109 endométriose 2 © Camille Besse
© Besse

Endométriose : un shoot de tes­to pour lut­ter contre les douleurs ?

Hors du cir­cuit médi­cal, une poi­gnée de femmes atteintes d'endométriose s’injectent tous les mois de la tes­to­sté­rone pour lut­ter contre leurs dou­leurs. Si cette hor­mone a des pou­voirs antal­giques connus de cer­tains méde­cins, elle n’est pour­tant pro­po­sée dans aucun pro­to­cole de prise en charge de la maladie.

« Depuis que je prends de la tes­to, je vis ma meilleure vie », lance Fanny Godebarge, 33 ans. Si Fanny s’injecte de la testo­stérone depuis presque un an, ce n’est pas parce qu’elle veut « tran­si­tion­ner ». Ce sont ses dou­leurs d’endométriose, diag­nos­ti­quée il y a deux ans après des années d’errance thé­ra­peu­tique et de trai­te­ments qui ne la sou­la­geaient pas, qui la poussent à prendre des hor­mones « mas­cu­lines ». « Depuis mes 11 ans, j’avais mal pen­dant mes règles. Mal à avoir envie de me foutre en l’air. Depuis mars 2019, je prends de la tes­to­sté­rone une fois par mois. Dès la deuxième prise, mes dou­leurs de règles ont qua­si­ment dis­pa­ru. » Présidente de Cyclique, une pla­te­forme queer inclu­sive sur la san­té gyné­co­lo­gique, Fanny évo­lue dans les cercles mili­tants fémi­nistes où cette infor­ma­tion com­mence à se dif­fu­ser. « J’ai beau­coup d’amis trans qui m’ont dit qu’avec la tes­to, au bout d’un moment, les règles ne venaient plus. Et qu’avant cela, la dou­leur dis­pa­rais­sait. J’ai vou­lu essayer. Franchement, je n’avais plus rien à perdre. » 

Fanny retrouve tous les mois quelques ami·es pour faire les injec­tions, à la suite de sa ren­contre avec[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
IMG 0502

Herpès : érup­tion silencieuse

En France, le virus de l’herpès concerne deux personnes sur trois. Incurable, stigmatisant, tu, car honteux, il fait l’objet de nombreuses recherches pour trouver un vaccin. Sans succès pour l’instant.