fbpx

« La Vie en ose » : et si le nid vide était le meilleur endroit où prendre son envol ?

La roman­cière et réa­li­sa­trice Lisa Azuelos explore le « syn­drome du nid vide » et le dépas­se­ment de soi à tra­vers son nou­veau roman La vie en ose.

La Vie en ose 1
© édi­tions Belfond

Pour Alice, 53 ans la vie n’est pas fran­che­ment toute rose. Son mari Laurent vient de la quit­ter pour une jeune femme et Chloé sa petite der­nière s’envole loin de la mai­son pour vivre sa vie d’adulte. S’ajoute à ces départs, l’obligation pour cette quin­qua­gé­naire qui se rêvait sty­liste d’accepter un poste de ven­deuse dans une bou­tique de déco. Alice qui a pas­sé sa vie à s’occuper des autres, se retrouve seule face à elle-​même et au temps qui passe, avec cette inter­ro­ga­tion déter­mi­nante : « Qui est-​on, à quoi sert-​on quand on n’est plus la femme ou la mère de quelqu’un ? »

Avec La vie en ose, sor­ti le 11 juin 2020 aux édi­tions Belfond, Liza Azuelos rend hom­mage à ces mères-​courages qui ont tant consa­cré à leurs familles et qui se sentent dés­œu­vrées une fois que tout s’arrête. Avec bien­veillance, l’autrice explore à tra­vers le per­son­nage d’Alice le syn­drome du nid vide, ce sen­ti­ment de tris­tesse, de soli­tude et d’abandon qui accom­pagne de nom­breuses mères lorsque leurs enfants quittent la mai­son. Un roman qui prend des allures de manuel de déve­lop­pe­ment per­son­nel – cer­taines[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés