Marguerite de Navarre, fine fleur de la Renaissance

Celle que les poètes surnommaient la « Marguerite des Marguerites » est l’une des femmes les plus brillantes de la Renaissance. Sœur aînée de François Ier, duchesse d’Alençon puis reine de Navarre, elle exercera une grande influence politique, religieuse et culturelle sur le royaume. L’autrice de L’Heptaméron possédait plus d’une corde à son arc. 

portrait of marguerite of navarre c. 1527. artist clouet jean c. 1485 1541
Portrait de Marguerite de Navarre (autour de 1527), par Jean Clouet.
© Heritage Image Partnership Ltd/​Alamy Stock Photo

Issue de la célèbre dynastie des Capétiens et fille de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême, Marguerite naît le 11 avril 1492 à Angoulême (Charente). Elle est cependant rapidement éclipsée par la naissance de son frère qui n’est autre que François Ier, le futur roi de France. Un cadet de deux ans qu’elle aime tendrement et auquel elle est très dévouée. Les deux enfants bénéficient d’une excellente éducation et Marguerite, qui se prend de passion pour les lettres, se révèle brillante. À 13 ans, elle parle l’italien et l’espagnol aussi bien que le français. L’érudite en herbe connaît aussi le grec, le latin et l’hébreu. Plus tard, elle étudiera même la philosophie et la théologie. 

Duchesse et diplomate 

Marguerite doit pourtant quitter ses chers[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés