fbpx

Kim K. au Met gala : être son propre fan­tasme jusqu'au bout du régime

En per­dant sept kilos en trois semaines pour entrer dans une robe taillée pour Marilyn Monroe et en s'en van­tant lors du Met gala, Kim Kardashian s'échappe du réel par le tru­che­ment de la chair.

Capture d’écran 2022 05 06 à 17.31.55
Kim K. dans la naked dress de Marilyn Monroe © Instagram

Édito. Être et demeu­rer « Break the inter­net1 Kim Kardashian » n'est pas chose aisée. En 2007, c'est une sex­tape d'elle et de son ex-​partenaire, le rap­peur Ray J, dévoi­lée en ligne qui la fai­sait sor­tir de l'anonymat. De cette expé­rience qu'elle dit non consen­tie, Kim tire­ra 5 mil­lions de dol­lars à l'issue d'un pro­cès, tout comme une image de sex­sym­bol et de femme d'affaires. La machine à fame était lan­cée et, deve­nue star de télé­réa­li­té fami­liale, femme-​sandwich en tout genre et patronne multi-​marques, Kim règne depuis lors sur le monde de l'influence. L'acmé de cette puis­sance d'image inter­vient peut-​être en décembre 2014, lorsqu'elle est cou­ron­née par Paper maga­zine « Break the inter­net Kim Kardashian », grâce à son fes­sier arti­fi­ciel sur lequel elle fait repo­ser en équi­libre une coupe de cham­pagne pour ser­vir les plai­sirs sco­piques cal­li­pyges déme­su­rés des années 2010 qu'elle a elle-​même contri­bué à créer. 

kim k

Comme conve­nu, la Une du maga­zine arty pro­voque l'apoplexie des réseaux sociaux et, pour d'aucuns, Kim K. devient celle qui, en expo­sant ses courbes, va décom­plexer les femmes de leurs corps. Finies, les lianes fili­formes des années 90 et 2000, au pla­card Kate Moss ! Place aux ron­deurs de Kim K. et ses sœurs, place aux « vraies femmes » avec des formes. 

Sablier Kim

Mais tout ça n'était qu'un leurre. Le dik­tat de la min­ceur est rem­pla­cé par un autre : celui de la sil­houette sablier (des ron­deurs, oui, mais bien pla­cées et sans cel­lu­lite s'il vous plaît) et de nom­breuses femmes à tra­vers le monde se mettent au Brazilian Butt Lift (BBL) comme leur influen­ceuse. La tech­nique « une pierre deux coups » consiste à pré­le­ver la graisse des hanches ou des cuisses pour la réim­plan­ter dans les fesses. Lorsqu'elles n'ont pas les moyens pour un BBL, elles prêtent leurs corps à des pra­tiques dan­ge­reuses, jusqu'à des injec­tions de béton (!) réa­li­sées par de faux·sses chirurgien·nes mais vrai·es escrocs. En fait, Sablier Kim n'a en rien décom­plexé les femmes vis-​à-​vis de leurs corps, car tout ça doit res­ter ferme et frais : elle n'a fait que renou­ve­ler les stan­dards et les exigences.

En 2022, le power couple for­mé par Kim K. et Kanye West a volé en éclat, cela fait quinze ans que la femme de 42 ans a per­cé et le spec­tacle doit se renou­ve­ler. Alors, pour le grand raout du Met gala orga­ni­sé lun­di 2 mai, la mil­lion­naire décide de s'offrir, le temps de quelques ins­tants sur le tapis rouge, le vête­ment ultime : rien moins que la naked dress signée Jean-​Louis Berthault et por­tée en 1962 par Marilyn Monroe lorsqu'elle s'échappera d'un gâteau d'anniversaire pour enton­ner « hap­py bir­th­day Mister President » à un John Fitzgerald Kennedy conquis. 

Pour épou­ser le fan­tasme de l'habit, tous les moyens sont bons

Mais revê­tir cette robe four­reau toute en trans­pa­rence et perles de cris­tal faite sur mesure pour Marilyn Monroe et dor­mant dans un musée de Floride a un prix : il faut que Kim K. mai­grisse, et de toute urgence. En trois semaines, elle perd sept kilos grâce à des vête­ments de suda­tion et un régime dra­co­nien. Et s'en vante, dégui­sée en néo-​Marilyn grâce à la robe et à un nou­veau blond per­oxy­dé, sur le tapis rouge du Met gala. La ques­tion en sus­pens reste de savoir si Kim K. a été jusqu'à faire réduire son BBL au scal­pel, ce qui serait d'une belle iro­nie, pour elle comme pour celles qui l'ont sui­vie dans l'aventure chirurgicale.

Car, au final, quel est le mes­sage envoyé ? Que pour épou­ser le fan­tasme de l'habit, tous les moyens sont bons. Que, à 42 ans et après quatre mater­ni­tés, la volon­té qui exerce la vio­lence d'un régime cara­bi­né sur la chair est plus forte que les effets du temps, encore. Que le corps est un outil plas­tique à dis­po­si­tion, trans­for­mable à l'envi, toujours.

Kim Kardashian est-​elle réelle ou n'est-elle qu'une expé­rience per­for­ma­tive ? Le réel, c'est le pal­pable, c'est donc le corps. Mais chez Kim K., le corps est par essence irréel. En le contrai­gnant à entrer dans le moule d'une autre star, la vedette qui a fait de sa vie son œuvre et son gagne-​pain semble nous rap­pe­ler qu'elle aus­si est consti­tuée de chair et d'os. À moins que ce soit la per­for­meuse qui nous prouve, plus que jamais, qu'elle n'a d'existence que dans les yeux de celles et ceux qui la fan­tasment… Et dans les lignes des articles de médias qu'elle suscite.

  1. Casser Internet[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
HD Alexia Cassar 1 A

Alexia Cassar : téton, tat­too, thérapie

Le tatouage, elle l’envisage comme une thé­ra­pie. La sienne, d’abord, mais aus­si celle des autres. À 40 ans, Alexia Cassar, jusque-​là habi­tuée des ser­vices d’oncologie, a opé­ré une recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle. Pionnière en France, la...