26082023 Stupro5
© Julie Déléant

Italie : la colère monte à Palerme après le viol en réunion d’une jeune fille et les décla­ra­tions du conjoint de Georgia Meloni

Le 7 juillet der­nier, une jeune fille de 19 ans a été vio­lée par sept hommes sur le front de mer de Palerme, en Sicile. Jour après jour, à mesure que les détails de l’affaire sortent, la colère monte au sein de la socié­té civile qui bat désor­mais le pavé. La réac­tion d'Andrea Giambruno à cette affaire, le conjoint de la Première ministre Georgia Meloni, qui a décla­ré lun­di soir que si une femme s’abstenait d’être ivre, elle évi­tait de cou­rir le risque d’un viol ne va pas man­quer d'attiser la colère. Reportage.

« Si l’on n’est pas en état d’ivresse, ça évite de se jeter dans la gueule du loup. » La phrase a été pro­non­cée en direct lun­di à la télé­vi­sion Rete 4 (du groupe Mediaset) par le jour­na­liste Andrea Giambruno, le com­pa­gnon de la Première ministre, Giorgia Meloni. « Si on va dan­ser, on a tout à fait le droit d’être ivre, il ne doit pas y avoir de mal­en­ten­du de quelque nature que ce soit. Mais si l’on évite de se rendre ivre et de perdre la rai­son, peut-​être que l’on évite aus­si d’encourir cer­tains pro­blèmes, parce qu’ensuite, on tombe dans la gueule du loup. »

L'affaire à laquelle il fait allu­sion fait grand bruit en Italie depuis des semaines. Les faits ont eu lieu le 7 juillet der­nier, dans le gris de la tôle d’un chan­tier aban­don­né sur le front de mer de Palerme, quelque part entre les voi­liers de la Cala, les pal­miers et les portes de la ville. Au beau milieu de la nuit, une jeune fille de 19 ans a été vio­len­tée et vio­lée par sept gar­çons, âgés de 18 (17 au moment des faits, ndlr) à 22 ans. L’un d’entre eux était son ex-​petit ami. Quelques heures plus tôt, elle avait croi­sé le groupe dans le quar­tier popu­laire de la Vucciria, une place située en plein cœur du centre his­to­rique de la ville, appré­ciée tant par les jeunes Palermitains que les tou­ristes pour ses nuits fes­tives et bon mar­ché. En confiance, elle avait pas­sé une par­tie de la soi­rée avec eux et accep­té de boire quelques verres en leur com­pa­gnie. Elle igno­rait alors que la nuit va virer au cauchemar.

21082023 Stupro1
© Julie Déléant

Comme le rap­porte le Giornale di Sicilia, trois des auteurs, arrê­tés fin juillet, ont été incar­cé­rés le 3 août. Mais il faut attendre la seconde salve d’arrestations, le 17 août, pour que la nou­velle se répande dans la presse ita­lienne, pro­vo­quant effroi et indi­gna­tion. Le par­cours du groupe a été fil­mé par les vidéo­sur­veillances, le viol, par ses auteurs pré­su­més. En plein été, Palerme bas­cule dans[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
01 Chowra Makaremi©Charlotte Krebs

Un an de la mort de Jina Mahsa Amini : « La répres­sion entrave les ira­niennes au quo­ti­dien, en désac­ti­vant leur pos­si­bi­li­té d’action et de vie nor­male », condamne l'anthropologue Chowra Makaremi

Un an après la mort en détention de Jina Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs pour quelques mèches de cheveux dépassant de son voile, Chowra Makaremi, dont le livre, "Femme ! Vie ! Liberté ! Échos d’un soulèvement révolutionnaire en Iran"...