yellow family sign
©Sandy Millar

Selon une étude, avoir des enfants ça rend de droite… ou tout l'inverse

Les parents seraient plus sen­sibles aux valeurs sociales conser­va­trices que les per­sonnes sans enfants, selon une récente étude amé­ri­caine menée par l'Université de Pennsylvanie. Un constat rapi­de­ment tor­pillé par la confron­ta­tion avec une étude précédente.

Avoir des enfants, ça rend de droite. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude amé­ri­caine, com­po­sée de deux expé­riences, menée par l’Université de Pennsylvanie et publiée le 7 sep­tembre 2022 dans la revue scien­ti­fique The Royal Society. Dans la pre­mière expé­rience, 376 étudiant·es américain·es ont été divisé·es en deux groupes : l’un a obser­vé des objets du quo­ti­dien, l’autre des pho­tos d’enfants. Puis, tous·toutes ont répon­du à des ques­tions sur l’avortement et le mariage. Résultat, celles et ceux qui ont visua­li­sé des pho­tos d'enfants ont don­né des réponses plus socia­le­ment conser­va­trices que les autres. 

Pour la deuxième expé­rience, les scien­ti­fiques de l’université ont inter­ro­gé 2 610 adultes à tra­vers dix pays (Corée du Sud, Liban, États-​Unis, Pologne, Salvador, Serbie, Japon, Australie, Chili, et Danemark) afin de com­pa­rer les idées sur le plan social, selon qu'on soit parent ou pas. Résultat : les parents por­taient des idées plus conser­va­trices que ceux qui n’avaient pas encore d’enfants ou n’en vou­laient pas du tout. 

Plus sen­sibles aux valeurs sociales conservatrices 

Ce résul­tat pour­rait souf­frir d'un biais : il est admis sta­tis­ti­que­ment que les seniors sont les plus conservateur·trices – en France par exemple, 49 % des électeur·rices entre 60 et 69 ans ont voté pour François Fillon (LR) au pre­mier tour de la pré­si­den­tielle en 2017. Pourtant, une nou­velle don­née vien­drait bien s’ajouter aux che­veux gris pour expli­quer cette ten­dance : avoir des enfants. « Il y a cette idée que plus on vieillit, plus on devient conser­va­teur en rai­son de l’expérience de s’être frot­té à la dure­té de la réa­li­té. Mais ce n’est pas le cas. Si on regarde les résul­tats de l'étude : chez les per­sonnes qui ne sont pas parents, on ne voit pas une dif­fé­rence d’âge dans l'orientation poli­tique », a obser­vé Nicholas Kerry, l’un des co-auteur·rices de l’étude, rap­porte The Guardian.

Comment expli­quer alors qu’avoir des enfants influen­ce­rait nos opi­nions poli­tiques vers la droite ? « Puisque les valeurs sociales conser­va­trices pri­vi­lé­gient osten­si­ble­ment la sécu­ri­té ; la sta­bi­li­té et les valeurs fami­liales, nous fai­sons l’hypothèse qu’être davan­tage inves­ti dans le soin paren­tal pour­rait rendre les poli­tiques conser­va­trices plus attrac­tives », sug­gère ain­si l’équipe de chercheur·euses américain·es.

Limites de l’étude 

Pour le pro­fes­seur Paul Higgs de l'University College de Londres en revanche, il est impor­tant de prendre ces résul­tats avec des pin­cettes. Il note ain­si auprès du Guardian que ces récentes recherches réduisent l'origine de l'orientation poli­tique à des évé­ne­ments per­son­nels, comme le fait de deve­nir parent, sans prendre en compte des fac­teurs exté­rieurs tels que l'évolution de la socié­té du pays dans lequel on vit. Si cette étude montre d’ailleurs un lien de cor­ré­la­tion entre la paren­ta­li­té et l’orientation poli­tique dans les dix pays étu­diés, elle ne peut pas être appli­quée à tous les pays du monde. En Inde ou au Pakistan par exemple, la paren­ta­li­té ne serait pas liée à des com­por­te­ments plus conser­va­teurs, indique Nicholas Kelly, co-​auteur de l’étude sans en détailler les causes. 

La Dr Diana Burlacu, de l’Université de Newcastle, a de son côté salué l’étude dans les colonnes du Guardian, tout en sou­li­gnant qu’il est dif­fi­cile de déter­mi­ner si c'est réel­le­ment la paren­ta­li­té qui rend les gens plus conser­va­teurs, ou si les conservateur·rices sont sim­ple­ment plus sus­cep­tibles de sou­hai­ter deve­nir parents. Selon elle, « avoir des enfants ou non n'est donc qu'un fac­teur par­mi d'autres pou­vant avoir des consé­quences sur les valeurs sociales et poli­tiques des individus ». 

Dans sa propre étude réa­li­sée en 2020 sur la paren­ta­li­té et les pré­fé­rences en matière de poli­tique sociale, le Dr Diana Burlacu poin­tait d’ailleurs que les parents ne devien­draient pas davan­tage conservateur·rices sur le plan éco­no­mique, bien au contraire. « Nous avons consta­té que, lorsqu’ils deviennent parents, les gens changent de point de vue sur l’économie et sont plus favo­rables aux dépenses publiques », analyse-​t-​elle dans le jour­nal britannique. 

Conséquences sur l’avenir

Alors que la ques­tion de faire des enfants ou non se pose de plus en plus dans nos socié­tés occi­den­tales, notam­ment en rai­son du dérè­gle­ment cli­ma­tique, les chercheur·euses de l’étude publiée dans The Royal Society sug­gèrent que les consé­quences de faire des enfants ou pas pour­raient être poli­tiques : en clair, si faire des enfants rend davan­tage droite, la ten­dance poli­tique d'un pays pour­rait être modi­fiée par le taux de nata­li­té. « Étant don­né que la nata­li­té est en déclin dans la majeure par­tie du monde – mais est en aug­men­ta­tion consi­dé­rable dans cer­taines régions – les résul­tats trou­vés pour­raient avoir de pro­fondes impli­ca­tions pour le pay­sage poli­tique du futur », estime ain­si Nicholas Kerry. 

Partager
Articles liés
baby in white shirt and black pants lying on brown carpet

« En sous-​effectif, nous devons prio­ri­ser à qui nous don­nons le bibe­ron » : une auxi­liaire de pué­ri­cul­ture se livre sur la crise que tra­verse son métier

Dégradation des conditions de travail, pénurie de personnel, manque de moyens... Une auxiliaire de puériculture nous fait part de son quotidien dans une crèche municipale du Var, alors qu'un rapport de l'Inspection des affaires sociales vient de...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.