fbpx
0642167
Photos prises lors de l'arrestation d'Emma Goldman après l'assassinat du président William McKinley, en 1901. © The Granger collection, New York/Coll.Christophel

Emma Goldman, la voix de l’anarchie

Activiste, anarchiste, militante pour les droits des femmes et des plus démunis, Emma Goldman a risqué sa vie et souvent perdu sa liberté pour ses convictions. Jusqu’au bout, elle a défendu son « idéal » : « Mon bel idéal, c’est la liberté, le droit de s’exprimer pour chacun et pour tous, le droit de jouir de belles choses. »

Emma Goldman est née 1869 en Russie. Mais en réalité, sa véritable naissance date de 1887. Elle a 18 ans lorsque, à la suite d’une ­manifestation réprimée dans le sang, le massacre de Haymarket Square, à Chicago (Illinois), cinq anarchistes sont pendus malgré l’émoi de l’opinion publique. Dans ses Mémoires, Emma raconte que lors d’un dîner chez son père, elle entend une femme s’écrier : « Pourquoi tous ces gémissements, ce n’étaient que des meurtriers après tout ! On a bien fait de les pendre ! » « D’un bond, je lui sautai à la gorge. Je me sentis tirée en arrière, quelqu’un a dit : “Cette enfant est devenue complètement folle !” Je me libérai d’une secousse, attrapai une carafe d’eau et la lançai de toutes mes forces au visage de la femme en criant : Dehors, dehors ou je vous tue ! » Ce jour-​là, Emma découvre son idéal : adhérer à la cause des camarades martyres et faire connaître leur pensée.

D’où lui vient cet engagement ? Très jeune, Emma se distingue de ses deux demi-​sœurs et de ses trois frères par une soif d’apprendre et de découvrir. Sa famille, juive orthodoxe, est d’origine lituanienne. Et pauvre, après les échecs commerciaux du père, Abraham Goldman. La mère, Taube, gère les petits avec froideur. Abraham est un homme violent. Il bat ses enfants, parfois au fouet, et refuse qu’Emma songe aux études. « Les filles n’ont pas besoin d’étudier autant que cela. Tout ce qu’une fille juive doit[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
hs9 hildegarde de bingen k.bolstad

Hildegarde de Bingen, l’herboriste illuminée

Au XIIe siècle, Dieu lui révélait ses secrets sur la nature et ses pouvoirs. Un trésor qu’elle a partagé pour guérir ou préconiser une hygiène de vie qu’aujourd’hui encore on reconnaît comme juste et saine.

dr james barry surgeon wikimedia

James Miranda Barry, docteur au-​delà du genre

La femme dont il va être ici question est… un homme. Officiellement, du moins. Brillant chirurgien de l’armée britannique au XIXe siècle, progressiste, baroudeur, hors-norme, il est secrètement doté d’attributs féminins.

capture decran 2020 06 19 a 14.01.32

Marie de Gournay : l’humaniste était une femme

Une féministe avant l'heure. Femme de lettres, “fille d’alliance” de Montaigne et éditrice de ses Essais, Marie de Gournay, née en 1565, a aussi rédigé une œuvre personnelle d’une grande diversité, dont des traités sur la défense des femmes.