fbpx
version 2
©Jean-Paul Talimi

Fausses vic­times des atten­tats ter­ro­ristes : la double peine des vraies vic­times

Depuis 2015, ils et elles sont une poi­gnée à s’être fait pas­ser pour des vic­times des atten­tats ter­ro­ristes de Paris ou de Nice avec une méti­cu­lo­si­té gla­ciale. Identification mytho­ma­niaque, per­ver­sion mor­bide, appât du gain… les moti­va­tions diverses de ces imposteur·rices causent des ravages chez les véri­tables vic­times.

Le par­cours mytho­mane de Florence M. prend bru­ta­le­ment fin au matin du 13 février 2018. Lorsqu’elle est inter­pel­lée par les forces de l’ordre au domi­cile de sa mère où elle réside à Maisons-​Alfort (Val-​de-​Marne), les men­songes de cette quin­qua­gé­naire s’effondrent en quelques secondes comme un châ­teau de cartes. Le motif de son arres­ta­tion ? Escroquerie. Il faut dire que Florence M. trompe son monde depuis plus de deux ans main­te­nant, adap­tant son dis­cours à son inter­lo­cu­teur. En février 2016, elle s'était pré­sen­tée à la police comme res­ca­pée du Bataclan, avait livré un récit détaillé et empo­ché 25 000 euros du Fonds de garan­tie d’aide aux vic­times. Le 14 novembre 2015, au len­de­main des atten­tats qui avaient fait 131 morts dans Paris, c'est en qua­li­té de proche d’une vic­time bles­sée lors du concert des Eagles of Death Metal qu'elle avait pré­fé­ré inté­grer la com­mu­nau­té des survivant·es du 13 novembre et de leurs proches. Mais voi­là. Aucune des ver­sions n'est vraie, Florence M. n'est vic­time ni directe, ni indi­recte du ter­ro­risme.

Le 13 novembre 2015, la France connaît l'attentat de masse le plus meur­trier de son his­toire. Une nation entière est alors tou­chée de plein fouet par la tue­rie per­pé­trée par un com­man­do de l’État isla­mique. Quelques mois plus tard, la haine frappe à nou­veau dans l’Hexagone. Cette fois, sur la pro­me­nade des Anglais à Nice, où un homme fauche au volant d’un camion 86 per­sonnes le soir du 14 juillet. Beaucoup d’entre nous connaissent alors quelqu’un, qui connaît quelqu’un, qui était sur place ou aurait pu s’y trou­ver. « Cette proxi­mi­té rela­tive avec les faits que l’on res­sent sou­vent est une impul­sion uni­ver­selle natu­relle pour se rac­cor­der à un évé­ne­ment trau­ma­tique, affirme la psy­cha­na­lyste Virginie Ferrara. Mais cer­taines per­sonnes vont plus loin. » Jusqu’à s'accaparer le sta­tut de vic­time, être indemnisé·e à ce titre et même éprou­ver les mêmes symp­tômes que les vrai·es rescapé·es comme le stress post-​traumatique, l'hypervigilance ou encore les troubles du som­meil. 

Mythomane pro­fes­sion­nelle 

Florence M. est peut-​être le cas le plus inté­res­sant. La sty­liste est une mytho­mane pro­fes­sion­nelle déjà condam­née à trois reprises pour escro­que­rie avant 2015. Ce 13 novembre, cette femme céli­ba­taire et sans enfant voit dans les atten­tats l'occasion de réité­rer. Dès le len­de­main, elle s'invente un ami griè­ve­ment bles­sé dans l'attentat, lui crée une page Facebook et rédige des dizaines de com­men­taires de sou­tien à l'aide d'autres faux pro­fils. Un men­songe qui lui per­met de se fondre tota­le­ment au sein de la com­mu­nau­té des survivant·es, au point de deve­nir l’une des res­pon­sables de l'association Life for Paris quelques mois plus tard. « Avec Life for Paris, Florence a trou­vé une bande de potes, une famille. Elle s’est sen­tie utile pour la pre­mière fois de sa vie », pré­cise à Causette Alexandre Kauffmann, auteur d'un livre-​enquête qu'il lui a consa­cré, La mytho­mane du Bataclan, paru en mai 2021 aux édi­tions Goutte d’or. 

Dès 2016, Florence M. est en effet char­gée du recueil des témoi­gnages des nouveaux·elles adhérent·es. Pendant des mois, elle va entendre leurs récits, jusqu'à connaître le dérou­lé des évé­ne­ments par cœur, minute par minute. Une plon­gée dans l’horreur qui lui per­met­tra un peu plus tard de construire un men­songe solide auprès du Fonds de garan­tie. Plus loin dans l'aberrant, Florence sera même char­gée de débus­quer les menteur·ses par­mi les per­sonnes qui sou­haitent entrer dans l’association. « N’étant pas une vic­time directe, sa démarche était très appré­ciée des membres, elle pou­vait gar­der la tête froide », affirme Alexandre Kauffmann. Florence M. met en effet toute son éner­gie au ser­vice de l’association. Elle par­ti­cipe acti­ve­ment aux com­mé­mo­ra­tions, orga­nise des concerts, des soi­rées, devient un sou­tien sans faille pour les rescapé·es qui n’imaginent pas une seule seconde que la mytho­mane tient une autre par­ti­tion auprès de la jus­tice. 

6 400 vic­times d’attentats sont prises en charge depuis 2015 par le Fonds de garan­tie d'aide aux vic­times

Florence M., donc. Mais aus­si Alexandra D., Cédric R., Jean-​Luc B., Laura O., Christophe T., Serge D., Audrey G., Sasa D. et sa com­pagne Vera V.… Au final, on compte plus d’une ving­taine de per­sonnes qui se sont décla­rées être des vic­times ou des proches de vic­times des atten­tats de Paris et de Saint-​Denis en novembre 2015 et de Nice en juillet 2016. À ce jour, vingt-​et-​une per­sonnes ont été condam­nées pour escro­que­rie, ten­ta­tive d’escroquerie et faux témoi­gnages par la jus­tice fran­çaise depuis jan­vier 2016. Seize pour les atten­tats du 13 novembre, cinq pour les atten­tats du 14 juillet. Des cas de fraudes mar­gi­naux, com­pa­rés aux 6 400 vic­times d’attentats prises en charge depuis 2015, mais une ques­tion lan­ci­nante : qu’est-ce qui motive ces fausses vic­times ?

Appât du gain 

L’indemnisation finan­cière est le pre­mier enjeu de ces per­sonnes, qui voient dans les atten­tats un moyen de « se faire » de l’argent faci­le­ment. Créé en 1990, le Fonds de garan­tie d’aide aux vic­times indem­nise l’intégralité des pré­ju­dices phy­siques et psy­chiques cau­sés par des actes de ter­ro­risme. Les vic­times peuvent ouvrir un dos­sier auprès de l’institution dès lors qu’ils·elles sont inscrit·es sur la liste unique des vic­times (LUV) éta­blie par le par­quet. Pour ce faire, un dépôt de plainte et une preuve de pré­sence sur les lieux sont néces­saires. « Après le 13 novembre 2015, on a deman­dé à ce que le dépôt de plainte soit sim­pli­fié, indique à Causette Arthur Dénouveaux, res­ca­pé du Bataclan et pré­sident de l’association Life for Paris depuis sep­tembre 2017. C’était impor­tant de faci­li­ter les démarches pour des vic­times suf­fi­sam­ment trau­ma­ti­sées pour qui il peut être très dou­lou­reux d’entamer le pro­ces­sus judi­ciaire. Beaucoup n’ont d'ailleurs pas encore fran­chi le pas. » Meurtri·es dans leur chair et leur psy­ché, des cen­taines de survivant·es sai­sissent le Fonds dès la fin de l’année 2015. 

C’est ain­si que des escrocs ont pu s'immiscer dans le flot. Et bien sou­vent, des per­sonnes qui n’en sont pas à leur coup d’essai. Sasa D. et sa com­pagne Vera V., mul­ti­ré­ci­di­vistes, ont décla­ré aux enquê­teurs pari­siens avoir été souf­flés par une explo­sion le soir du 13 novembre au Stade de France (Seine-​Saint-​Denis). Un faux témoi­gnage agré­men­té d'un dépôt de plainte et d'un cer­ti­fi­cat médi­cal qui leur per­met alors d'empocher 60 000 euros. L’histoire aurait pu s'arrêter là et le couple mytho­mane ne jamais être mis en cause. Mais quelques mois plus tard, Sasa D. et Vera V. voient de nou­veau dans le drame l'occasion d’assouvir leur soif de cupi­di­té.

Quand les deux amants – qui vivent à Cannes – apprennent l’attentat de Nice le 14 juillet 2016, il et elle prennent immé­dia­te­ment la route en direc­tion de l’hôpital Pasteur de Nice pour se faire à nou­veau por­ter comme vic­times. Coïncidence incon­ce­vable ou men­songe mor­bide ? Ce second dos­sier d’indemnisation met en tout cas la puce à l’oreille au Fonds de garan­tie qui fait part de ses doutes à la jus­tice. Après enquête, le couple d’escrocs recon­naît les faux témoi­gnages et est condam­né à quatre et six ans de pri­son ferme le 19 avril 2017.

« Une vic­time peut refu­ser de se faire exa­mi­ner par un expert et ain­si, elle ne touche qu’une somme for­fai­taire. Dans ce cas, un escroc ne se fera jamais attra­per »

Arthur Dénouveaux, res­ca­pé du Bataclan et pré­sident de l’association Life for Paris depuis sep­tembre 2017

Le Fonds de garan­tie d’aides aux vic­times, inter­ro­gé par Causette, assure s’être « for­te­ment mobi­li­sé contre la fraude depuis 2016 et qu’il s’agit de cas mar­gi­naux ». Arthur Dénouveaux n’en est pas si sûr. « Une vic­time peut refu­ser de se faire exa­mi­ner par un expert et ain­si, elle ne touche qu’une somme for­fai­taire [bap­ti­sée pré­ju­dice excep­tion­nel spé­ci­fique des vic­times d’actes de ter­ro­risme d’un mon­tant de 30 000 euros, ndlr]. Dans ce cas, un escroc ne se fera jamais attra­per. »

Un men­songe comme une deuxième peau

Au-​delà de l'appât du gain, il existe un enjeu plus com­plexe, qui concerne, lui, le pro­fil psy­cho­lo­gique de ces mytho­manes : certain·es d’entre eux·elles nour­rissent une « obses­sion », selon les mots de la psy­cha­na­lyste Virginie Ferrara, pour obte­nir le sta­tut de vic­time. Pour le com­prendre, il faut s'intéresser au trai­te­ment des vic­times d’attentat. « Auparavant les vic­times du ter­ro­risme étaient invi­si­bi­li­sées, sou­ligne Gérôme Truc, socio­logue spé­cia­liste des réac­tions sociales aux attaques ter­ro­ristes. Il faut attendre les années 1980 et le com­bat de Françoise Rudetzki [vic­time d’un atten­tat à la bombe en 1983 et fon­da­trice du Fonds de garan­tie des vic­times, ndlr] pour que soit recon­nu le sta­tut de vic­times civiles de guerre. Mais on a vrai­ment vu un tour­nant après le 11 sep­tembre 2001. Les vic­times ont alors gagné une cen­tra­li­té et une visi­bi­li­té dans nos socié­tés occi­den­tales, ce qui peut appro­fon­dir une faille nar­cis­sique chez des gens qui veulent se sen­tir exis­ter dans la col­lec­ti­vi­té, qui veulent d’une cer­taine manière être recon­nus, sacra­li­sés et peut-​être par­ti­ci­per à l’Histoire en disant “Moi aus­si, j’y étais”. »

On a tous et toutes en mémoire la lec­ture dou­lou­reuse des por­traits des vic­times du 13 novembre 2015 publiés dans la presse pen­dant les semaines qui ont sui­vi les atten­tats. « Il y a une telle attente média­tique et socié­tale autour des atten­tats ter­ro­ristes que ces per­sonnes ont éga­le­ment envie d’en faire par­tie, d’avoir eux-​aussi de la “lumière” », pour­suit le socio­logue. 

Car toutes les fausses vic­times ne demandent pas d’argent. C’est même pour cela que leur nombre est dif­fi­cile à quan­ti­fier : elles ne peuvent pas être pour­sui­vies et donc recen­sées tant qu’elles n’ont pas ten­té d’escroquer le Fonds de garan­tie. À l’image de Florence M., qui n’a pas tout de suite cher­ché à être indem­ni­sée. « Ce qu’elle vou­lait au départ c’est être utile, appar­te­nir à un groupe et ain­si rompre avec sa soli­tude », pré­cise Alexandre Kauffmann. 

Victimes de la vie 

S’il existe une mul­ti­tude de pro­fils dif­fé­rents, ils et elles ont pour point com­mun d’être tous et toutes, des « vic­times » de la vie. « Alexandra D., par exemple, a por­té plainte vingt et une fois avant les atten­tats du 13 novembre, pour vols et agres­sions sexuelles, pré­cise Alexandre Kauffmann. Elle a vu dans son men­songe un moyen d'être enfin recon­nue en tant que vic­time. » Florence D., elle aus­si, se consi­dère réel­le­ment comme telle. Son enfance est mar­quée par un père absent qui quitte très vite le foyer fami­lial et une mère dépres­sive. Elle enchaîne ensuite les dés­illu­sions amou­reuses, com­plexée par un syn­drome de Cushing qui rend son visage bouf­fi et lui fait prendre beau­coup de poids. Malheureuse, Florence M. tente même en 2012 de mettre fin à ses jours.

« J’ai seule­ment envie de dire à ces per­sonnes, “Vas‑y, prends ma place dans le cou­loir avec les ter­ro­ristes” »

David Fritz-​Goeppinger, vic­time du Bataclan

« Ce sont sou­vent des per­sonnes qui se sentent mal dans leur corps et dans leur tête, elles ne sont pas heu­reuses, sou­ligne le socio­logue Gérôme Truc. Être enfin recon­nues en tant que vic­time ou proche de vic­time par l’État et la socié­té leur per­met de répa­rer le pré­ju­dice du manque de recon­nais­sance et d’affection qu’elles ont connu toute leur vie. » Pour la psy­cha­na­lyste Virginie Ferrara, « les fausses vic­times ont des per­son­na­li­tés fra­giles, ce sont des per­sonnes sou­vent dépres­sives qui pré­sentent pour la plu­part des troubles de la per­son­na­li­té et des troubles de l’attachement. S'inventer une vie est alors pour elles le seul moyen de sor­tir de leur réa­li­té qu’elles trouvent trop fade à leur goût. » Une situa­tion que l’on retrouve par exemple chez Audrey G., jeune femme qui pré­tend avoir été tou­chée au pied par une balle au Bataclan. Si elle n’a pas été pour­sui­vie par la jus­tice car elle n’a jamais ten­té d’escroquer le Fonds de garan­tie, cela ne l’a pas empê­chée de se pro­me­ner la nuit autour du Bataclan seule avec sa fille de 5 ans et de racon­ter avec aplomb à un veuf qu’elle avait vécu les der­niers ins­tants de la femme de ce der­nier, tuée au Bataclan. 

Dégâts consi­dé­rables

Véritable détresse psy­cho­lo­gique, désir mor­ti­fère de se rac­cro­cher à un drame natio­nal ou mani­pu­la­tion gla­ciale ? La fron­tière est floue. Reste que les dégâts, eux, sont bien réels pour les vraies vic­times.« Avec leur men­songe, ils ont sali la mémoire des gens qui sont morts ce soir-​là, déplore David Fritz-​Goeppinger, lui-​même otage du Bataclan. Le sta­tut de vic­time, je ne le sou­haite à per­sonne. À ces gens qui nous ont tra­his, j’ai seule­ment envie de dire, “Vas‑y, prends ma place dans le cou­loir avec les ter­ro­ristes”. » Le sen­ti­ment de tra­hi­son est d’autant plus fort que ces fausses vic­times ont toutes gra­vi­té autour de l'association Life for Paris dès les pre­mières semaines de sa créa­tion. « Elles ont fait irrup­tion à l’intérieur même d’un sanc­tuaire où on essayait de se recons­truire à l'abri des regards indis­crets, rap­pelle le pré­sident de l’association, Arthur Dénouveaux. Toutes vou­laient faire quelque chose pour aider, elles pos­taient de manière assez régu­lière sur les réseaux sociaux, par­ti­ci­paient aux com­mé­mo­ra­tions, à nos apéros-​thérapies et don­naient éga­le­ment beau­coup d’interviews avec énor­mé­ment de détails. »

À la dif­fé­rence des vraies vic­times, les fausses cherchent en effet la lumière en per­ma­nence, notam­ment dans les médias. « On a vu une dif­fé­rence avec les vraies vic­times qui ont sou­vent beau­coup de mal à s’exposer, sou­tient le socio­logue Gérôme Truc. Quand elles ont racon­té une fois, deux fois leur his­toire, elles n’ont ensuite plus envie d’en par­ler pen­dant un moment. »

Ce n’est pas le cas d’Alexandra D.. Comme une grande majo­ri­té, la tren­te­naire est ins­crite depuis 2016 sur la liste unique des vic­times. Ce qui lui a per­mis de rece­voir jusqu’à 20 000 euros de la part du Fonds de garan­tie entre jan­vier 2016 et mai 2017 ain­si que de béné­fi­cier d'un coû­teux séjour de recons­truc­tion thé­ra­peu­tique en 2016. Son visage a été aper­çu dans les nom­breuses inter­views qu’elle a don­nées à la presse jusqu'à son arres­ta­tion en 2018. Photographiée en novembre 2017 dans le cadre d'une dépêche de l’AFP sur les vic­times ayant recours au tatouage comme « thé­ra­pie », elle exhi­bait d'ailleurs fiè­re­ment le sien, la devise de Paris Fluctuat nec mer­gi­tur (il est bat­tu par les flots mais ne sombre pas) tatouée à l’encre noire sur le bras pour ne pas oublier cette nuit-​là.

Le soir du 13 novembre, Alexandra D. pré­tend être à la ter­rasse du Carillon, l’une des ter­rasses pari­siennes atta­quée par le com­man­do ter­ro­riste où treize per­sonnes seront tuées. Aux jour­na­listes, cette femme sans emploi n’hésite pas non plus à mon­trer une cica­trice sur son coude, ves­tige selon elle d'une balle de kalach­ni­kov. Or, si Alexandra est bien une habi­tuée des lieux, elle n’y était pas ce soir-​là. C'est parce qu'elle n'a pas vou­lu faire exa­mi­ner cette cica­trice trop nette – fina­le­ment liée à un acci­dent de kite­surf – que la jus­tice com­mence à dou­ter de sa ver­sion. La jeune femme est condam­née à deux ans de pri­son dont six mois fermes pour escro­que­rie le 16 octobre 2018. À son pro­cès, Alexandra D. affir­me­ra comme pour se jus­ti­fier : « Il était pré­vu que j'aille à la ter­rasse du Carillon. Mes plans ont chan­gé, à vingt minutes près. »

Indécence 

Au-​delà d’afficher leur pré­ten­due souf­france, ces mytho­manes n’hésitent pas non plus à relan­cer com­pul­si­ve­ment le Fonds de garan­tie pour per­ce­voir leurs indem­ni­tés. Cédric R., ancien ambu­lan­cier de 29 ans a pré­ten­du boire un verre au Bataclan café le soir du 13 novembre 2015. Comme Alexandra D., Cédric R. a même fait tatouer sur son corps la « dou­leur » de cette soi­rée repré­sen­tée par une Marianne sur fond de Bataclan. La loca­li­sa­tion de son télé­phone por­table démon­tre­ra lors de son pro­cès en décembre 2017 qu’il était en réa­li­té chez lui à une tren­taine de kilo­mètres de Paris lorsque les ter­ro­ristes sont entrés dans la salle de concert. 

Mais en novembre 2015, l’urgence pour l’association Life for Paris n’est pas d’enquêter mais d'accueillir et d’accompagner les vic­times. « On ne pou­vait pas remettre en ques­tion la parole d'une per­sonne qui raconte sa soi­rée du 13 novembre », se sou­vient Arthur Dénouveaux. Alors, lorsque Cédric demande des témoi­gnages aux survivant·es pour consti­tuer son dos­sier auprès du Fonds, ils sont plu­sieurs à appuyer sa demande. « J’ai ren­con­tré Cédric en jan­vier 2016 à une com­mé­mo­ra­tion, raconte à Causette, David Fritz-​Goeppingher. Il est venu me voir en me disant : “Je sais qui tu es, je t’ai vu dans la ruelle quand tu étais sus­pen­du dans le vide, accro­ché à la fenêtre”. Je ne me suis pas méfié et je l’ai cru. Peut-​être car c’était impor­tant que quelqu'un légi­ti­mise ces faits que j’avais encore tel­le­ment de mal à croire. Alors comme un con, je lui ai répon­du, “Ah, mais c’était toi le mec au tee-​shirt blanc”. »

« Un jour, Cédric me demande d’écrire une lettre pour le Fonds de garan­tie dans laquelle je déclare l’avoir vu dans le pas­sage Amelot le soir du 13 novembre, je l’ai fait. »

David fritz-​Goeppinger, ancien otage du Bataclan

David ne le sait pas encore, mais il vient de mettre un pied dans l’engrenage men­son­ger de Cédric R.. Très vite, les deux hommes se rap­prochent jusqu’à deve­nir amis. « C’était un mec sym­pa, il a même orga­ni­sé un apé­ro chez lui où il a invi­té soixante per­sonnes dont beau­coup de membres de l’asso. Je me sou­viens de son dis­cours dans lequel il disait qu’il était très heu­reux de faire par­tie de notre com­mu­nau­té. » Cédric R. revient sou­vent sur les détails mor­ti­fères des atten­tats. Mais dans cette période où les rescapé·es ont plus que jamais besoin de bien­veillance et de sou­tien, tous et toutes boivent ses paroles. Il parle même avec effroi d’une femme enceinte qui a pris trois balles juste devant lui pour le sau­ver… l’enquête mon­tre­ra qu’aucune vic­time ne cor­res­pond à sa des­crip­tion. « Un jour, il me demande d’écrire une lettre pour le Fonds de garan­tie dans laquelle je déclare l’avoir vu dans le pas­sage Amelot le soir du 13 novembre, je l’ai fait. » 

Cédric R. four­nit la lettre de David, des cer­ti­fi­cats médi­caux et son Rib en mai 2016. Mais rien n’y fait, sa demande est reje­tée, son dos­sier n’étant pas assez solide selon le Fonds de garan­tie. Cédric appel­le­ra alors l’organisme à dix-​huit reprises avant d’être démas­qué par la jus­tice quelques mois plus tard. David tombe de dix étages lorsqu’il apprend que son ami est un men­teur. « Je me suis sen­ti tra­hi, mani­pu­lé et évi­dem­ment cou­pable d’avoir écrit cette lettre », affirme celui qui a dû écrire un « contre-​témoignage » pour ne pas que sa propre parole soit décré­di­bi­li­sée. Cédric R., de son côté, a été condam­né à deux ans fermes dont dix-​huit mois avec sur­sis en décembre 2017. À son pro­cès, il déclare s’être vrai­ment consi­dé­ré comme une vic­time, finis­sant par avouer presque à demi-​mot qu’il « aurait aimé y être », sans expli­quer les rai­sons qui l'ont pous­sé à ce geste.

Lorsqu’elles sont démas­quées par la jus­tice ou par les membres de l’association, ces mytho­manes ne semblent pas voir le mal qu’elles ont pu cau­ser. Durant son pro­cès en mars 2018, Florence M. déclare ne pas com­prendre pour­quoi les membres de l’association Life for Paris lui en veulent, elle qui « consacre [sa] vie depuis 2015 à leur venir en aide ». Comme Cédric R., Florence M. a vrai­ment cru à son men­songe. « J’ai com­men­cé à avoir les mêmes symp­tômes, à avoir peur des gens, à ne pas pou­voir aller dans cer­tains quar­tiers, j’ai cru que j’étais une vic­time », assurera-​t-​elle à un expert psy­chiatre. Pour escro­que­rie et abus de confiance, Florence M. est condam­née en 2018 à quatre ans et demi de pri­son ferme. 

Faire face aujourd'hui 

Pour se pro­té­ger de poten­tielles fausses vic­times, Life for Paris,, qui compte aujourd’hui 800 adhérent·es, mul­ti­plie désor­mais les véri­fi­ca­tions auprès de ses membres. « Après avoir eu affaire à plu­sieurs cas, on a com­pris où étaient nos failles, déclare le pré­sident Arthur Dénouveaux. Après l’histoire de Florence, on a tous dû refour­nir des preuves de notre pré­sence sur les lieux, ça nous a ras­su­rés et, d’un côté, ça a même ren­for­cé notre cohé­sion. » De son côté, le Fonds de garan­tie d’aide aux vic­times assure à Causette conci­lier « la bien­veillance, qui conduit à pré­su­mer la bonne foi des vic­times, avec l’indispensable vigi­lance face au risque de fraude »

Six ans après les atten­tats du 13 novembre, beau­coup de vic­times ne se sont pas encore mani­fes­tées. Et alors que s’est ouvert, le 8 sep­tembre, le procès-​fleuve qui dure­ra neuf mois et qu’elles devraient être nom­breuses à se consti­tuer par­ties civiles, une ques­tion se pose. Faut-​il craindre que de nouveaux·velles usurpateur·rices se mêlent à elles ? Le pré­sident de Life for Paris se veut opti­miste. « Nous ne sommes plus dans l’urgence de 2015, on est beau­coup plus vigi­lants aujourd’hui. Je ne pense pas que nous allons voir arri­ver de nou­veaux faux témoi­gnages, par contre on reçoit actuel­le­ment beau­coup de nou­velles adhé­sions et on espère que le pro­cès don­ne­ra le cou­rage néces­saire à celles qui ne se sont pas encore mani­fes­tées. »


Difficile recon­nais­sance des vic­times 

Si les per­sonnes pré­sentes au Bataclan ou sur les ter­rasses pari­siennes sont auto­ma­ti­que­ment recon­nues comme vic­times des atten­tats de novembre 2015, il est plus com­pli­qué de déter­mi­ner celles de l’attentat de Nice et donc d’y débus­quer les mytho­manes. « Avec Nice, on a une grande dif­fi­cul­té à déter­mi­ner le péri­mètre des vic­times. On uti­lise la géo­lo­ca­li­sa­tion, mais il ne faut pas oublier que c’est une ville entière qui a été trau­ma­ti­sée ce soir-​là », affirme le socio­logue Gérôme Truc. 30 000 per­sonnes étaient en effet pré­sentes le soir du 14 juillet 2016 sur la pro­me­nade des Anglais. Pour faire preuve de leur bonne foi, les vic­times doivent alors appor­ter des preuves de leur pré­sence sur les lieux de l’attentat : témoi­gnages, pho­tos, don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion, tex­tos, cer­ti­fi­cats médi­caux… « C’est tou­jours un véri­table par­cours du com­bat­tant de se faire recon­naître comme vic­time, 20 % nont pas encore tou­ché dindem­ni­sa­tion et lorsque de nou­velles vic­times arrivent, cest aujourd'hui très dif­fi­cile pour elles de prou­ver qu'elles étaient là », témoigne d’ailleurs Jean-​Claude Hubler, l’ancien vice-​président de l’association des vic­times de l'attentat de Nice, Promenade des anges. 
Comment alors comp­ta­bi­li­ser les vic­times ? Sur quels cri­tères consi­dé­rer qu’une per­sonne est une vic­time de l’attentat et quelle limite don­ner à la fonc­tion de vic­time ? Le pro­cès du 13 novembre 2015 a mis ces ques­tions en lumière dès le deuxième jour d’audience, lorsque les juges ont refu­sé que plu­sieurs per­sonnes se consti­tuent par­ties civiles au motif qu’elles n’étaient pas direc­te­ment pré­sentes ou visées par les ter­ro­ristes…

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés