boy in black hoodie sitting on chair
©Taylor Flowe

Heure de sen­si­bi­li­sa­tion au har­cè­le­ment sco­laire dans les col­lèges : les remon­tées et les décep­tions du terrain

Comme annon­cé par le ministre de l’Éducation natio­nale le 12 juin, une heure de sen­si­bi­li­sa­tion au har­cè­le­ment sco­laire s’est tenue dans tous les col­lèges de France la semaine der­nière. Une CPE et une pro­fes­seure d’histoire-géographie racontent à Causette com­ment cela s’est dérou­lé sur le terrain. 

Pour Manon, la semaine der­nière a res­sem­blé à une longue et inter­mi­nable gueule de bois. La CPE de 26 ans a dû consa­crer une grande majo­ri­té de son temps à inter­ve­nir dans cha­cune des seize classes de son col­lège de l’Orne dans le cadre de l’heure de sen­si­bi­li­sa­tion au har­cè­le­ment sco­laire annon­cée lun­di 12 juin par le ministre de l’Éducation Pap Ndiaye. Une heure mise en place après l’émotion natio­nale sus­ci­tée par le sui­cide de Lindsay – cette ado de 13 ans, vic­time de har­cè­le­ment sco­laire, qui a mis à ses jours le 12 mai dernier.

Si le ministre a écrit ven­dre­di 9 juin, aux 7 000 principaux·ales de col­lège pour qu’ils·elles orga­nisent une heure de sen­si­bi­li­sa­tion sur le thème « har­cè­le­ment et réseaux sociaux » dans la semaine du 12 au 16 juin, Manon l’a pour­tant appris lun­di matin dans la presse. « Le timing plus que ser­ré a été très mal accueilli par l’équipe édu­ca­tive du col­lège, per­sonne n’a com­pris,[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés