Maud Wagner, la tatoueuse circassienne

Contorsionniste et trapéziste, c’est en rencontrant l’homme le plus tatoué d’Amérique, au début du XXe siècle, que Maud Wagner se lance le défi de devenir la première femme tatoueuse. Un pari fou qu’elle mènera… haut la main.

maud stevens wagner
© Wikipédia

En février 1877, dans les plaines du Kansas, au beau milieu des États-​Unis, tandis que le pays voit disparaître l’escla­vage et apparaître ses premiers chemins de fer, Sarah Jane McGee donne naissance à une petite fille. Aux côtés de son mari, David Van Buran Stevens, elle est loin d’imaginer que la peau immaculée de son bébé sera presque intégralement tatouée dans une trentaine d’années. Non, elle ne se doute pas qu’elle vient de mettre au monde une femme bien décidée à le changer. Issus d’un milieu très modeste, Sarah et David lui choisissent un prénom d’origine germanique qui signifie « force » et « bouclier ». Ainsi baptisée, Maud Stevens est prête à tout affronter. 

Dès son plus jeune âge, la fillette révèle une impressionnante maîtrise de son corps et des prédispositions pour les acrobaties : une aubaine[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.