capture decran 2020 07 16 a 18.41.38 1
De gauche à droite : Erwan Balanant (Modem), Elsa Faucillon (Gauche démocrate et républicaine), Albane Gaillot (Ecologie démocratie solidarité), Clémentine Autain (La France insoumise), Eric Poulliat (Lrem) et Valérie Petit (Agir ensemble) © Inès Bendouba

Une proposition de loi demande l’allongement du délai de l’IVG à 14 semaines et la suppression de la double clause de conscience des médecins

La députée du Val-​de-​Marne Albane Gaillot porte avec 40 collègues une nouvelle loi pour « améliorer l’accès » à l’IVG des femmes en France. Une initiative née durant le confinement, face aux difficultés rencontrées par les patientes.

Albane Gaillot veut changer les choses. Cette députée du Val-​de-​Marne, référente égalité entre les femmes et les hommes du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, a présenté en conférence de presse, le 16 juillet, une proposition de loi visant à « améliorer l’effectivité » du droit à l’avortement.

Que dit ce texte ? Après avoir rappelé les obstacles qui pèsent encore sur le droit à l’avortement en France, le texte propose une modification de la loi en sept points pour la pleine effectivité de ce droit fondamental. On en retient quelques uns.

L’article 2 de la proposition de loi prévoit l’allongement des délais légaux d’accès à l’IVG, qui passeraient de 12 à 14[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés