Lawrence Jackson wikidata Q102414330 Kamala Harris on the phone with Justin Trudeau
© Lawrence Jackson / Wikimedia Commons

La vice-​présidente amé­ri­caine Kamala Harris “prête à ser­vir” son pays

Au moment où le débat sur l’âge du pré­sident Joe Biden fait rage, la vice-​présidente amé­ri­caine Kamala Harris se dit “prête à ser­vir” son pays, dans un entre­tien publié lun­di par le Wall Street Journal.


“Je suis prête à ser­vir mon pays. Il n’y a aucun doute là-​dessus”, a décla­ré la démo­crate de 59 ans au Wall Street Journal, en assu­rant que qui­conque la voit à l’œuvre “en tire la conclu­sion [qu’elle est] plei­ne­ment capable de diri­ger”. L’entretien, pré­cise le quo­ti­dien, avait été réa­li­sé deux jours avant la publi­ca­tion, jeu­di der­nier, de com­men­taires dévas­ta­teurs d’un pro­cu­reur amé­ri­cain sur la mémoire de Joe Biden, 81 ans. Robert Hur, pro­cu­reur spé­cial char­gé d’enquêter sur une affaire de docu­ments clas­si­fiés que le pré­sident amé­ri­cain avait en sa pos­ses­sion, a renon­cé à le pour­suivre, en avan­çant, entre autres, qu’un jury répu­gne­rait à condam­ner un “homme âgé à la mau­vaise mémoire”. Ces pro­pos ont secoué la cam­pagne élec­to­rale, à neuf mois de l’élection pré­si­den­tielle de novembre, qui devrait vrai­sem­bla­ble­ment oppo­ser Joe Biden à l’ancien pré­sident répu­bli­cain Donald Trump, 77 ans.

Il a par ailleurs récem­ment mul­ti­plié les bourdes : après avoir confon­du Emmanuel Macron avec François Mitterrand, Joe Biden, qui s’exprimait pour ras­su­rer sur l’état de sa san­té men­tale jeu­di 8 février, a cette fois confon­du le pré­sident mexi­cain et son homo­logue égyp­tien en par­lant du “pré­sident du Mexique, Sissi

Les son­dages sou­lignent tous que l’âge du démo­crate est son prin­ci­pal han­di­cap, auprès
d’électeur·rices qui doutent de sa capa­ci­té à assu­mer un second man­dat.
Dès le len­de­main de la publi­ca­tion du rap­port du pro­cu­reur, Kamalas Harris avait pris la
défense du pré­sident. Elle avait dénon­cé, ven­dre­di, en termes par­ti­cu­liè­re­ment forts, les “moti­va­tions poli­tiques” du magis­trat en ques­tion, qui est répu­bli­cain, tout en louant la manière dont Joe Biden gou­verne. La Constitution amé­ri­caine pré­voit que la vice-​présidente ou le vice-​président prenne la place du président·e si ce der­nier meurt ou se retrouve dans l’incapacité d’assumer ses fonc­tions. Cela ne signi­fie pas, en revanche, que Kamala Harris devien­drait auto­ma­ti­que­ment la can­di­date du Parti démo­crate si Joe Biden, pour une rai­son ou une autre, sor­tait de la course avant l’élection.

Partager
Articles liés
27

Népal : les veuves de la coupe du monde

Le Qatar a embauché des milliers de travailleurs népalais et en a tué des centaines pour l’organisation de cet événement sportif. Oubliées, abandonnées, les veuves des travailleurs décédés luttent pour la survie de leurs familles.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.