fbpx
josephine de beauharnais dents pourries 1140x550 1
Détail du portrait de Joséphine en 1801 par Gérard (Musée de l’Ermitage, Saint-Petersbourg)

– Série d’été – Ruptures épis­to­laires : la lettre de Joséphine à Napoléon

Les lettres de rup­ture sont par­fois plus puis­santes que les lettres d’amour elles-​mêmes. Pour ce der­nier épi­sode de notre série d'été, nous vous pro­po­sons la déchi­rante lettre de Joséphine de Beauharnais à son empe­reur d'époux. Dedans, elle renonce à leur union infer­tile pour une sinistre rai­son d'État : la néces­si­té de la des­cen­dance de Napoléon Bonaparte.

Série d’été : Te dire que je m’en vais 4/​4

C'était ain­si, à l'époque du Code napo­léo­nien : il ne fai­sait pas bon d'être une femme, mais encore moins une femme infer­tile. Même lorsque vous vous appe­lez Joséphine de Beauharnais et que vous avez conclu un mariage d'amour en 1796 avec le géné­ral qui s'auto-couronnera empe­reur en 1804.

[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
121 couple © Paul Knight

Sérodifférence : the love must go on

Alors qu’il était avec Michel-Ange depuis vingt ans, Freddy a contracté
le VIH lors d’un rapport non protégé avec un autre homme. Toujours ensemble, les amoureux ont dû apprendre à gérer leur sérodifférence.

Capture d’écran 2021 11 18 à 13.04.56

Ados : leur monde est queer

De plus en plus de jeunes de 20 ans et moins rejettent la « norme » hété­ro­sexuelle et la bina­ri­té de genre. LGBT, gen­der fluid, non-​binaires, pansexuel·les ou asexuel·les, ces jeunes reven­diquent une plus grande liber­té à...