b0c6f4af 4fb5 4ece 9c9f f89eeedb9ae9
Photo : Paola Breizh

Chlordécone aux Antilles : les député·es recon­naissent la “res­pon­sa­bi­li­té” de l’État

Le texte recon­nais­sant sym­bo­li­que­ment la “res­pon­sa­bi­li­té” de l’État dans les ravages du chlor­dé­cone a été voté à l’unanimité des 101 votant·es, les groupes de la majo­ri­té s’étant abs­te­nus, et va pour­suivre son che­min par­le­men­taire au Sénat.

L’Assemblée natio­nale a adop­té, jeu­di 29 février, en pre­mière lec­ture, une pro­po­si­tion de loi recon­nais­sant sym­bo­li­que­ment la “res­pon­sa­bi­li­té” de l’État dans les dégâts du chlor­dé­cone, un pes­ti­cide uti­li­sé aux Antilles jusqu’en 1993 mal­gré les alertes sur sa noci­vi­té. Ce vote una­nime “est une vic­toire de la repré­sen­ta­tion natio­nale, une vic­toire de la République de la fra­ter­ni­té”, a salué dans l’hémicycle le dépu­té PS de Guadeloupe et por­teur du texte, Élie Califer, à l’issue des débats. “Nous avons fait un tra­vail que nos ter­ri­toires vont regar­der”.

La pro­po­si­tion[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés