fbpx
red and brown dried leaves
© Charles Deluvio

Certificats de vir­gi­ni­té : conti­nuer à les déli­vrer pour pro­té­ger les femmes

Dans le cadre du pro­jet de loi contre le sépa­ra­tisme, les cer­ti­fi­cats de vir­gi­ni­té sont dans le viseur du gou­ver­ne­ment, qui sou­haite les faire inter­dire et péna­li­ser les professionnel·les de san­té les déli­vrant. Quand la vie d’une femme tient à sa vir­gi­ni­té, la conscience prime-​t-​elle sur la loi ?

« Dans la République […], on ne peut pas exi­ger des cer­ti­fi­cats de vir­gi­ni­té pour se marier. » Le 18 février der­nier, Emmanuel Macron alors en dépla­ce­ment à Mulhouse (Haut-​Rhin), annon­çait la cou­leur en indi­quant son sou­hait de mettre fin aux cer­ti­fi­cats de vir­gi­ni­té dans un dis­cours consa­cré au « sépa­ra­tisme reli­gieux ». Dans le cadre du pro­jet de loi contre les sépa­ra­tismes pré­sen­té cet automne, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et sa ministre délé­guée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa s’attellent donc à la tâche : « Ils seront inter­dits et nous enga­ge­rons des pour­suites pénales grâce à cette loi, a pré­ci­sé Marlène Schiappa au micro de RTL le 7 sep­tembre. C’est une atteinte grave à la citoyen­ne­té et à la digni­té des femmes. »

Le cer­ti­fi­cat de vir­gi­ni­té est un docu­ment déli­vré par un·e méde­cin ou sage-​femme pour prou­ver la pseudo-​intégrité de l’hymen. Précieux sésame pour accé­der au mariage dans cer­taines com­mu­nau­tés, il per­met de ras­su­rer les familles sur la « qua­li­té » de la future épouse. Le phé­no­mène est dif­fi­cile à quan­ti­fier car non recon­nu comme un acte médi­cal à part entière. Ghada Hatem, gyné­co­logue et fon­da­trice de La Maison des femmes à Saint-​Denis (Seine-​Saint-​Denis), indique en déli­vrer un à deux par an. Soit peu, contrai­re­ment aux répa­ra­tions de l’hymen, qu’elle pra­tique une à deux fois par mois. 

Lire aus­si : répa­ra­tion de l'hymen, se refaire une vir­gi­ni­té

Avant même la pré­sen­ta­tion en conseil des ministres, le pro­jet gou­ver­ne­men­tal d’interdiction et de péna­li­sa­tion des cer­ti­fi­cats de vir­gi­ni­té inquiète déjà certain·es professionnel·les de san­té. Causette a don­né la parole à Ghada Hatem, gyné­co­logue et fon­da­trice de la Maison des femmes à Saint-​Denis, et Isabelle Derrendinger, secré­taire géné­rale du Conseil de l’ordre des sages-​femmes et direc­trice de l’école de sages-​femmes de Nantes.

Isabelle Derrendinger

secré­taire géné­rale du conseil de l’ordre des sages-​femmes et direc­trice de l’école de sages-​femmes de Nantes

« C’est un pro­jet de loi poli­tique, mais qui n’est pas fon­dé sur la pra­tique médi­cale. On va trai­ter d’un phé­no­mène rare, qui va encore une fois à l’encontre des droits des femmes. Dans la réa­li­té, aus­si bien du côté des méde­cins que des sages-​femmes, il est impos­sible de quan­ti­fier le nombre de cer­ti­fi­cats puisqu’ils n’ont pas de légi­ti­mi­té en tant que telle et ne font pas l’objet d’une cota­tion d’acte spé­ci­fique.
Par ailleurs, je ne veux pas du tout en faire un fait musul­man, car le cer­ti­fi­cat de vir­gi­ni­té peut concer­ner toutes les reli­gions. Il faut donc repar­tir sur le concept his­to­rique de vir­gi­ni­té, qui reste l'absence de rela­tion sexuelle, qui serait démon­trée par l’intégrité de l’hymen. Or l’hymen, cette mem­brane qui sépare la vulve du vagin, est dif­fé­rent chez toutes les femmes, intègre ou déchi­ré. Et sur­tout, il n’a qu’une fonc­tion pro­tec­trice de la cavi­té vagi­nale, un peu comme les poils dans le nez. Cette vision de la vir­gi­ni­té revient aus­si à réduire la rela­tion sexuelle à une péné­tra­tion vagi­nale. Sachant qu’on peut avoir une péné­tra­tion vagi­nale sans rela­tion sexuelle, lorsqu’on uti­lise par exemple des tam­pons ou des cups. Les patientes ne sont pas pré­oc­cu­pées par l’intégrité de leur hymen, elles s'en moquent comme nous toutes.
Ce sont les parents, la belle-​famille, le futur époux qui réclament le cer­ti­fi­cat. Ce sont ces per­sonnes qu’il faut sanc­tion­ner. Pénaliser le pra­ti­cien, c’est prendre le pro­blème à l’envers. Le pro­fes­sion­nel, lui, est confron­té à une déon­to­lo­gie com­plexe : certes, le cer­ti­fi­cat de vir­gi­ni­té n’a aucun inté­rêt médi­cal, pour autant, s’il n’est pas déli­vré, la patiente peut se retrou­ver en dan­ger.
Le ministre de l’Intérieur se trompe, il ne va rien chan­ger en péna­li­sant les pro­fes­sion­nels qui sauvent par­fois la vie de ces femmes. Il va sim­ple­ment dépla­cer le pro­blème, car les patientes iront trou­ver d’autres “garants de l’intégrité hymé­nale”. Il vau­drait mieux édu­quer, plu­tôt que de sanc­tion­ner. Éduquer la popu­la­tion et les très jeunes à la vie affec­tive et sexuelle. Par exemple, en plus du cli­to­ris, expli­quons ce qu’est l’hymen afin de décons­truire le fan­tasme de la vir­gi­ni­té. »

Ghada Hatem

gyné­co­logue et fon­da­trice de La Maison des femmes à Saint-​Denis


« Interdire les cer­ti­fi­cats de vir­gi­ni­té et péna­li­ser les méde­cins qui en délivrent n’a pas de sens et ne pro­tège per­sonne. Encore moins les femmes que je reçois une à deux fois par an pour cette demande. Le plus sou­vent, ce sont des jeunes femmes magh­ré­bines dont le cer­ti­fi­cat per­met­tra de ras­su­rer le futur mari qui attend des garan­ties sur la qua­li­té de sa future épouse. Il y a aus­si de très jeunes filles mineures issues de la com­mu­nau­té rom, qui viennent, ter­ro­ri­sées, avec leurs parents. Dans ce cas, c’est un non caté­go­rique, car j’ai bien conscience que ce n’est pas une demande de la jeune fille. Je reçois éga­le­ment des femmes de 30–35 ans qui ont eu une vie « nor­male » avant et qui sou­haitent désor­mais faire un mariage reli­gieux où leur vir­gi­ni­té relève du Graal.
Chaque his­toire est sin­gu­lière, et je prends le temps d’écouter et de com­prendre chaque situa­tion. C’est d’ailleurs sou­vent le seul moment où elles entendent par­ler de sexua­li­té et où, sur­tout, elles peuvent par­ler libre­ment de la leur. Je ne les exa­mine jamais, ça m’est égal qu’elles soient vierges ou non. Ce qui m’intéresse, c’est com­ment je peux les aider à avoir la paix. En effet, cer­taines patientes viennent ter­ro­ri­sées à l’idée de ne pas pou­voir prou­ver qu’elles sont vierges, qu’elles risquent de se faire tuer par leur père. D’autres me racontent que leur père tue­ra leur mère parce qu’elle n’a pas su « tenir » sa fille.
En fonc­tion des risques et de leur capa­ci­té à s’opposer à leur famille, je décide ou non d’établir un cer­ti­fi­cat. D'ailleurs les patientes m'expliquent qu'elles "ne sont pas toutes des révo­lu­tion­naires prêtes à en découdre avec le sys­tème patriar­cal et les tra­di­tions fami­liales", alors lorsque la vie d’une femme est en dan­ger, je délivre un cer­ti­fi­cat. 
On me dit qu’avec cette pra­tique j’aide les oppres­seurs, mais je pense plu­tôt que j’aide les femmes à trom­per leurs oppres­seurs. D’ailleurs, le véri­table pro­blème n’est pas de faire ou de ne pas faire un cer­ti­fi­cat, mais pour­quoi les familles veulent que les femmes soient vierges. 
Je fais par­tie des gens qui pensent qu'il est par­fois utile de déso­béir. »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés