people holding flags during daytime
(©Raphael Renter)

GPA : les député·es ita­liens, sous l'impulsion du par­ti d'extrême droite de Giorgia Meloni, votent pour en faire un « délit universel »

Mercredi 26 juillet, en Italie, à l'initiative du par­ti d'extrême droite Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni, les député·es ont mas­si­ve­ment voté pour un pro­jet de loi visant à faire de la ges­ta­tion pour autrui (GPA) à l'étranger un « délit universel ».

La croi­sade du gou­ver­ne­ment d'extrême droite de Giorgia Meloni contre les per­sonnes LGBTQIA+ se pour­suit tam­bour bat­tant. Mercredi, à l'initiative du par­ti Fratelli d’Italia de la diri­geante post-​fascite, les député·es ont mas­si­ve­ment voté pour un pro­jet de loi visant à faire de la ges­ta­tion pour autrui (GPA) à l'étranger un « délit uni­ver­sel » : la chambre l'a approu­vé avec 166 voix pour, 109 contre et 4 abs­ten­tions, rap­porte le média ita­lien Gay.It.

La GPA est inter­dite en Italie depuis 2004. Toute per­sonne qui « réa­lise, orga­nise ou fait connaître » cette tech­nique risque une peine de trois mois à deux ans de pri­son et une amende allant de 600 000 à un mil­lion d’euros. Jusqu'à pré­sent, il était néan­moins pos­sible d'y avoir recours dans les pays étran­gers où elle est auto­ri­sée. Mais avec ce pro­jet de loi, qui part désor­mais au Sénat, cela ne sera plus le cas. 

À lire aus­si I Nonna Mayer, spé­cia­liste de l'extrême droite : « Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont joué de leur genre et de leur fémi­ni­té pour faire oublier le passé »

Une série d'attaques « sys­té­ma­tique contre les familles arc-en-ciel »

Le dépu­té Alessandro Zan, qui appar­tient au Parti démo­crate, a fus­ti­gé au cours du vote ce pro­jet de loi qui s'inscrit dans une série d'attaques « sys­té­ma­tique contre les familles arc-​en-​ciel [le nom don­né aux familles issues de la com­mu­nau­té LGBTQIA+ en Italie, ndlr] et leurs enfants ». « Cette loi intro­duit une stig­ma­ti­sa­tion. Une stig­ma­ti­sa­tion qui affec­te­ra à jamais la vie des enfants des familles arc-​en-​ciel », a‑t-​il ajou­té, sou­li­gnant que les per­sonnes qui com­mettent des actes de tor­ture à l'étranger ne sont pas punis en Italie. Pointant l'absurdité de punir celles et ceux ayant recours à la GPA « dans les pays où elle est régle­men­tée et légi­time ».

Ce vote inter­vient en paral­lèle de dis­cri­mi­na­tions pour les couples de même sexe. Une cir­cu­laire, envoyée au début de l'année 2023 par le gou­ver­ne­ment de Giorgia Meloni, demande à tous les maires de ne plus trans­crire auto­ma­ti­que­ment les actes de nais­sance des enfants nés de GPA à l'étranger. Une demande qui s'étend éga­le­ment impli­ci­te­ment aux petit·es né·es de PMA à l'étranger et qui com­mence à prendre effet. À Padoue, la pro­cu­reure Valeria Sanzari a ain­si sai­si la jus­tice pour que le nom de la mère non bio­lo­gique soit effa­cé des actes de nais­sance. Plusieurs mani­fes­ta­tions sont pré­vues en fin de semaine en Europe pour pro­tes­ter contre cette situation.

À lire aus­si I En Italie, des enfants de couples les­biens voient le nom d'une de leurs mères effa­cé des actes de naissance

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.