fbpx

Alexia Cassar : téton, tat­too, thérapie

Le tatouage, elle l’envisage comme une thé­ra­pie. La sienne, d’abord, mais aus­si celle des autres. À 40 ans, Alexia Cassar, jusque-​là habi­tuée des ser­vices d’oncologie, a opé­ré une recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle. Pionnière en France, la scien­ti­fique se lance dans la recons­truc­tion des seins vic­times de can­cer, grâce à une tech­nique de tatouage du mame­lon… effet 3D.

HD Alexia Cassar 1 A
© Nadège Abadie /​Signatures pour Causette

Elle a sélec­tion­né six fla­cons de cou­leur, des roses pâles, d’autres plus rouges, et même un beige tirant sur le mar­ron. Les a enrou­lés dans de la cel­lo­phane, par mesure d’hygiène, et posés sur une com­mode, au-​dessus de laquelle est accro­chée une pho­to des seins de sa cliente. Gracieuse et bavarde, Alexia Cassar pré­pare, en cet
après-​midi de mai, son aiguille et sa table de tra­vail dans la mai­son médi­cale de la
Chapelle-​en-​Serval (Oise) en atten­dant la venue de Chloé. Est-​elle stres­sée ? Cette
blonde en che­mise et slim noir, un rien rock avec ses tatouages le long des bras, ne le paraît pas. Elle rayonne. Tout à l’heure, les mains de cette femme de 40 ans ne trem­ble­ront pas : elles auront pour tâche de des­si­ner à l’encre indé­lé­bile un téton sur la peau du sein gauche de la jeune femme qui a subi une mas­tec­to mie il y a un an. Chloé sera la quin­zième cliente d’Alexia Cassar, seule Française à maî­tri­ser pour l’heure la tech­nique, impor­tée des États-​Unis, de tatouage effet 3D du mame­lon. Le point final d’une recons­truc­tion après un can­cer du sein.

À l’issue de la recons­truc­tion chi­rur­gi cale, Chloé a choi­si de pas­ser par l’étape clas­sique de der­mo­pig­men­ta­tion de son mame­lon, réa­li­sée par l’équipe médi­cale qui la sui­vait. Si cette tech­nique per­met de recou­vrer l’aspect visuel de l’aréole dis­pa­rue, elle pos­sède des incon­vé­nients : l’effet n’est pas des plus réa­listes et le tatouage médi­cal se réa­lise avec des encres semi-​permanentes qui s’effacent peu à peu, obli­geant la patiente à y recou­rir plu­sieurs fois. C’est aux femmes en quête d’une solu­tion défi­ni­tive et d’un aspect plus ana­to­mique que s’adresse Alexia Cassar. 

tetons tatoo 28 A
Alexia Cassar, tatoueuse de tétons. La Chapelle en Serval, le 23 mai 2017.

Ex-​attachée de recherche cli­nique en onco­lo­gie et opé­rant une recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle, cette bio­lo­giste de for­ma­tion compte bien cas­ser la baraque des soins de sup­port post­can­cer du sein. Pour aider les femmes à accep­ter leur nou­veau corps. Dans cet acte, aux confins du médi­cal et de l’esthétique, tout réside dans une maî­trise du des­sin en trompe‑l’œil, où la jeune femme va réa­li­ser sur la peau un jeu d’ombres et de lumière digne de l’académisme des Beaux-​Arts. Pointe du mame­lon, gra­nules de l’aréole : l’enjeu est pour le nou­veau téton de bluf­fer son monde en pleine conscience, au pre­mier rang duquel celle qui le porte. « J’explique aux femmes qui viennent me voir que ce que je vais faire, ce ne sera jamais le sein qu’elles ont per­du. Je ne peux pas le leur rendre, ce n’est pas magique, pré­vient
Alexia. En revanche, on peut s’approcher d’un com­pro­mis en choi­sis­sant la cou­leur, la forme, l’effet de tex­ture. » Dans les cas de double mas­tec­to­mie, c’est « open-​bar
téton »
: « Je peux me retrou­ver face à une femme qui me dit :[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.