fbpx
capture decran 2020 07 16 a 18.41.38 1
De gauche à droite : Erwan Balanant (Modem), Elsa Faucillon (Gauche démocrate et républicaine), Albane Gaillot (Ecologie démocratie solidarité), Clémentine Autain (La France insoumise), Eric Poulliat (Lrem) et Valérie Petit (Agir ensemble) © Inès Bendouba

Une pro­po­si­tion de loi demande l'allongement du délai de l'IVG à 14 semaines et la sup­pres­sion de la double clause de conscience des méde­cins

La dépu­tée du Val-​de-​Marne Albane Gaillot porte avec 40 col­lègues une nou­velle loi pour « amé­lio­rer l'accès » à l'IVG des femmes en France. Une ini­tia­tive née durant le confi­ne­ment, face aux dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les patientes.

Albane Gaillot veut chan­ger les choses. Cette dépu­tée du Val-​de-​Marne, réfé­rente éga­li­té entre les femmes et les hommes du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, a pré­sen­té en confé­rence de presse, le 16 juillet, une pro­po­si­tion de loi visant à « amé­lio­rer l’effectivité » du droit à l’avortement.

Que dit ce texte ? Après avoir rap­pe­lé les obs­tacles qui pèsent encore sur le droit à l'avortement en France, le texte pro­pose une modi­fi­ca­tion de la loi en sept points pour la pleine effec­ti­vi­té de ce droit fon­da­men­tal. On en retient quelques uns.

L’article 2 de la pro­po­si­tion de loi pré­voit l’allongement des délais légaux d’accès à l’IVG, qui pas­se­raient de 12 à 14[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés