artem labunsky 6PEuDjxChlA unsplash
© Artem Labunsky Unsplash

Hyperphagie : quand man­ger vire à l'obsession

À l’occasion de la semaine mon­diale de sen­si­bi­li­sa­tion aux troubles des conduites ali­men­taires (TCA), focus sur l’hyperphagie, un trouble encore mécon­nu et pour­tant lar­ge­ment répan­du qui consiste à man­ger en quan­ti­té, jusqu’à s’en rendre malade, pour étouf­fer ses émotions. 

Hier soir encore, en ren­trant du tra­vail, Alix* a dû batailler avec elle-​même. L’objet de ses cris­pa­tions inté­rieures : le fati­dique moment des courses. Comme à chaque fois, c’est la même his­toire : elle passe et repasse dans les rayons en lut­tant pour ne pas déva­li­ser celui des sucre­ries. Car elle sait très bien que si elle « s’autorise » à ache­ter ce paquet de gâteaux, elle ne pour­ra s’empêcher de « l’engloutir » tout entier une fois ren­trée. Raison pour laquelle il n’y a d’ailleurs rien de « gras » ou de « sucré » dans ses pla­cards. Cette fois, c’est une vic­toire : elle n’a pas « suc­com­bé ». Mais ce soir, en ren­trant du tra­vail, Alix bataille­ra cer­tai­ne­ment encore avec elle-​même en pas­sant devant le super­mar­ché, et peut-​être que cette fois – « parce que c’est la fin de la semaine » – elle cra­que­ra pour un ou deux paquets de gâteaux. Et après, comme tou­jours, tom­be­ra l’écrasant poids de la culpabilité. 

Car, dans ces moment-​là, Alix n’a pas faim. Mais dès qu’elle se sent triste, en colère ou angois­sée, elle mange ou plu­tôt, elle se jette sur la nour­ri­ture. Sucré, salé, tout y passe. Ce n’est même plus une envie à ce stade, c’est un besoin. D’ordinaire, elle mange pour­tant plu­tôt sai­ne­ment, mais ces pulsions-​là vont bien au-​delà de la gour­man­dise. La jeune femme de 28 ans fait ce qu’on appelle de l’hyperphagie. Son diag­nos­tic a été posé il y a quelques semaines par sa méde­cin trai­tante. Elle mange et gri­gnote sans le moindre plai­sir jusqu’à en avoir mal au ventre, mais à la dif­fé­rence de per­sonnes atteintes de bou­li­mie, elle ne se fait pas vomir.

Au moins une crise par semaine pen­dant au moins trois mois 

L’hyperphagie est un trouble du com­por­te­ment ali­men­taire (TCA), au même titre que l’anorexie ou la bou­li­mie. Selon la Haute Autorité de san­té, l’hyperphagie se carac­té­rise « par des épi­sodes récur­rents de crises de bou­li­mie, en l’absence de com­por­te­ments com­pen­sa­toires » comme le vomis­se­ment ou la prise de laxa­tifs par exemple. En clair, cela consiste à man­ger une quan­ti­té de nour­ri­ture supé­rieure à la moyenne – qu'elle soit « saine » ou non -, dans un temps res­treint, sou­vent en cachette, sans res­sen­tir la sen­sa­tion de faim phy­sio­lo­gique et jusqu’à l’inconfort physique. 

Pour être diag­nos­ti­quée hyper­phage, la per­sonne doit faire au moins une crise par semaine pen­dant au moins trois mois. Et parce qu’ils·elles mangent plus que leurs besoins phy­sio­lo­giques et stockent cette nour­ri­ture, les hyper­phages sont en grande majo­ri­té en sur­poids ou en obé­si­té. Une prise de poids qui accen­tue de fait le mal-​être et l’apparition de nou­veaux épi­sodes. Pour certain·es, comme Alix, l’hyperphagie se tra­duit par des crises fré­quentes tan­dis que chez d’autres, le trouble prend la forme de longues périodes de res­tric­tions sui­vies de périodes de « lâchage » total.

« Les per­sonnes hyper­phages ont long­temps été décon­si­dé­rées par les méde­cins et les nutri­tion­nistes. On les a accu­sées de man­ger mal, d’être trop gour­mandes et sur­tout de man­quer de volon­té »

Karen Demange, psy­cho­logue cli­ni­cienne spé­cia­li­sée dans les troubles alimentaires

Comme Alix, 3 à 5 % de la popu­la­tion fran­çaise en souffre, selon les chiffres de la Haute Autorité de san­té, soit bien plus que l’anorexie (1 % de la popu­la­tion) ou la bou­li­mie (2 %). Pour Nathalie Dumet, pro­fes­seure en psy­cho­lo­gie cli­nique à l’université Lyon 2, l’hyperphagie est d’ailleurs « le mal du siècle » en matière de troubles ali­men­taires. « Ça existe depuis tou­jours, mais on ne l’identifiait pas avant », souligne-​t-​elle auprès de Causette.

L’hyperphagie est en effet long­temps res­tée un angle mort des troubles du com­por­te­ment ali­men­taire. Ces épi­sodes de crises ont été décrits dans la lit­té­ra­ture médi­cale pour la pre­mière fois en 1959, mais l’hyperphagie n’est deve­nue un diag­nos­tic médi­cal que dans la cin­quième édi­tion du Manuel diag­nos­tique et sta­tis­tique des troubles men­taux (DSM‑V), publiée en 2013. En com­pa­rai­son, la bou­li­mie a été inté­grée dans le DSM-​III dès 1980.

« Une fois, j’ai ache­té du gor­gon­zo­la chez un trai­teur ita­lien, une baguette à la bou­lan­ge­rie et j’ai éta­lé le fro­mage sur le pain avec ma carte de fidé­li­té Sephora »

Julie*, 42 ans

« Les per­sonnes hyper­phages ont long­temps été décon­si­dé­rées par les méde­cins et les nutri­tion­nistes, explique à Causette, Karen Demange, psy­cho­logue cli­ni­cienne spé­cia­li­sée dans les troubles ali­men­taires. On les a accu­sées de man­ger mal, d’être trop gour­mandes et sur­tout de man­quer de volon­té. Elles sont mal com­prises dans une socié­té qui prône le contrôle des émo­tions et des com­por­te­ments. » C’est le cas de Julie*, 39 ans, diag­nos­ti­quée il y a deux ans. Petite, elle a sou­vent enten­du sa mère dire qu’elle était « une grosse man­geuse », notam­ment parce qu’elle finis­sait sou­vent les assiettes de ses cama­rades à la cantine. 

En gran­dis­sant, l’hyperphagie s’est ins­tal­lée pro­gres­si­ve­ment. L’année de ses 19 ans, Julie a pris vingt kilos en un an. « Je man­geais n’importe quoi, n'importe quand et n’importe où, raconte-​t-​elle à Causette. Une fois, j’ai ache­té du gor­gon­zo­la chez un trai­teur ita­lien, une baguette à la bou­lan­ge­rie et j’ai éta­lé le fro­mage sur le pain avec ma carte de fidé­li­té Sephora dans la rue. C’était une envie irrépressible. »

L'obsession de la nourriture…

Une chose est lar­ge­ment reve­nue dans les nom­breux témoi­gnages reçus par Causette : l’obsession de la nour­ri­ture. Lola, 29 ans, y pense par exemple dès son réveil. « J’ai par­fois le sen­ti­ment d’être pos­sé­dée, confie-​t-​elle. J’ai l’impression d’être un robot. » Lola explique ne jamais res­sen­tir la sen­sa­tion phy­sio­lo­gique de faim : « Je me fais à man­ger pour six per­sonnes, je mange pour deux pen­dant la pré­pa­ra­tion du repas puis je mange pour quatre. » L’hyperphagie com­plique ses rela­tions sociales. Un simple apé­ro entre ami·es se révèle être un cau­che­mar par exemple. « Pendant que les gens vont pico­rer tran­quille­ment, moi, je vais être obnu­bi­lé par la nour­ri­ture qu’il y a devant moi, explique Lola. J’ai aus­si du mal avec la notion de par­tage, c’est com­pli­qué pour moi de devoir en lais­ser aux autres. Ça me fout vrai­ment la honte parfois. »

Même obses­sion chez Marine, 24 ans, étu­diante en phar­ma­cie. Comme Alix, elle a été diag­nos­ti­quée par son méde­cin récem­ment, au mois de mars der­nier. De nature très anxieuse, elle a pris dix kilos en quelques mois suite à un redou­ble­ment l’année der­nière. « Je me suis ren­du compte que je me réfu­giais dans la nour­ri­ture pour com­bler mon stress et ma peur de ne pas réus­sir mon année, raconte-​t-​elle à Causette. J’ouvre les pla­cards à toute heure et je mange jusqu’à en avoir mal au ventre. Je gri­gnote toute la jour­née. » Elle a mis un mot sur ce qu'elle res­sen­tait en tapant ses symp­tômes sur Internet. « Ça m’a sou­la­gée de voir qu’il y avait quelque chose der­rière mon com­por­te­ment », affirme la jeune femme. Pour autant, les crises n’ont pas dimi­nué et son méde­cin lui a récem­ment conseillé d’entamer une psy­cho­thé­ra­pie. 

… et des régimes 

La connais­sance et l’inscription tar­dive de l’hyperphagie dans le DSM a retar­dé de fait l’accompagnement des per­sonnes qui en souffrent. Beaucoup d’entre elles ont en effet enchaî­né régime sur régime, sou­vent sans suc­cès. C’est le cas de Julie. « Pendant toute ma jeu­nesse, j’ai alter­né entre des périodes de res­tric­tion de plu­sieurs mois et des périodes de crises intenses où je repre­nais tous les kilos per­dus », explique-​t-​elle. La psy­cho­logue Karen Demange, qui a souf­fert d’hyperphagie plus jeune, a, elle aus­si, enchaî­né les régimes pour mai­grir. À 15 ans, alors qu’elle consulte à l'orée des années 90 le célèbre nutri­tion­niste Pierre Ducan pour un sur­poids, ce der­nier lui assène qu’elle doit faire un régime, car sinon, « per­sonne ne vou­dra [d’elle] ».

Pourtant, en réa­li­té, les choses sont bien plus com­plexes qu’un simple régime. Les per­sonnes hyper­phages mangent, non pas par plai­sir, mais pour rem­plir un vide inté­rieur ou étouf­fer leurs émo­tions. « Elles vont man­ger pour com­pen­ser, sou­ligne Nathalie Dumet. L’origine de l’hyperphagie prend sou­vent racine dans des trau­ma­tismes enfouis ou des souf­frances dans la vie affec­tive de la per­sonne. La psy­cho­thé­ra­pie per­met­tra de remon­ter l’origine de ces souf­frances qui n’ont pas été digé­rées alors qu’un régime soi­gne­ra certes les consé­quences de l’hyperphagie, car la per­sonne va mai­grir, mais ne soi­gne­ra pas la cause et les souf­frances refe­ront surface. » 

Nathalie Dumet est encore plus sévère avec les chi­rur­gies baria­triques qui consistent à modi­fier l’anatomie du sys­tème diges­tif pour réduire la taille de l’estomac et donc perdre du poids. « Avec ces solu­tions chi­rur­gi­cales, on ne sup­prime pas les com­por­te­ments ali­men­taires, ren­seigne la pro­fes­seure. Passés les pre­miers mois qui peuvent certes appor­ter des béné­fices et notam­ment une perte de poids qui cor­res­pond aux attentes, les patients retrouvent leurs pra­tiques ali­men­taires com­pul­sives et reprennent ce poids per­du avec une culpa­bi­li­té supplémentaire. »

« Quand la per­sonne a iden­ti­fié ce à quoi répon­dait cette conduite ali­men­taire, elle ne va plus dépendre de la nour­ri­ture »

Nathalie Dumet, pro­fes­seure en psy­cho­lo­gie cli­nique à l’université Lyon 2

Pour Nathalie Dumet, il faut sur­tout prendre le temps d’écouter ses émo­tions. Elle donne l’exemple d’une patiente de 40 ans qui s’est mise à man­ger des sucre­ries à la mort de son père lorsqu’elle était enfant. « Elle man­geait tout le temps parce que c’était la seule solu­tion qu’elle avait pu trou­ver pour faire face au deuil et à son cha­grin, détaille la pro­fes­seure, ancienne psy­cho­logue cli­ni­cienne. Ensuite, elle ne savait plus faire autre­ment pour faire face à ses émo­tions, elle man­geait quand elle était très heu­reuse ou très triste. » Nathalie Dumet explique qu’après avoir pu mettre des mots sur sa souf­france, les crises d’hyperphagie de cette femme ont lar­ge­ment dimi­nué : « Quand la per­sonne a iden­ti­fié ce à quoi répon­dait cette conduite ali­men­taire, elle ne va plus dépendre de la nourriture. »

Julie aus­si a pu mettre des mots sur ses souf­frances il y a deux ans en par­ti­ci­pant aux réunions orga­ni­sées par l’association Anorexiques bou­li­miques ano­nymes. Aujourd’hui, celle qui, ado­les­cente, pou­vait man­ger un pot de Nutella de 750 grammes en une seule fois, arrive désor­mais à contrô­ler ses crises. « Je mange tou­jours beau­coup, mais je n’ai plus cette envie de me rem­plir en dehors des repas, assure la qua­dra­gé­naire. Quand je sens qu’une crise peut arri­ver, je me pose et j’essaie de com­prendre et de gérer autre­ment l’émotion qui me sub­merge. J’arrive aus­si à poser ma four­chette quand je mange, c’est juste mira­cu­leux. » Autre vic­toire : mar­di, Julie tenait le stand gâteaux de la ker­messe à l’école de sa fille. Alors qu’il y a trois ans, elle aurait dépen­sé toute sa mon­naie et man­gé sans s’arrêter, là, elle n’a eu aucune ten­ta­tion. Preuve d'un long che­min enta­mé vers la libération.

*Les pré­noms ont été modifiés.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.