Plantouflard·es du sexe et fièr.es de l'être !

Libertinage, don­jons, BDSM et com­bi en latex. à en croire les séries, pod­casts et articles de presse, la terre entière serait en soi­rée échan­giste le same­di ou aurait déjà ten­té le bon­dage japo­nais. De quoi col­ler des com­plexes à la majo­ri­té silen­cieuse, qui s’encanaille rare­ment et tou­jours dans son lit, mais le vit pour­tant bien.Halte aux dik­tats de la sexua­li­té libé­rée, qui ne libèrent personne !

Le « sexe vanille », ça vous chauffe ? Non, il ne sera pas ques­tion de s’étaler du yaourt sur les par­ties intimes, ni de s’alanguir nu·e dans des zones humides et tro­pi­cales. Le « vanilla sex », comme on dit chez les anglo­phones, c’est la pra­tique un peu banale, un peu rou­ti­nière, le petit coup fami­lier qui fait plai­sir, mais qui ne paie pas de mine. L’éloge du quo­ti­dien, du fami­lier, de la sim­pli­ci­té. Le Herta de l’orgasme. Visiblement, ses pratiquant·es seraient en voie de dis­pa­ri­tion. Les récits domi­nants qui saturent l’espace public ne laissent plus aucune place à la normalité. 

ciel A
©Besse

Séries, films ou livres, articles et pod­casts : le cul est libé­ré, débri­dé, sur­vol­té. C’est Eyes Wide Shut 24 h/​24, 7 j/​7. Même les ministres publient des romans dans les­quels il est ques­tion de sex­tape (cou­cou Marlène Schiappa). Les branché·es BDSM, les échappé·es des backrooms, les adeptes de la stran­gu­la­tion narrent leurs exploits par le menu. Grand bien leur fasse, évi­dem­ment. Mais les autres ? Les pépères, les satisfait·es de la piste bleue, où se cachent-ils·elles ? Youhou, y a quelqu’un qui veut bien dire que se taper un·e seul·e par­te­naire dans un lit douillet, c’est quand même super ? 

Depuis quelques années, la vanille n’a plus la cote. « L’avènement des blogs consa­crés au sexe, début 2000, a mis en avant l’idée que la vie sexuelle effré­née était la condi­tion sine qua non de l’épanouissement, rap­pelle la réa­li­sa­trice Ovidie. Le tout avec un jar­gon emprun­té au mar­ke­ting, comme la néces­si­té de “boos­ter sa libi­do” ou la main­te­nir tou­jours “au top”. » En gros, si à 30 ans,[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
close-up photo of heart-shape stones

Chemsex : les femmes aussi

Si le chemsex reste majoritairement pratiqué par les hommes gays, une étude montre qu'elle se répand aussi chez les hétéros, hommes ou femmes, les femmes lesbiennes et les personnes non-binaires. La dernière étude consacrée au phénomène avance que...

causette 100 4

Pénés à la carte

Aller au-delà de la pénétration, c’est la promesse d’ébats sexuels riches pour les deux sexes. Voilà le credo de l’écrivain Martin Page.