99 manifestations Algerie 2019 Shutterstock
© Shutterstock

« L’Algérie est de plain-​pied dans un pro­ces­sus de tran­si­tion qui requiert des négociations »

3 ques­tions à Hasni Abidi, direc­teur du Centres d'études et de recherche sur le monde arabe et médi­ter­ra­néen, à Genève (Suisse).

Causette : Quels sont les prin­ci­paux moteurs des mani­fes­ta­tions en Algérie ?

Hasni Abidi : Il y a des « influen­ceurs » qui ont fait conver­ger des mil­lions d’Algériens, mais il n’y a pas de « figures » du mou­ve­ment. Les étu­diants, les avo­cats et les méde­cins sont des­cen­dus dans la rue. Dans les mani­fes­ta­tions du ven­dre­di, vous avez les ultras des clubs de foot d’Alger, des femmes vêtues comme pour aller à une céré­mo­nie, des jeunes chô­meurs, une classe moyenne com­po­sée de pro­fes­seurs et de per­son­nels de l’administration, et des per­sonnes âgées. Ce qui illustre bien l’effritement du système.

Cette crise peut-​elle débou­cher sur une tran­si­tion démocratique ? 

H. A. : La force de ce mou­ve­ment, c’est qu’il n’appartient à per­sonne. Maintenant, comme tout mou­ve­ment popu­laire, il a une durée de vie limi­tée et il a besoin d’un relais poli­tique. L’Algérie est de plain-​pied dans un pro­ces­sus de tran­si­tion, périlleux et incer­tain, qui requiert des négo­cia­tions : pour le départ du régime et pour l’installation d’une ins­tance char­gée de pilo­ter cette tran­si­tion. D’où la néces­si­té de com­po­ser avec l’offre poli­tique exis­tante. Et cette offre existe, même si l’opposition a été affai­blie par le pou­voir lui-même. 

Fin mars, le chef de l’armée a deman­dé que Bouteflika soit décla­ré « inapte ». Est-​ce un signal positif ?

H. A. : Jusque-​là, l’armée avait lais­sé le pou­voir poli­tique prendre les déci­sions. Mais devant l’ampleur des mani­fes­ta­tions et, sur­tout, en l’absence de réponses, elle a repris l’initiative, en concer­ta­tion avec le pôle pré­si­den­tiel. Sur le plan consti­tu­tion­nel, c’était la seule sor­tie pos­sible et, aux yeux de la popu­la­tion, il valait mieux que ça vienne de l’armée. Cette annonce devrait cal­mer une par­tie de la rue. Mais elle est aus­si inquié­tante, car on ne sait pas jusqu’où ira l’influence de l’armée dans cette transition

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.