Centenaire – Brassens : pion­nier du fémi­nisme ou fief­fé miso­gyne ? 1/​2

Ce 22 octobre marque le cen­te­naire de la nais­sance de Georges Brassens. Libertaire, anti­con­for­miste, par­fois gri­vois, sou­vent moderne pour son époque, le chan­teur laisse une œuvre plu­rielle, sou­vent géniale, mais par­fois dou­teuse quant à sa vision des femmes. Exégèse fémi­niste, en toute subjectivité. 

Brassens TNP 1966
© Roger Pic – BNF

Il en va sou­vent ain­si de l'affection impé­ris­sable que l'on porte à Georges Brassens : elle se trans­met par la famille. Par l’enfance. Il y a quelques années, alors que j’étais déjà bien entrée dans l’âge adulte, nous avons écou­té pour la mil­lième fois peut-​être mon album favo­ri de Brassens avec mes parents. En enten­dant les paroles de la Non demande en mariage, je lan­çais à ma mère que, déci­dé­ment, Brassens était sacré­ment fémi­niste pour son époque. Tandis que ma mère approu­vait, mon père sour­cillait et s’inscrivait en faux : au contraire, tança-​t-​il, Brassens était un fief­fé miso­gyne, il n’y avait qu’à se pen­cher en pro­fon­deur sur les textes. Nous pas­sions, ma mère et moi, à côté de quelque chose si nous ne le voyons pas. Ainsi mans­plain­nées par mon père, nous l'avons womans­plain­né en retour, dégai­nant les titres et les cou­plets comme autant de preuves que c’était lui qui n’avait rien com­pris à l’essence fémi­niste du grand Georges. 

Brassens aurait détes­té ce débat. Comme le dit Clémentine Deroudille, jour­na­liste et autrice à qui l'on doit la fabu­leuse expo­si­tion Brassens ou la liber­té, sise à la Cité de la musique à Paris il y a dix ans : « il n'aurait pas aimé qu'on lui accole l'adjectif de fémi­niste car il refu­sait toute caté­go­ri­sa­tion idéo­lo­gique. » Il n'empêche, le sou­ve­nir de cette conver­sa­tion avec mes parents me pousse aujourd'hui à ten­ter de voir plus clair dans l'œuvre de cet anti-​conformiste liber­taire : les chan­sons que je fre­donne depuis l'enfance passeraient-​elles aujourd'hui la barre de mes exi­gences fémi­nistes ? Pas du tout, à en croire le jour­na­liste cultu­rel Antoine Perraud. En août, il a consa­cré le 4ème et der­nier volet de sa série Brassens pris au mot au rap­port du chan­teur avec les femmes. Le titre de l'article pro­met du sang : Misogynie guère à part, phal­lo­cra­tie galo­pante.

J'ai lu cette cri­tique ahu­rie de voir qu'on pou­vait si mal com­prendre ses textes, puis l'ai fait lire à Clémentine Deroudille et Françoise Canetti, fille de Jacques Canetti, qui a révé­lé Brassens en le fai­sant jouer au légen­daire caba­ret des Trois bau­dets et en le signant chez Polydor (puisque Phillips trou­vait l'homme et ses chan­sons trop sub­ver­sifs). Les deux femmes sont tom­bées des nues comme moi : « Brassens est un homme de valeur, qui pose un regard bien­veillant sur le monde, femmes y com­pris ! », lance Françoise Canetti quand je la rencontre. 

Celle qui a pas­sé sa vie à faire vivre l'héritage de son père (et a fait paraître, pour célé­brer ce cen­te­naire, un superbe cof­fret de quatre albums consa­cré à Brassens, mêlant concerts aux Trois bau­dets et reprises par de grand·es inter­prètes) a connu Brassens dès son enfance, à l'occasion de déjeu­ners chez ses parents. « On dit sou­vent qu'il faut sépa­rer l'homme de l'artiste mais chez Brassens, les deux vont bien ensemble, observe-​t-​elle. Il a la même bien­veillance vis-​à-​vis des femmes dans la vie que dans ses chan­sons. »

Comment se fait-​il que, d'un côté, les femmes qui ont gran­di avec Brassens consi­dèrent qu'il est un grand allié de leur éman­ci­pa­tion et que, de l'autre, des hommes le per­çoivent comme pro­fon­dé­ment miso­gyne ? Aidée par Clémentine Deroudille et Françoise Canetti, j'ai plon­gé dans l'œuvre. Il en res­sort que, pour un homme né il y a un siècle, le 22 octobre 1921, Brassens a fait preuve d'une grande moder­ni­té dans sa manière de nous envi­sa­ger. Certes, il y a le Brassens gri­vois et celui qui chante la culture du viol avec plus ou moins d'ironie. Mais entre son sou­tien aux pros­ti­tuées et aux femmes libres d'aimer, ses consi­dé­ra­tions pour le plai­sir fémi­nin et sa cri­tique de l'aliénation du couple, on peut dire qu'il aura fait plus de bien que de mal à notre cause. Suivez le guide, et mon­tez le son.

1) Liberté sen­ti­men­tale et sexuelle des femmes 

Ce sont des paroles qui, lorsque nous nous les chan­tions dans la cour du col­lège avec ma meilleure amie, nous ouvraient un océan des pos­sibles. « De Pierre à Paul en pas­sant par Jules et Félicien /​embrasse-​les tous, embrasse-​les tous /​Dieu recon­naî­tra le sien. » Embrasse-​les tous fait par­tie de ces titres de Brassens, qui auto­risent (par leur sou­tien) à la trans­gres­sion de la mono­ga­mie et, plus encore, s’amusent de l’infidélité fémi­nine. Brassens n’aime pas les femmes ran­gées mais les femmes libres. « Ses per­son­nages fémi­nins sont des femmes fortes qui usent de leur libre-​arbitre sans sou­ci des conven­tions, abonde Françoise Canetti. Dans Les amours d’antant, il décrit la légè­re­té des rela­tions entre une femme et un homme, dans les­quelles ces der­nières sont pro-​actives. » « Je te plais, tu me plais, viens donc beau mili­taire », fait-​il dire à l’une d’elle. 

L’infidélité des femmes mariées est pour Brassens un ter­reau fer­tile d’histoires tor­dantes, façon théâtre de bou­le­vard. Dans A l’Ombre des maris (« ne jetez pas la pierre à la femme adul­tère, je suis der­rière »), il raconte sélec­tion­ner ses maî­tresses en fonc­tion de sa bonne entente avec leurs maris. Cela lui per­met, lorsque la maî­tresse se lasse de cette incar­tade pour une autre, de se lier d’amitié avec l’officiel, lui aus­si sur le car­reau : « Et je reste, et, tous deux, ensemble on se fla­gorne /​moi, je lui dis "C'est vous mon cocu pré­fé­ré" / il me réplique alors "Entre toutes mes cornes /​celles que je vous dois, mon cher, me sont sacrées". » La Traitresse est aus­si nar­rée du point de vue de l’amant mais cette fois-​ci, la tra­hi­son de la mai­tresse vient du fait qu’elle se consacre à nou­veau à son mari : « Trouverais-​je les noms, trouverais-​je les mots /​pour noter d'infamie cet enfant de cha­meau /​qui a choi­si son époux pour trom­per son amant /​qui a conduit l'adultère à son point culmi­nant. » La messe est dite : chez Brassens, ce n’est pas des femmes incons­tantes qu’on se moque mais des hommes qui vou­draient les enferrer. 

2) Désir et plai­sir féminins 

Commençons par le désa­gréable. Dans les textes des chan­sons de Brassens, une figure revient sou­vent, déno­tant d’une aga­çante obses­sion. Celle de la « nym­pho­mane », qui a même les hon­neurs d’un titre inter­pré­té par Jean Bertola. « J'ai beau deman­der grâce, invo­quer la migraine /​les joies char­nelles me perdent /​sur l'autel conju­gal, impla­cable, elle me traîne /​les joies char­nelles m'emmerdent. » Si de prime abord cette chan­son évoque un inta­ris­sable désir fémi­nin (ce qui, observons-​le, a le mérite d’aborder le sujet du désir des femmes, long­temps nié), ne lève-​t-​elle pas sur­tout le tabou de l’absence du désir masculin ? 

D’apparence gri­voise, Quatre-​vingt-​quinze pour cent tor­pille, elle, les cer­ti­tudes mas­cu­lines en matière de sexe. Dedans, Brassens y parle de simu­la­tion (« de pieux men­songes », « à seule fin que son par­te­naire se croit un amant extra­or­di­naire ») et n’hésite pas à vexer ses congé­nères : « Quatre-​vingt-​quinze fois sur cent /​la femme s’emmerde en bai­sant /​qu’elle le taise ou qu’elle le confesse /​c’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses /​les pauvres bougres convain­cus /​du contraire sont des cocus. » Pire : lorsqu’elle est amou­reuse, dit Brassens, « elle s’emmerde sans s’en aper­ce­voir. » Une manière acide d’interpeler sur le plai­sir fémi­nin, trop sou­vent dédai­gné par les hommes et par­fois même oublié des femmes lorsque, par sen­ti­ment, elles n’osent le revendiquer. 

Cette consi­dé­ra­tion abso­lu­ment moderne se retrouve aus­si dans le sibyl­lin Le Blason, qui évoque sans jamais le nom­mer le sexe fémi­nin. Après avoir digres­sé sur les sur­noms plus ou moins sca­breux qui lui sont don­nés – dont « le pire de tous est un petit vocable [con, ndlr] /​de trois lettres, pas plus, fami­lier cou­tu­mier /​il est inex­pli­cable, il est irré­vo­cable /​honte à celui-​là qui l’employa le pre­mier » - Brassens espère qu’un jour « un poète ins­pi­ré » trou­ve­ra un terme moins salis­sant pour le nom­mer. Et de conclure : « En atten­dant Madame, il sem­ble­rait dom­mage /​et vos ado­ra­teurs en seraient tous pei­nés /​d’aller perdre de vue que pour lui rendre hom­mage /​il est d’autres moyens et que je les connais. » Un éro­tisme ouvrant la pers­pec­tive à une étreinte dans laquelle l'homme se sou­cie du plai­sir de sa partenaire.

3) La digni­té des prostituées 

Dans l’univers de Brassens, le per­son­nage de la pros­ti­tuée – la plu­part du temps sous la coupe d’un mac qui n’est rien d’autre que son com­pa­gnon – est récur­rent. Honnêtes tra­vailleuses au ser­vice du récon­fort de ces mes­sieurs, elles rem­plissent dans La Complainte des filles de joie un rôle d’assistance sociale vis-​à-​vis d’une mas­cu­li­ni­té crasse : « Y a des clients y a des salauds qui se trempent jamais dans l’eau, faut pour­tant qu’elles les cajolent, parole, parole », ce qui plus loin amène à l’évidence, « les sous croyez pas qu’elles les volent, parole, parole ». La Complainte, c’est en fait, à rebours de son époque, un regard cor­ro­sif sur l’hypocrisie de la socié­té bour­geoise qui ban­nit ces filles de rien mais en pro­fite à la nuit tom­bée. « Cette chan­son lui a été ins­pi­rée après une conver­sa­tion qu’il a eue avec un homme se moquant de ces femmes, sou­ligne Clémentine Deroudille. Après sa sor­tie, un syn­di­cat de tra­vailleuses du sexe lui écri­ra une lettre de remer­cie­ments pour le sou­tien. » 

Comme sou­vent chez Brassens, ce sont fina­le­ment les hommes qui en prennent pour leur grade. Dans Le Mauvais sujet repen­ti, le nar­ra­teur mans­plaine une pros­ti­tuée débu­tante sur son métier avant de la mettre sous sa coupe. Il renonce par la suite à son sta­tut de maque­reau para­site lorsque sa « pauvre amie » attrape une infec­tion sexuel­le­ment trans­mis­sible, non sans recon­naître sa lâche­té : « comme je n’étais qu’un salaud, j’me fis hon­nête ». C’est de cette figure d’homme cupide ven­dant le corps des femmes dont Brassens se moque, sou­vent dépeinte – en contraste avec une pros­ti­tuée à la fois beso­gneuse et cou­ra­geuse – dans son irres­pon­sa­bi­li­té et son alcoo­lisme. Le « plus soû­laud que moi » qui vend sa femme au nar­ra­teur de La fille à cent sous perd sa source de reve­nus puisque « Ninette » décide de son plein gré de quit­ter ce mari pros­ti­tu­teur pour filer avec l’autre qui lui montre de la com­pas­sion, puis de l’amour. 

Loin d’un rap­port de domi­na­tion sus­ci­té par des pul­sions sexuelles mas­cu­lines, c’est ce même mélange de res­pect et de ten­dresse envers celle qui donne son corps que raconte La Marine (écrite non pas par Brassens mais Paul Fort). « Y a dans la chambre une odeur d’amour tendre et de gou­dron, ça vous met la joie au cœur, la peine aus­si et c’est bon », raconte-​t-​il au sujet des rela­tions d’escale dans les ports. Sans que l’on sache pré­ci­sé­ment s’il s’agit de pros­ti­tu­tion ou d’une aven­ture d’un soir, La Marine nous dit que : « Toutes les joies, tous les sou­cis des amours qui durent tou­jours, on les trouve en rac­cour­ci dans nos p’tites amours d’un jour. » Ce n’est pas tant le sexe qui inté­resse l’auteur mais la ren­contre intime qu’il suscite. 

4) Survivre avec son corps 

La « misé­rable salope » de Putain de toi « cou­ru sans ver­gogne et pour une esca­lope se jeter dans le lit du bou­cher. » Si l’insulte parait sexiste, elle est uti­li­sée au mas­cu­lin dans Le Mauvais sujet repen­ti. Alors ? Alors il n’y a dans Putain de toi pas de morale sexiste ou fémi­niste, juste la des­crip­tion d’un état de fait, à une époque où l’émancipation des femmes par le tra­vail n’était pas encore acquise. Pour écou­ter Brassens serei­ne­ment en 2021, « il faut bien com­prendre qu’il ne jugeait pas mais qu’il était dans l’observation pers­pi­cace des choses de la vie », sou­ligne Clémentine Deroudille. 

Le thème de la femme trou­vant pro­tec­tion auprès d’un homme qui peut l’entretenir se retrouve aus­si dans la superbe et mys­té­rieuse Le Père Noël et la petite fille, où le dés­équi­libre des posi­tions sociales pointe dès le titre. Ici, le terme Père Noël sym­bo­lise l'homme riche et la « petite fille » n'est pas à envi­sa­ger comme une enfant mais comme une fille pauvre. Dans cette chan­son, l'homme riche débarque dans la vie de la fille pauvre pour lui offrir une autre condi­tion. « Toi qui n’avais rien sur le dos /​il t’a cou­verte de man­teaux /​il t’a vêtue comme un dimanche /​tu n’auras pas froid de sitôt /​il a mis l’hermine à ta manche /​il a mis les mains sur tes hanches. » On ne sait rien d’autre de cette rela­tion (la « petite fille » est-​elle amou­reuse de cet homme ? Feint-​elle ?) qu’elle per­met à celle à qui elle s’adresse de s’extraire de la pau­vre­té. On peut à loi­sir lais­ser notre ima­gi­na­tion bro­der sur cette ren­contre. La conclu­sion est, elle, par­ti­cu­liè­re­ment bien­veillante : « Tire la belle, tire le rideau /​sur tes misères de tan­tôt /​et qu’au dehors, il pleuve, il vente /​le mau­vais temps n’est plus ton lot. » « On peut ima­gi­ner qu’il s’agit d’une rela­tion d’emprise, pro­pose Françoise Canetti, mais dans laquelle la jeune fille trouve son compte en toute conscience. Cela pose la ques­tion à celui qui écoute : "qui êtes-​vous pour juger les femmes qui se sortent de la misère en cédant à un mariage qui va leur assu­rer une sécu­ri­té finan­cière ?" »

5) Le consen­te­ment en question

Si, nous l’avons vu plus haut, Brassens loue le désir par­ta­gé, il publie aus­si des titres dans les­quels le consen­te­ment des femmes laisse à dési­rer. A l’ombre du cœur de ma mie reprend le conte de la Belle au bois dor­mant. Affublée d’un oiseau pro­tec­teur, la jeune fille qui fait « sem­blant » de dor­mir est la cible d’une ten­ta­tive de bai­ser de la part du nar­ra­teur. « Alors cet oiseau de mal­heur /​se mit à crier “Au voleur !” /​“Au voleur !” et “À l’assassin !”/​Comm’ si j’en vou­lais à son sein. » Cette alerte pré­ci­pite le secours de la belle par son père (un autre pro­tec­teur) et le repli du nar­ra­teur sur le monde ras­su­rant de la chasse à l’arbalète dans les bois. Brassens semble nous dire ici que si un homme est empê­ché dans son opé­ra­tion séduc­tion, sa nature pré­da­trice s’épanouira sur un autre ter­rain. Rien d’irrémédiable cepen­dant : dans Putain de toi, la décon­ve­nue sen­ti­men­tale pro­voque le repli du poète « dans la lune, en empor­tant [ses] cornes, [ses] chan­sons, et [ses] fleurs et [ses] chats. »

Une autre chan­son pour­rait s’apparenter aujourd’hui à la culture du viol. Dans Je suis un voyou, Brassens chante, devant les réti­cences de Margot (pré­nom cam­pant, dans l’univers du chan­teur, l’image d’Épinal d’une jeune pay­sanne inno­cente) à se livrer à ses ardeurs : « Alors j’ai mor­du ses lèvres /​pour savoir leur goût /​elle m’a dit, d’un ton sévère : /​“qu’est-ce que tu fais là ?”/​mais elle m’a lais­sé faire /​les filles, c’est comme ça. » Pour Françoise Canetti, « ce n’est pas pour rien que la chan­son se nomme Je suis un voyou » : à ses yeux, Brassens se moque­rait des har­ce­leurs sexuels plus qu’il ne leur ren­drait grâce.

Notons que Brassens s'est aus­si pen­ché sur la pédo­cri­mi­na­li­té, dans La Princesse et le croque-​notes. Dedans, un homme de trente ans décline les avances d'une jeune fille de 13 ans. « Grosse dif­fé­rence et je ne suis pas chaud /​pour tâter d'la paille humide du cachot » Ainsi, ce qui retient le croque-​notes de suc­com­ber à la ten­ta­tion d'une enfant, c'est la peur de la pri­son. Pas ouf. D'autant que si le musi­cien essaie de faire com­prendre à l'enfant que la rela­tion qu'elle lui pro­pose – « mon cœur est déjà pris par une grande » -, il revien­dra sur sa déci­sion par la suite : « Passant par là quelques vingt ans plus tard /​il a le sen­ti­ment qu'il le regrette. » En argu­men­tant contre le détour­ne­ment de mineur en poin­tant seule­ment les risques judi­ciaires, et en mon­trant les regrets du héros de ne s'être ser­vi, cette chan­son s'inscrit dans son temps plus qu'elle ne pro­pose, contrai­re­ment à d'autres, une vision d'avant-garde.


Coffret « Georges Brassens, elle est à toi cette chanson… »

Diffusé en exclu­si­vi­té à la Fnac, le cof­fret de quatre albums Georges Brassens, elle est à toi cette chan­son conçu par Françoise Canetti sur­pren­dra les oreilles de celles pen­sant avoir écu­mé l'ensemble de l'œuvre.

Le pre­mier album per­met, explique Françoise Canetti « de décou­vrir Brassens autre­ment, à tra­vers ses inter­prètes », pour damer le pion à celles et ceux persuadé·es qu'avec Brassens, deux accords de gui­tare et un « pom pom pom » final suf­fisent. « Mon père disait que ceux qui pen­saient ça avaient vrai­ment des oreilles de lava­bo, sou­rit Françoise Canetti. C'était en fait un immense mélo­diste et les arran­ge­ments jazz, rock ou encore blues d'Arthur H, Sandra Nkake, Olivia Ruiz, Françoise Hardy ou encore Nina Simone révèlent toute la force de ces mélodies. »

Le deuxième album est consa­cré aux années Trois bau­dets, ces fameux débuts dans les­quels Brassens doit être lit­té­ra­le­ment pous­sé sur scène par Jacques Canetti. « Mon père a créé le phé­no­mène d'artistes-interprètes, pous­sant les auteurs de chan­sons à inter­pré­ter leurs textes, parce qu'il croyait en eux, explique Françoise Canetti. Brassens, Brel, Vian : tous étaient à la base très mal à l'aise de se don­ner en spec­tacle mais mon père les encou­ra­geait avec bien­veillance, parce qu'il avait vu leur immense poten­tiel. C'était un accou­cheur de talent, qui ne diri­geait pas ses artistes comme d'autres dans le show busi­ness mais pré­fé­rait sug­gé­rer en posant des ques­tions, du type : Georges, pensez-​vous que cette chan­son soit à la bonne tona­li­té ? De fait, Brassens, qui aimait don­ner des sur­noms à tout le monde, l'appelait Socrate. » Dans cet album, au milieu des clas­siques sont inter­ca­lées des mor­ceaux d'interviews de l'artiste sur son tra­vail, par­ti­cu­liè­re­ment émouvants.

Le troi­sième album est consa­cré aux artistes des pre­mières par­ties de Brassens (Boby Lapointe, Maxime Le Forestier, Barbara, Rosita…) pour sou­li­gner le grand sens de l'amitié du chan­teur. « Il s'est tou­jours rap­pe­lé que Patachou en pre­mier puis mon père lui avaient ten­du la main vers le suc­cès et a mis un point d'honneur à faire de même pour de nom­breux artistes débu­tant en retour. » Quant au qua­trième CD, il rend grâce à son insé­pa­rable meilleur ami, le poète René Fallet. Une série de textes amou­reux inédits de l'homme de lettres, mis en musique, à la demande de Brassens, par la mère de Françoise Canetti Lucienne Vernet, sont inter­pré­tés par Pierre Arditi. Exquis !

Capture d’écran 2021 10 21 à 12.28.30

Georges Brassens, elle est à toi cette chan­son…, 25 euros, en vente à la Fnac.

Lire aus­si : Centenaire de Brassens : décryp­tage fémi­niste de ses chan­sons 2/​2

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
logo ccausette

Article test

In his trac­ti­bus navi­ge­rum nus­quam visi­tur flu­men sed in locis plu­ri­mis aquae suapte natu­ra calentes emer­gunt ad usus aptae mul­ti­pli­cium mede­la­rum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis Quo cogni­to Constantius ultra...