397A3441
© AMY LOMBARD

Les tra­vailleuses du sexe passent à table

Se mas­tur­ber en man­geant du fro­mage, écra­ser des gâteaux avec les talons… Certaines pro­fes­sion­nelles, notam­ment les cam-​girls, sont par­fois confron­tées à des demandes très spé­ci­fiques. Tour d’horizon des féti­chismes ali­men­taires à tra­vers l’expérience de celles qui y répondent (ou pas).

Mina Kali a l’habitude d’être confron­tée à de curieux fan­tasmes dans son métier. À 28 ans, elle est cam-​girl depuis deux ans, c’est- à‑dire qu’elle pro­pose des shows éro­ti­co­por­nos qu’elle exé­cute dans sa chambre et qu’elle filme avec sa web­cam pour des client·es virtuel·les. Certain·es payent par­fois pour des ses­sions pri­vées afin d’explorer un féti­chisme en par­ti­cu­lier. On lui a, par exemple, déjà deman­dé de se laver les che­veux ou de fil­mer ses pieds cou­verts de terre. Un jour, elle dis­cute avec un homme et lui annonce qu’elle vient de com­man­der de la nour­ri­ture indienne. « Il m’a deman­dé si je pou­vais me fil­mer en train de la man­ger. Il vou­lait que je mange sur mon lit, accrou­pie, avec les mains, et que je lui envoie la vidéo en accé­lé­ré. Je lui ai dit qu’il n’y avait pas de sou­ci », se souvient-​elle. Dans le cadre de son tra­vail, plu­sieurs jeux impli­quant de la nour­ri­ture lui ont été pro­po­sés par des hommes, en échange[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
grayscale photo of person using MacBook

Sugar Daddy is back

Depuis les accusations de proxénétisme visant le site SugarDaddy, sur lequel des hommes mûrs se payaient une cure de jouvence tarifée auprès d’étudiantes, je pensais que les « papas sucrés » étaient définitivement canceled sur la Toile...