sani­taire ! Vous vous ins­cri­vez [12 euros, ndlr], vous télé­char­gez la nou­velle appli­ca­tion Sine qua non qui sor­ti­ra début octobre et vous réa­li­sez votre course quand vous vou­lez sur un cré­neau de 24h, où vous vou­lez. Un audio guide vous accom­pa­gne­ra pour faire comme si vous étiez par­mi nous !

Lire aus­si l Ode fémi­niste à la course à pied

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.