fbpx
capture decran 2021 10 08 a 18.29.29
Photographie d'identité judiciaire de Rudolf Muller. Hambourg, 1934.

Paris : au Mémorial de la Shoah, une expo sur la répres­sion des homo­sexuels et les­biennes sous le nazisme

Une expo­si­tion au Mémorial de la Shoah se penche pour la pre­mière fois sur le sort des homo­sexuels et des les­biennes sous le nazisme. Persécuté·es, isolé·es, déporté·es et exécuté·es, elles et ils sont long­temps resté·es dans l’ombre de l'histoire de la Seconde Guerre mon­diale.

C’est un pan de l’Histoire long­temps pas­sé sous silence. Le des­tin des « tri­angles roses »1 et des les­biennes est un objet d’étude depuis seule­ment une tren­taine d'années. Très peu sont celles et ceux à avoir témoi­gné après la guerre de leurs années de per­sé­cu­tion parce qu’elles et ils étaient gay et les­biennes dans l’Europe du III ème Reich. Pourtant, les historien·nes estiment à près de 100 000 les homo­sexuels qui furent fichés par le régime Nazi. 50 000 ceux qui firent l’objet d’une condam­na­tion et entre 5 000 et 15 000 ceux qui furent envoyés dans les camps de concen­tra­tion où la grande majo­ri­té ne revien­dra pas. Difficile d’estimer le nombre de les­biennes per­sé­cu­tées par le régime nazi, les rela­tions entre femmes n’entrant pas dans le champ de la loi alle­mande.

Comme pour rat­tra­per enfin le temps et don­ner la voix à ces femmes et ces hommes, le Mémorial de la Shoah accueille la pre­mière expo­si­tion ins­ti­tu­tion­nelle sur le sujet. Inaugurée en juin 2021 à l’occasion du mois des fier­tés, l’exposition Homosexuels et les­biennes dans l’Europe nazie se tient au troi­sième étage de l'institution pari­sienne jusqu'à la fin du mois de mars.

Unknown 2
Exposition Homosexuels et les­biennes dans l’Europe nazie. ©A.T.
Temps long 

L’exposition, uni­que­ment consa­crée aux cas alle­mands et fran­çais, suit un par­cours chro­no­lo­gique qui s’inscrit dans le temps long. Des pre­miers mou­ve­ments homo­sexuels de la fin du XIXème siècle aux récents pro­ces­sus mémo­riels du XXIème siècle. « La période sombre du nazisme n’est pas une paren­thèse incom­pré­hen­sible dans l’histoire des per­sé­cu­tions des homo­sexuels et des les­biennes, sou­ligne d’emblée Florence Tamagne, com­mis­saire de l’exposition et maî­tresse de confé­rences en his­toire contem­po­raine à l’Université de Lille, qui a consa­cré sa thèse à l’histoire de l’homosexualité durant l’entre-deux guerres. Le nazisme s’inscrit dans une conti­nui­té répres­sive au sein d'une socié­té majo­ri­tai­re­ment hos­tile à la libé­ra­tion sexuelle depuis bien plus long­temps. » Pour com­prendre la mon­tée des per­sé­cu­tions, l’exposition explore tout d'abord l’éclosion d’une sub­cul­ture cita­dine – à Paris et Berlin – dans les années folles où homo­sexuels et les­biennes se retrouvent dans les caba­rets, les grands bals tra­ves­tis et les salons pri­vés. Si une visi­bi­li­té s'affirme alors dans l’art, la lit­té­ra­ture et le ciné­ma – en témoignent les nom­breuses cou­pures de presse et pho­to­gra­phies pré­sen­tées – les témoi­gnages de l'époque rap­pellent que pour une majo­ri­té d’hommes et de femmes, la dis­cré­tion reste de mise. 

Unknown
Photographies de caba­ret. Exposition Homosexuels et les­biennes dans l’Europe nazie. ©A.T.

Si la France abroge « le crime de sodo­mie » pas­sible de la peine de mort en 1791 – ce qui ne veut pas dire que l’homosexualité est bien vue -, l’Allemagne conti­nue de péna­li­ser par le para­graphe 175 du Code pénal, « la débauche contre nature […] com­mise entre per­sonnes de sexe mas­cu­lin ou entre être humains et ani­maux » au début du XXème siècle. La répres­sion s’intensifie lorsqu'Hitler arrive au pou­voir en 1933 : les revues homo­sexuelles sont désor­mais inter­dites, les clubs ferment et les mou­ve­ments mili­tants dis­sous. « On voit un tour­nant avec la modi­fi­ca­tion du para­graphe 175 en sep­tembre 1935, qui affirme que toute expres­sion de désir entre hommes est désor­mais sous le coup de la loi », constate Florence Tamagne. La peur s'empare des homo­sexuels vivant en Allemagne aus­si bien que dans les ter­ri­toires annexés comme l’Alsace-Lorraine. 

Le cas des les­biennes 

L’exposition met éga­le­ment en lumière la com­plexi­té pour les chercheur·euses d’analyser et quan­ti­fier les répres­sions subies par les les­biennes. Contrairement aux hommes, elles ne sont pas condam­nées ni dépor­tées pour le seul motif d’aimer une autre femme puisque l'homosexualité fémi­nine n'est pas péna­li­sée. « Le les­bia­nisme est jugé secon­daire par le régime qui pense pou­voir le contrô­ler, pré­cise la com­mis­saire. Pour le régime, c'est un phé­no­mène anec­do­tique. Les méde­cins et psy­chiatres de l'époque pensent qu'être les­bienne n'est qu’une phase dans la vie d'une femme et que l’instinct mater­nel fini­ra for­cé­ment par refaire sur­face pour la sau­ver de la per­ver­sion. » Si elles n’ont pas por­té le tri­angle rose cou­su sur la poi­trine des hommes, elles sont nom­breuses à avoir été éga­le­ment dépor­tées dans les camps de concen­tra­tion au motif qu'elles étaient « juives », « com­mu­nistes », « aso­ciales » et/​ou « cri­mi­nelles ». « Le régime a trou­vé d'autres motifs légaux pour enfer­mer ces femmes qui furent sou­vent vic­times de viols et d’humiliations dans les camps, indique Florence Tamagne. Elles furent aus­si for­cées de se pros­ti­tuer dans le bor­del du camp, sous la fausse pro­messe d’être libé­rées et souf­frirent éga­le­ment de l’ostracisme de la part de leurs co-​détenues. » 

Vers une recon­nais­sance offi­cielle
Unknown 3
Exposition Homosexuels et les­biennes dans l’Europe nazie. ©A.T.

Mêlant recherches scien­ti­fiques his­to­riques récentes, archives inédites, conte­nus audio­vi­suels ain­si que dix-​huit par­cours de vies d’homosexuels et de les­biennes vic­times de la répres­sion nazie, cette expo est une source de connais­sances pré­cieuse. Elle consacre toute une der­nière par­tie à la lente et dif­fi­cile quête de recon­nais­sance du sta­tut de déporté·es ain­si que la réha­bi­li­ta­tion de ces femmes et ces hommes dans les mémoires. « Il faut attendre les années 1970 pour que la dépor­ta­tion pour motif d’homosexualité com­mence à être enten­due, sous l’influence des mou­ve­ments de libé­ra­tion gay et les­bien », sou­ligne Florence Tamagne. À l’image de Pierre Seel, dépor­té à l’âge de 17 ans et pre­mier Français à témoi­gner à visage décou­vert de ces per­sé­cu­tions en 1994. En 2001, Lionel Jospin amorce le début d’une recon­nais­sance offi­cielle de la dépor­ta­tion homo­sexuelle. Depuis 2010, des mili­tantes les­biennes alle­mandes et autri­chiennes demandent l’installation d’un monu­ment propre aux les­biennes dans l’enceinte du mémo­rial de Ravensbrück (Allemagne). Il n'a été vali­dé que cet été, soixante-​seize ans après la libé­ra­tion du camp.

  1. Le tri­angle rose, pointe vers le bas, cou­su sur la poi­trine était le sym­bole uti­li­sé par les nazis pour mar­quer les homo­sexuels dans les camps de concen­tra­tion.[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés