« La Vie en ose » : et si le nid vide était le meilleur endroit où prendre son envol ?

La romancière et réalisatrice Lisa Azuelos explore le « syndrome du nid vide » et le dépassement de soi à travers son nouveau roman La vie en ose.

La Vie en ose 1
© éditions Belfond

Pour Alice, 53 ans la vie n’est pas franchement toute rose. Son mari Laurent vient de la quitter pour une jeune femme et Chloé sa petite dernière s’envole loin de la maison pour vivre sa vie d’adulte. S’ajoute à ces départs, l’obligation pour cette quinquagénaire qui se rêvait styliste d’accepter un poste de vendeuse dans une boutique de déco. Alice qui a passé sa vie à s’occuper des autres, se retrouve seule face à elle-​même et au temps qui passe, avec cette interrogation déterminante : « Qui est-​on, à quoi sert-​on quand on n’est plus la femme ou la mère de quelqu’un ? »

Avec La vie en ose, sorti le 11 juin 2020 aux éditions Belfond, Liza Azuelos rend hommage à ces mères-​courages qui ont tant consacré à leurs familles et qui se sentent désœuvrées une fois que tout s’arrête. Avec bienveillance, l’autrice explore à travers le personnage d’Alice le syndrome du nid vide, ce sentiment de tristesse, de solitude et d’abandon qui accompagne de nombreuses mères lorsque leurs enfants quittent la maison. Un roman qui prend des allures de manuel de développement personnel – certaines[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés