Burn-​out : regarde les femmes tomber

La pré­va­lence de l’épuisement pro­fes­sion­nel est deux fois plus impor­tante chez les sala­riées que chez les sala­riés. Et quand elles s’effondrent, leurs symp­tômes sont de plus en plus graves. Pourtant, mis à part quelques asso­cia­tions, le sujet est peu étu­dié et peu pris en compte.

Screenshot 2023 04 07 11.27.42
© Séverine Assous pour Causette

« J'ai été har­ce­lée sexuel­le­ment par mon patron. Sa femme me fai­sait payer son atti­rance pour moi, elle a ligué tous mes col­lègues contre ma per­sonne. On me repro­chait aus­si de ne pas faire le ser­vice du soir », se remé­more Blanche, 35 ans, maman solo de deux enfants, qui tra­vaillait dans un res­tau­rant. Amélie Moy, 42 ans, kiné­si­thé­ra­peute à Bordeaux, raconte : « J’enchaînais les patients toutes les vingt minutes. Entre les confi­ne­ments et les couvre-​feux, ma vie était réduite à sa fonc­tion pro­duc­tive, sans plus aucune sou­pape. Je pas­sais mon temps à m’occuper des autres, au tra­vail et à la mai­son. » Élodie De Oliveira, 41 ans, cadre, subit, elle, un mana­ge­ment toxique de la part de sa supé­rieure hié­rar­chique de l’époque.

Et puis un jour, ces femmes se sont effondrées.[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
Screenshot 2023 04 07 11.27.42

Burn-​out : regarde les femmes tomber

La prévalence de l’épuisement professionnel est deux fois plus importante chez les salariées que chez les salariés. Et quand elles s’effondrent, leurs symptômes sont de plus en plus graves. Pourtant, mis à part quelques associations, le sujet est...